L’Inventaire général étudie tous les objets d’un territoire « de la petite cuillère à la cathédrale ».

Ce portail met progressivement en ligne la plus importante documentation historique sur le patrimoine, réunie en plus de 50 années d'inventaire en Région Provence Alpes-Côtes d'Azur. Elle constitue un outil exceptionnel de connaissance du territoire. Plus de 21 000 dossiers sont consultables sur ce portail, reflétant la diversité des études examinées.

Nous vous souhaitons de belles découvertes.

Focus sur

La villégiature à MentonHyères et Sainte-Maxime (Le Var), La villa Kérylos et son mobilier (Beaulieu - Alpes-Maritimes)

Le patrimoine industriel de GrasseLa ligne des Chemins de Fer de Provence  (Le Train des Pignes)

Le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var  (Alpes-de-Haute-Provence)

Le patrimoine portuaire en Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et les ponts du Rhône  (Bouches-du-Rhône et Vaucluse)

L'Estaque  et  Port-Saint-Louis-du-Rhône   (Bouches-du-Rhône)

Le patrimoine militaire des Hautes-Alpes

Voir nos études
Vue aérienne

HISTORIQUE

Primitivement dédiée à saint Pierre et à Notre-Dame, cette chapelle fit l'objet en 1045 d'une donation par les seigneurs de Sannes à l'abbaye de Saint-Victor de Marseille. Les moines marseillais y établirent un prieuré, que l'on ne connaît que par les mentions successives contenues dans les pancartes pontificales de 1079, 1113 et 1135 et les listes de bénéfices ecclésiastiques du diocèse d'Aix entre 1274 et 1351. Contrairement à l'église paroissiale Saint-Michel, Saint-Pierre survécut à l'abandon du village de Sannes. Mais l'archevêque d'Aix qui la visita en 1341 en donne l'image d'un édifice vétuste et mal entretenu : murs percés de trous par où entrent les pigeons qui nichent dans la tribune, toiture du chœur endommagée, grenier et cellier aménagés dans une moitié de la nef, absence totale de mobilier et de cloche. La sentence rendue par le prélat, inexécutée en 1345 "à cause de la pauvreté du prieur", resta sans doute lettre morte. Le prieuré fut en effet abandonné dans la seconde moitié du XIVe siècle.

En 1620, une nouvelle visite trouva la chapelle dans un état lamentable : une moitié (celle qui avait précédemment servi de grenier et de cellier?) complètement effondrée, l'autre encore voûtée mais sans toiture, avec deux autels dépourvus de tout ornement. Sommairement remis en état et desservi par un prêtre venu d'un village voisin, l'édifice servit dans les décennies suivantes de paroisse pour la population des bastides de Sannes. Mais lors du repeuplement du second quart du XVIIIe siècle, une nouvelle restauration s'avéra nécessaire.

Vendue comme bien national sous la Révolution et transformée en écurie, la chapelle fut rendue au culte en 1856. Ses propriétaires en firent don en 1879 à la commune qui y exécuta quelques réparations (enduits, toiture) et l'entretient depuis régulièrement.

Sous sa forme actuelle, l'édifice se présente comme une médiocre construction en blocage enduit, non orientée. La première travée de la nef, aux murs épais et à la voûte en berceau, pourrait dater de la restauration du XVIIe siècle. La seconde travée voûtée d'arêtes, l'abside en cul de four et la sacristie adossée au mur occidental de la première travée auraient été construites au XVIIIe siècle.

DESCRIPTION

Situation et composition d'ensemble

La chapelle est isolée, parmi des champs cultivés relativement plats, près du vallat de Saint-Jean. L'accès se fait par un chemin de terre qui aboutit au C.D. N° 78 de Lauris à Grambois.

Matériaux et leur mise en œuvre

Presque tous les murs sont crépis, intérieurement et extérieurement. L'appareil du mur est semble être un blocage de moellons ; les baies sont appareillées.

Parti général, plan, coupes et élévations intérieures

Chapelle à nef unique de deux travées de plan rectangulaire orientée au nord, la première travée, dont les murs sont très épais, est couverte d'un berceau, la seconde, voûtée d'arêtes, plus large que la première, précède l'abside semi-circulaire en cul-de-four ; une petite construction en appentis a été adossée au mur ouest de la première travée avec laquelle elle communique par une porte en plein cintre en partie murée.

La seconde travée a été accolée à la première.

Les deux travées sont de même hauteur. L'arc qui les sépare retombe sur des impostes taillées en biseau qui font retour du côté de la première travée. Deux cordons sont situés, dans la deuxième travée de part et d'autre de cet arc et de chaque côté de l'abside à la retombée de la voûte.

Élévations extérieures

Façades recouvertes d'un enduit blanc.

- Façade antérieure

- Bandeau plat, 20 cm en dessous des génoises des murs gouttereaux.

- Au-dessus de ce bandeau, oculus ovale.

- Porte en plein-cintre.

- Au sommet du pignon, clocher-arcade appareillé (la cloche datée 1683 n'a pu être étudiée).

- Façade latérale droite dans l'angle sud-est, arrachement harpé ou pierres d'attente.

- Façade latérale gauche : identique à la précédente ; la sacristie en appentis est adossée à un contrefort central

- Abside aveugle.

Combles et couverture

Non étudié - tuiles creuses.

Distribution intérieure

- Murs et voûte enduits et peints en bleu

- Porte de la sacristie inscrite dans une porte plus grande couverte en plein cintre, en partie murée

- Sols : 1ère travée : mallons 23 x 23

2ème travée : mallons 17 x 17

chœur : emmarchement de pierre et mallons 17 x 17.

Façade ouest de la chapelle.