Dossier d’œuvre architecture IA00064485 | Réalisé par
Gontier Claudie (Contributeur)
Gontier Claudie

Ingénieur d'étude-chercheur au service régional de l'Inventaire général de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1974 à 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Maison
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Dracénie Provence Verdon agglomération - Vidauban
  • Commune Vidauban
  • Adresse avenue Maximin-Martin
  • Cadastre 1976 B 97 A la suite de modifications du parcellaire, les références cadastrales sont en 2022 : AP 208.
  • Dénominations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    boutique

La maison est postérieure à 1834 puisqu'elle n'est pas portée sur le cadastre ancien. Elle date vraisemblablement du troisième quart du 19e siècle ou du premier quart du 20e siècle. Elle a été détruite après 1982 pour être remplacée par un immeuble d'habitation dont l'emprise au sol est plus développée.

  • Période(s)
    • Principale : limite 19e siècle 20e siècle
  • Dates
    • daté par source

La maison se situait dans l'extension ouest du village, bâtie à la fin du 19e siècle, dans l'alignement nord de l'avenue Maximin-Martin, à l'angle d'un chemin. En 1982 se trouvait sur la parcelle 97 (désormais 208) deux bâtiments distincts : une maison alignée le long de l'avenue ; un appentis qui donnait sur une cour. Construite en blocage enduit, la maison, alors mitoyenne sur un côté, occupait une surface au sol de 90 mètres carrés environ (un carré de 9,5 mètres de côté). La remise située au nord de la maison ne comptait qu'un rez-de-chaussée, et semblait avoir été construite après la maison : elle occupait une surface de 95 mètres carrés (10 m sur 9,5). Une seconde remise, plus petite, complétait l'ensemble.

La façade principale de la maison était régulière à trois travées, avec une porte latérale, sur deux niveaux : un rez-de-chaussée et un étage carré. Au rez-de-chaussée, on trouvait la devanture d'une entreprise de maçonnerie, la devanture d'une entreprise de pompes funèbres ainsi que la porte d'entrée dont la menuiserie était à deux vantaux avec une imposte vitrée. A l'étage carré, les ouvertures correspondaient à des portes-fenêtres donnant sur des balcons en fonte décorés de feuilles de lierre. Les encadrements étaient moulurés. Sur la façade postérieure, on identifiait un fenestron central au premier étage. Le rez-de-chaussée était masqué par la remise. Sur la façade latérale étaient percées deux fenêtres au premier étage, dans la partie nord de l'élévation. Le toit de la maison et de la remise étaient à longs pans ; celui de la seconde remise, en appentis. La tuile plate mécanique servait de matériau de couverture.

Au rez-de-chaussée de la maison on trouvait donc deux magasins. Celui de pompes funèbres communiquait avec la vaste remise située au nord, qui était utilisée comme hall d'exposition. Il n'y avait pas de communication entre les magasins et le couloir. Le premier étage carré, réservé au logement, n'a pas été visité. Un escalier de distribution dans-oeuvre, en fond de parcelle, maçonné, de forme tournante en équerre (90°) avec jour et palier, permettait de desservir l'étage. La rampe était en fonte. En haut de l'escalier, une porte vitrée donnait sur un couloir.

Bien qu'ayant été construite après 1834, cette maison a un escalier situé au fond de l'édifice, dans l'angle, ce qui correspond plutôt à une distribution caractéristique d'époque antérieure. Cela est peut-être à attribuer à la forme carrée du bâtiment et au fait qu'il n'y ait qu'un étage d'habitation. On peut aussi remarquer que, bien que large de 9,5 mètres environ, la façade n'est percée que de trois fenêtres alors que la plupart des façades régulières à trois travées régulièrement espacées ont des largeurs comprises entre 5,5 mètres (REF=IA00064468) et 7,5 mètres (REF=IA00064487). Les façades larges de 9 mètres au moins sont en général davantage percées : REF=IA00064548 : 9 mètres et quatre travées ; REF=IA00064465 : 8,7 mètres et quatre travées ; REF=IA00064482 : 10 mètres et cinq travées. mais ici, les baies du logis sont toutes des portes-fenêtres.

  • Murs
    • pierre
    • enduit
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
  • Toits
    tuile mécanique
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier en équerre
  • État de conservation
    détruit
  • Techniques
    • ferronnerie
  • Représentations
    • lierre
  • Précision représentations

    support : balcon

  • Statut de la propriété
    propriété privée

structure : distribution par escalier en fond, latéral : IIA1 ; élévation avec fenêtre au dessus de la porte, 3 travées : B3A ; surface au sol supérieure à 60 mètres carrés, 1 mitoyenneté : B1C2

Date(s) d'enquête : 1986; Date(s) de rédaction : 1987
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Gontier Claudie
Gontier Claudie

Ingénieur d'étude-chercheur au service régional de l'Inventaire général de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1974 à 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.