Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 62 - triés par pertinence
  • ville et place forte de Montdauphin
    ville et place forte de Montdauphin Mont-Dauphin - Mont-Dauphin - isolé
    Description :
    fronts. A l'intérieur se trouvent des bâtiments militaires: casernes, magasins à poudre, arsenal
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Place de Montdauphin. Plan terrier du domaine militaire, 1848. IVR93_19940500270ZAB
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Massillon [ingénieur militaire] de Larerye [ingénieur militaire] Legier du Plan [ingénieur militaire] d'Heuriance Jean-Louis [ingénieur militaire] Le Michaud d'Arçon Jean Claude Eléonore [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [ingénieur militaire] Bourcet Pierre-Joseph
    Texte libre :
    implanté à la crête militaire de la partie sommitale du plateau, sur 460 m de développement, et s'appuyant et militaire, comme sept autres avaient déjà été créées par Louis XIV (Phalsbourg, Longwy, Sarrelouis militaire (comme on le fera en 1724, à Briançon, avec le fort des Têtes), sans doute pour donner à la facile de créer, d'autorité, un site militaire, la création et le développement d'une agglomération . Après quelques velléités de réoccupation militaire entre 1945 et 1954, la place cessera d'être garnison
    Référence documentaire :
    Place de Mont dauphin. Plan terrier du domaine militaire. / Dessin, 1848. Service historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie, Atlas des bâtiments militaires, Feuille 1. . Service historique de la Défense, Vincennes : Fonds du Génie, Atlas des bâtiments militaires.
  • fontaine
    fontaine Briançon - place Médecin-Général-Blanchard - en ville - Cadastre : 1841 A4 non cadastré 1972 AP non cadastré domaine public
    Description :
    Fontaine publique en pierre blanche adossée au mur de soutènement de l'ancien hôpital militaire
  • place forte de Briançon
    place forte de Briançon Hautes-Alpes
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Briançon. Le lac et la route militaire. Au deuxième plan, à gauche de la trouée, ouvrage des
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    », protestants réfugiés en Piémont, contre lesquels des opérations militaires étaient alors en cours, et qui ) : 53.693 livres et 10 sols. - Les «bastiments civils» - en fait les établissements militaires autres que de Tardif (directeur des fortifications de Grenoble) et mit toute la main-d’œuvre militaire disponible à nouveau terrain militaire de la place et, le 20, le toisé général des terrains pris et occupés par la à l'épreuve de la bombe, formant même aux Têtes un véritable ensemble d'urbanisme militaire avec Larnage, maréchal de camp, sur les retranchements de l'Infernet. On dresse un projet d'hôpital militaire sécularisation au profit du domaine militaire d'un certain nombre de bâtiments religieux, dont la chapelle des chapelle. En 1823 est rédigé le projet d'un hôpital militaire pour 206 lits et 5 officiers, à l'emplacement
    Référence documentaire :
    de la Défense, Vincennes, Fonds du Génie, atlas des bâtiments militaires. . / Dessin, 1894. Service Historique de la Défense, Vincennes : Atlas des bâtiments militaire, feuille 9. Anonyme (Groupe de divisions militaires d'Avignon, sous la direction du général OLRY). La bataille DOUMENC (Gal d'armée A). Le Mémorial de la Terre de France. Contribution à l'histoire militaire de MARGAT (commandant). Géographie militaire.- Berger-Levrault, 4e édition, 1885. (4 voL + 2 atlas) PERREAU, Joseph. L'épopée des Alpes. Episodes de l'histoire militaire des Alpes. Berger-Levrault
  • batterie dite la Grosse Tour ou Tour Royale
    batterie dite la Grosse Tour ou Tour Royale Toulon - Pointe de la Mître
    Description :
    appliquées tant à l’architecture religieuse qu’à l’architecture militaire par des artistes-ingénieurs
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Observation :
    Chef d’œuvre d’architecture militaire de la première Renaissance, dont l’état mutilé mais peu
    Illustration :
    Atlas des bâtiments militaires, place de Toulon. Plan des souterrains de la Grosse Tour. 1837
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Della Porta Giovanni Antonio [ingénieur militaire] Gombert François
    Texte libre :
    les plans centrés appliquées tant à l’architecture religieuse qu’à l’architecture militaire par des de siège lors de la campagne militaire conduite en Provence par le connétable Charles de Bourbon pour lors de la nouvelle campagne militaire des impériaux en Provence l’été 1536 la flotte conduite par
    Historique :
    arsenal par la ville, est assiégée l’année même lors de la campagne militaire conduite en Provence par le
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires, place de Toulon. Plan des souterrains de la Grosse Tour. 1837 P. 10-12 ; pp. 52-53 CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire
  • batterie du Cap Blanc
    batterie du Cap Blanc Bormes-les-Mimosas - Cap Blanc
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Pichon
    Texte libre :
    limitrophes, malgré l’impact sur une partie de ces terrains. La redéfinition du périmètre du terrain militaire , cette dernière étant un ouvrage du même type 1841-1846. La route littorale, ancienne route militaire (actuellement privatisée), qui relie les deux caps, passe immédiatement à la gorge du terrain militaire de la
  • ensemble fortifié dit organisation défensive de l'Ubaye
    ensemble fortifié dit organisation défensive de l'Ubaye Alpes-de-Haute-Provence
    Annexe :
    avait été confiée à la main-d'oeuvre militaire, sur crédits "instruction" pendant les "campagnes d'été première à utiliser cette invention à des fins militaires, au moment de la guerre de Crimée (1854) puis sur
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Creuzet de Richerand Guy [ingénieur militaire] Hüe de Langrune Hercule [ingénieur militaire] Bourcet Pierre-Joseph [ingénieur militaire] d'Heuriance Jean-Louis [ingénieur militaire] Séré de Rivières Raymond Adolphe [ingénieur militaire] Haxo François-Nicolas-Benoît [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien
    Texte libre :
    n'en fasse une des portes de la frontière sur la Haute-Provence. Considérations militaires et historiques L'histoire des opérations militaires et de l'organisation fortifiée découle, évidemment, des militaire de cette région longtemps conditionnée par l'axe col de Larche - col de Vars - une des grandes partir du milieu du XIXe siècle, la trouée de l'Ubaye vers Gap. Dans l'histoire militaire de la frontière Tarentaise, le Moyen-Age n'a laissé aucun édifice militaire significatif en Ubaye si tant est donné qu'il en retranchements projetés à la crête militaire dominant l'Ubaye, et dont le plan de 1696 permet de constater qu'ils Révolution et du Consulat ont réveillé, chacune en leur temps, les opérations militaires en Ubaye, soit d'édifices militaires secondaires relevant de la "fortification de campagne renforcée" : - l'église de Larche attributions territoriales, soit à la suite des armées. Or ces hommes qui ont donc marqué l'Ubaye militaire, si instances militaires ne se fait d'illusion à ce sujet. L'énorme travail à réaliser est confié à un "Comité
    Historique :
    une ligne d'avant-postes à Larche, aux Fourches et à Pra. Le dispositif militaire de l'Ubaye réussit à
  • fortification d'agglomération
    fortification d'agglomération Antibes
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Saint-Rémy de Jean [ingénieur militaire] Bonnefons Jean de [ingénieur militaire] Bonnefons Raymond de [ingénieur militaire] Bonnefons de Pierre [ingénieur militaire] Niquet Antoine [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [ingénieur militaire] Daimes [ingénieur militaire] Legier du Plan [ingénieur militaire] Clerici Charles-Joseph
    Texte libre :
    implique en principe l’existence de bâtiments militaires importants, dont le siège du gouvernement de la , ingénieur militaire comme ses père et grand-père, donnent l’un l’état des lieux de la place forte, l’autre bâtiments militaires ne fait plus l’objet d’adjudications ponctuelles lancées conjointement par le d’amélioration du port rédigé par l'ingénieur militaire Antoine Niquet, directeur des fortifications de Provence
    Historique :
    servitudes des zones militaire et cherche à obtenir des autorisation pour étendre la ville en supprimant des
    Référence documentaire :
    p.1-38. LACROIX, Jean-Bernard. Les travaux militaires à Antibes au XVIIe siècle. Dans : Recherches
  • caserne du Pas de la Masque
    caserne du Pas de la Masque Toulon - Mont Faron
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Dautheville [ingénieur militaire] Corrèze Joseph [ingénieur militaire] Séré de Rivières Raymond Adolphe
    Texte libre :
    l’architecture militaire du XVIIe siècle (échauguettes d’angle, cordon), signe, sans doute, de la culture de son près le tracé du chemin, puis route militaire amorcé vers 1766, achevée dans les années 1840, et
    Référence documentaire :
    P. 89-90. CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire varoise. Aix-en
  • établissement médical, siège de l'Intendance Sanitaire dit Consigne sanitaire du port de Marseille.
    établissement médical, siège de l'Intendance Sanitaire dit Consigne sanitaire du port de Marseille. Marseille - Vieux Port - quai du Port - en ville - Cadastre : 20015 809 E 47, 48
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Mazin Jean Antoine
    Texte libre :
    . Le bâtiment dit de la Consigne sanitaire est construit en 1719 sur les plans de l'ingénieur militaire
    Historique :
    militaire Mazin. Il remplace un bureau flottant affecté aux officiers de Santé. Ses trois travées d'origine
  • lavoir de Bay
    lavoir de Bay Entrevaux - Bay - en écart - Cadastre : 1980 D2 non cadastré
    Historique :
    Ce lavoir n'est pas cadastré. Sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1748
  • arsenal
    arsenal Toulon
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Bonnefons Raymond de [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [ingénieur militaire] Niquet Antoine [ingénieur, ingénieur militaire] Verguin Jean-Joseph
    Texte libre :
    subsister quelques bâtiments militaires importants et patrimoniaux, notamment les témoins monumentaux les militaire, mais aussi de l’architecture portuaire, voire de l’architecture industrielle (forges, ateliers militaire. D’autre part, la fonction même de l’arsenal de la marine induit le fait que ses bâtiments militaires sont au service de la flotte de guerre et de son artillerie, mais pas à celle des fortifications militaires, plutôt pré-industriels ou civils, indirectement seulement au service de l’armement de la flotte de figure catégoriels difficiles à trancher sont comparables à celui des hôpitaux militaires qui l’architecture hospitalière au sens large, et non de celle de l’architecture militaire. Tel, près de Toulon dans le cadre d’une approche thématique de l’arsenal et de ses bâtiments militaires, mais dans celle de l’ensemble des fortifications du corps de place, y compris les bâtiments militaires qui y sont intégrés catégorie des bâtiments militaires de l’arsenal, malgré leur lien intime avec l’enceinte des darses. Encore
  • fortification d'agglomération de Mont-Dauphin
    fortification d'agglomération de Mont-Dauphin Mont-Dauphin - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [ingénieur militaire] Legier du Plan [ingénieur militaire] de Larerye [ingénieur militaire] d'Heuriance Jean-Louis [ingénieur militaire] Bourcet Pierre-Joseph [ingénieur militaire] Le Michaud d'Arçon Jean Claude Eléonore
    Texte libre :
    rampants en bois, de vastes combles ont été, après 1870, aménagés en pigeonnier militaire. Au centre et à
  • oratoire Sainte-Hélène
    oratoire Sainte-Hélène Rougon - la Tièye - R.D. 317 - en écart - Cadastre : 1995 B7 non cadastré
    Historique :
    Ingénieurs Géographes militaires (1748-1778), ni sur les plans cadastraux. Il a été réparé dans les années
  • écart
    écart Névache - les Acles - en écart
    Description :
    nord du cirque sur lequel veillent encore les forts militaires de la frontière tout proche (col de la
  • ouvrage fortifié dit retranchement du Pas de Leydet ; poudrière actuellement chapelle Notre Dame du Faron
    ouvrage fortifié dit retranchement du Pas de Leydet ; poudrière actuellement chapelle Notre Dame du Faron Toulon - Mont Faron
    Description :
    militaire, longe à droite (au sud) la petite éminence rocheuse bien dégagée à 509 m d’'altitude que couronne
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Texte libre :
    explicitement, avec une zone de servitude militaire associée, sur son tracé linéaire complet suivant du Pas de la Masque. D’après la légende d’un plan du domaine militaire dressé en 1855 pour synthétiser des recherches sur l’origine des propriétés militaires sur le Faron, « L’extrémité nord du le nouveau tracé direct de la route militaire du Faron créé en 1875 entre la tour Beaumont et la Beaumont, sur un « Plan du terrain militaire des ouvrages du Faron » datable du début du XXe siècle. La , ancien aumônier militaire, qui avait choisi le vocable de Notre-Dame de préférence à celui de Jeanne de ceux qui tombèrent pour la libération de la France ; hommes et femmes, civils et militaires branche ouest la « route du Faron », ancienne route militaire, après la desserte du fort du Grand Saint Beaumont. C’est l’ancien tracé de la route militaire. La route du Faron (tracé de 1875) se continue à l’est batteries annexes indiquées au début du XXe siècle, l’ancienne route militaire se continue sur le plateau
    Historique :
    , attenante au retranchement. A cette date est créé un nouveau tracé de la route militaire du Faron passant
  • entrepôt agricole
    entrepôt agricole Entrevaux - le Neigeas - isolé - Cadastre : 1816 C 311 1980 C1 169
    Historique :
    Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1748-1778). Sur le cadastre de 1816, il est mentionné comme
  • église paroissiale Saint-Louis
    église paroissiale Saint-Louis Mont-Dauphin - en village - Cadastre : 1831 7 1981 AA 92
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Texte libre :
    systématiquement affectés en priorité aux ouvrages strictement militaires, à Montdauphin puis à Briançon ; le site -Dauphin fut desservie jusqu’à la Révolution par un aumônier militaire. A la Révolution, l'église est les ouvrages militaires jusqu'en 1980, se désintéresse d'un édifice dont il n'a pas l'usage. La militaires s'engage à faire les travaux « pour construire un toit avec piédroit en maçonnerie au-dessus du ). Dans une lettre du 30 juin 1848, l'administration militaire revendique la propriété des « portions l'emmagasinement de bois destiné au chauffage militaire ». Par contre, les portions achevées de l'église, c’est-à retrouve quelque intérêt aux yeux de l'autorité militaire : le vieux projet de 1783 est enfin mis à initialement prévue par les ingénieurs militaires, de la sacristie, de la partie inférieure du clocher et de la primitivement par cinq grandes fenêtres : les ingénieurs militaires avaient mal mesuré les effets conjugués de
    Historique :
    par les autorités militaires et les matériaux récupérés et réutilisés pour construire des casemates
  • digue du port de Nice
    digue du port de Nice Nice - Infernet Amiral - Cadastre : 2015 KM 63
    Auteur :
    [ingénieur militaire] De Vincenti Antonio-Felice
  • maison
    maison Entrevaux - les Lacs - en écart - Cadastre : 1816 B 1060 1977 B3 710
    Historique :
    Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1748-1778). Sur le cadastre de 1816, elle est mentionnée
  • Bassin de port dit vieux-port de Marseille
    Bassin de port dit vieux-port de Marseille Marseille - Vieux Port - quai du port quai des Belges quai rive neuve - en ville - Cadastre : 832 A 26
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Rostan Raphaël [ingénieur militaire] Clerville Louis Nicolas de
1 2 3 4 Suivant