Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 25 - triés par pertinence
  • caserne du Jeu de Paume, puis Gouvion-Saint-Cyr, actuellement lycée Bonaparte
    caserne du Jeu de Paume, puis Gouvion-Saint-Cyr, actuellement lycée Bonaparte Toulon - avenue Winston Churchill
    Description :
    relève spécifiquement des canons de l’architecture militaire La distribution intérieure est assurée par
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Bâtiments militaires : projets pour 1864-1865 - agrandir la caserne du Jeu de Paume Bâtiments militaires : projet supplémentaire pour 1868-1869. Etendre la caserne du Jeu de Paume Bâtiments militaires : projet pour 1868-1869. Etendre la caserne du Jeu de Paume et porter sa Projets pour 1874-1875 : bâtiments militaires. Etendre la caserne du Jeu de Paume. 1874
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Salanson Adrien-Charles [ingénieur militaire] Nocher E. [ingénieur militaire] Joly A. [ingénieur militaire] Pinot Charles-Antoine
    Texte libre :
    Considérations historiques et topographiques générales Les bâtiments militaires aujourd’hui encore postérieurement à cet agrandissement. Les autres bâtiments militaires encore en place font partie intégrante de , pour de véritables bâtiments militaires non incorporés aux ouvrages de l’enceinte, ce qui exclut ceux l’époque de Vauban, soit au XVIIIe siècle. Les autres établissements militaires en ville avaient été acquis en réutilisant soit des maisons, comme c’était le cas pour l’hôpital militaire, à la gorge du bastion usage militaire, mais en récupérant des maisons, tel le magasin de la fortification près du flanc droit les ressources du casernement ont été augmentées depuis 1841, du fait des bâtiments militaires a été détruit en 1859. A partir de 1760 environ, cette aire était occupée par l’hôpital militaire de formant loggia à chaque étage. En 1859, la caserne et l’hôpital militaire furent isolés dans une zone non . A cette date, il n’était plus question de conserver l’hôpital militaire (démoli en 1866), car la
    Historique :
    l’hôpital militaire de la garnison, constitué de la réunion d’une dizaine de maisons acquises et adaptées bloc cubique de 5 travées régulières haut de trois étages. En 1859, la caserne et l’hôpital militaire
    Référence documentaire :
    Bâtiments militaires : projets pour 1864-1865. Agrandir la caserne du Jeu de Paume. / Dessin, encre Bâtiments militaires : projet pour 1868-1869. Etendre la caserne du Jeu de Paume et porter sa Bâtiments militaires : projet supplémentaire pour 1868-1869. Etendre la caserne du Jeu de Paume Projets pour 1874-1875 : bâtiments militaires. Etendre la caserne du Jeu de Paume. / Dessin, encre
  • édifice logistique dit Manutention des vivres
    édifice logistique dit Manutention des vivres Toulon - 13 rue de Lorgues 155 rue Saint-Bernard
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Projets pour 1862-1863. Bâtiments militaires. Construire une nouvelle manutention. Elévations Projets pour 1862-1863. Bâtiments militaires. Construire une nouvelle manutention. Elévations . Coupes longitudinales. 1862. Détail : élévation générale le long de la rue militaire, élévation des
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Long Antoine
    Texte libre :
    Considérations topographiques générales Les bâtiments militaires aujourd’hui encore conservés cet agrandissement. Les autres bâtiments militaires encore en place font partie intégrante de -muros, hors de l’arsenal de la Marine, pour de véritables bâtiments militaires non incorporés aux établissements militaires en ville avaient été acquis en réutilisant soit des maisons, comme c’était le cas pour l’hôpital militaire, à la gorge du bastion 10, soit des établissements religieux désaffectés dès avant la semble tous n’avoir pas été construits pour leur usage militaire, mais en récupérant des maisons, tel le des bâtiments militaires construits dans les nouveaux forts : Malbousquet, Cap Brun, Le Grand Saint manutention des vivres militaires, situé en ville, rue Saint-Cyprien, exigu et vétuste, de même que sans suite. L’article 6 des projets pour les exercices 1858-1859 relatifs aux bâtiments militaire et pour lequel on a fait choix d’un îlot situé sur la place Notre-Dame, sur le terrain militaire
    Historique :
    des vivres militaires, situé en ville, rue Saint-Cyprien, exigu et vétuste, de même que l’insuffisante capacité de la boulangerie militaire située sur le quai est de la darse vieille. Un premier projet de quai. L’article 6 des projets pour les exercices 1858-1859 relatifs aux bâtiments militaires, établi
    Référence documentaire :
    Projets pour 1862-1863. Bâtiments militaires. Construire une nouvelle manutention. Plans. / Dessin Projets pour 1862-1863. Bâtiments militaires. Construire une nouvelle manutention. Elévations Projets pour 1870-1871. Bâtiments militaires. Achever la nouvelle manutention. [Plans, coupes
  • fortification d'agglomération, extension Missiessy-Malbousquet
    fortification d'agglomération, extension Missiessy-Malbousquet Toulon - 3ème fortification d'agglomération
    Description :
    , enveloppant exclusivement des terrains militaires et la darse de Missiessy, est celle dont subsiste le tronçon
    Annexe :
    démolition n’en fut conduite que de juillet 1859 à avril 1860. Les établissements et bâtiments militaires et l’hôpital militaire,devaient être conservés et réintégrés au nouveau parcellaire, formant des prévu en 1859 dans le nouveau quartier militaire intra-muros au nord du chemin de fer. Le bastion Saint fluidité des axes viaires, sont nettement antérieures au déclassement militaire, et postérieurs de moins de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Projets pour 1864-1865. Bâtiments militaires : compléter la caserne de retranchement K, caserne
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Long Antoine
    Texte libre :
    des travaux incluait « les dépenses afférentes aux bâtiments militaires à créer dans l’enceinte militaire, notamment en supprimant toute coupure et en enterrant sous le rempart le canal de décharge du militaires jusque dans les années 1930. Dans l’état réalisé du bastion 9, jamais entièrement achevé (flanc façade regardant les deux voies militaires de la marine, routière et ferrée. Ces aménagements n’ont pas matérialisé par une « route militaire » bordée d’une clôture légère raccordé par les deux bouts au chemin de magasins casematés, certains ouvrant sur la route militaire traversante, et logés dans les reliefs naturels magasin-caverne dont la cour en fosse bordait la route militaire au pied de l’escarpement de la hauteur passages des voitures ou convois, strictement militaires et d’une densité faible, ne justifiaient pas de militaire, tout en définissant les typologies. Il convient toutefois de reformuler ici les caractéristiques militaire majoritaire (poterne Sainte-Anne) ou exclusif (porte Malbousquet). Les fronts maritimes de
    Historique :
    enveloppe la ville, l'autre seulement des terrains militaires. Rédigé et dessiné en avril 1860 sous la la zone militaire Missiessy-Malbousquet, des mesures de démantèlement aussi intenses que celles qui
    Référence documentaire :
    Projets pour 1864-1865. Bâtiments militaires : compléter la caserne de retranchement K, caserne . Service Historique de la Défense, Toulon : Atlas des bâtiments militaires. militaires.
  • fortification d'agglomération, extension nord-ouest et darse Castigneau
    fortification d'agglomération, extension nord-ouest et darse Castigneau Toulon - 2ème fortification d'agglomération
    Description :
    poterne dite porte Sainte-Anne), enveloppant l'ancien quartier militaire (arsenal de terre, caserne Lamer conservée. Seule demeure assez complète la poterne nord, d'usage militaire, dite porte Sainte-Anne
    Annexe :
    démolition n’en fut conduite que de juillet 1859 à avril 1860. Les établissements et bâtiments militaires et l’hôpital militaire,devaient être conservés et réintégrés au nouveau parcellaire, formant des prévu en 1859 dans le nouveau quartier militaire intra-muros au nord du chemin de fer. Le bastion Saint fluidité des axes viaires, sont nettement antérieures au déclassement militaire, et postérieurs de moins de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Projets pour 1858-1859 Bâtiments militaires : Plans des alignements de la ville (extension urbaine
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Corrèze Joseph
    Texte libre :
    à abriter les bâtiments à vapeur de la marine militaire… » . Ce couronné n’était pas conçu nettement l’ancien retranchement Sainte-Anne (voué à accueillir des équipements militaires, dont un nouvel hôpital ), dans lequel le seul local militaire associé à la porte était un corps de garde casematé sous le rempart partie à acquérir, un quartier militaire, voué à l’arsenal de terre, au nouveau parc d’artillerie et à des casernes. Ainsi, l’usage purement militaire et non civil de la poterne Sainte-Anne se renforçait
    Historique :
    militaires. En 1887, l’État autorise la ville à percer une nouvelle issue non défensive dite « coupure quartiers extra muros à la cité Montéty. A la suite du déclassement militaire de l'enceinte en janvier 1921
    Référence documentaire :
    Projets pour 1858-1859 Bâtiments militaires : Plans des alignements de la ville [extension urbaine
  • ouvrage fortifié dit crémaillère du Faron
    ouvrage fortifié dit crémaillère du Faron Toulon - Mont Faron
    Description :
    '’occupe ce fort. A la gorge de la partie rampante du retranchement, la route militaire du Mont-Faron
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Dautheville
    Texte libre :
    sur l’achèvement de la tour de la Croix-Faron : (60.000 f) et de la route militaire du Faron (40.000 actuelle du Mont Faron reprend à peu près le tracé du chemin, puis route militaire amorcé vers 1766 . L’ensemble de l’ouvrage est desservi à la gorge par les lacets quelque peu irréguliers de la route militaire
    Référence documentaire :
    P. 121. CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire varoise. Aix-en
  • batterie de la Piastre
    batterie de la Piastre Saint-Mandrier-sur-Mer - Pointe de la Piastre - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Meynot
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires n° 102, batteries du Lazaret, de la Coudoulière, du Puits et de
  • fort Malbousquet
    fort Malbousquet Toulon
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Louis A. [ingénieur militaire] Dautheville [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Corrèze Joseph
    Texte libre :
    atlas militaire de Toulon : « …redoute en pierres sèches commencée en 1770 qu’on eut quelque crainte de
  • batterie du Puits
    batterie du Puits Saint-Mandrier-sur-Mer - Pointe du Puits
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Atlas des bâtiments militaires n° 102, batteries du Lazaret, de la Coudoulière, du Puits et de
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Niquet Antoine [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Corrèze Joseph [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Ramet [ingénieur militaire] Meunier
    Texte libre :
    d'atlas des bâtiments militaires datée de 1875 , il est vrai cadrée serré. Il est difficile de dire s'il embranchement de la route côtière militaire qui vient de la côte nord en traversant la batterie de la Carraque ; il fait partie d'un lacis de routes militaires desservant les différents bâtiments et le parc foncier
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires n° 102, batteries du Lazaret, de la Coudoulière, du Puits et de
  • Batterie de côte Saint Pierre des Embiez
    Batterie de côte Saint Pierre des Embiez Six-Fours-les-Plages - Saint-Pierre - - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Détail de l'île des Embiez sur la "carte militaire de la reconnaissance de la rade du Brusc et du Atlas des bâtiments militaires. batterie St-Pierre des Embiez. [Plans et coupes du réduit] 1879
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Dianous de la Perrotine Alexandre de [ingénieur militaire] Geoffroy [ingénieur militaire] Riouffe-Lombard [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Coste [ingénieur militaire] Niquet Antoine
    Texte libre :
    large, ce qu’elles ne font pas à présent". La carte militaire de la reconnaissance de la rade du Brusc point en rapport avec l’importance de son objet militaire. Il convient de l’améliorer en la
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires. batterie St-Pierre des Embiers. Corps de garde n°2 pour 40 H
  • arsenal, parc d'artillerie dit arsenal de terre
    arsenal, parc d'artillerie dit arsenal de terre Toulon - 168 boulevard Commandant Nicolas
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Long Antoine
    Texte libre :
    de la ville par une poterne d’usage militaire, dite Porte Sainte-Anne. L’administration de la guerre quartier militaire. L’ancien parc d’artillerie qui existait dans le retranchement Sainte-Anne avait été Antoine Long proposaient la répartition de trois établissements militaires à construire, chacun dans un d’infanterie (1858) et d’hôpital militaire (1866) n’avaient pu se concrétiser, fut réuni au parc d’artillerie
    Historique :
    accessible de l’extérieur de la ville par une poterne d’usage militaire, dite Porte Sainte-Anne, était réservé par l’administration de la guerre pour établir un quartier militaire. L’ancien parc d’artillerie pour 1859 rédigés par le chef du génie Antoine Long proposaient trois établissements militaires à
  • redoute dite fort Napoléon
    redoute dite fort Napoléon La Seyne-sur-Mer - Caire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Sorbier Jean-François [ingénieur militaire] Tournadre Bernard-Antoine
    Texte libre :
    courtine), donc sur la capacité du logement militaire (500 à 600 hommes). De plus, dans le projet initial militaire du fort (1877), utilisé comme casernement, les dehors ont cessé d’être entretenus et sont . L’administration militaire a conservé la jouissance du fort jusqu’en 1973, date à laquelle un bail de location a réalisations « idéales » de l’architecture militaire de la Renaissance, au premier rang desquelles le « Fort
    Historique :
    militaire du fort (1877), utilisé comme casernement, les dehors ont cessé d’être entretenus et sont . L’administration militaire a conservé la jouissance du fort jusqu’en 1973, date à laquelle un bail de location a
    Référence documentaire :
    CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire varoise. Aix-en-Provence
  • batterie de la Carraque
    batterie de la Carraque Saint-Mandrier-sur-Mer - la Carraque
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Atlas des bâtiments militaires. Place de Toulon. Batterie du Cap Cépet. Caserne de la Carraque Atlas des bâtiments militaires. Batterie centrale de la Carraque et batterie sud-est. 1904 Atlas des bâtiments militaires. Batterie centrale de la Carraque et batterie sud-est. 1904. Détail
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Dianous de la Perrotine Alexandre de [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Tournadre Jean-Joseph-Amable [ingénieur militaire] Corrèze Joseph [ingénieur militaire] Séré de Rivières Raymond Adolphe [ingénieur militaire] Pingault [ingénieur militaire] Ramet [ingénieur militaire] Graillet
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires. Place de Toulon. Batterie du Cap Cépet. Caserne de la Carraque Atlas des bâtiments militaires. Batterie centrale de la Carraque et batterie sud-est. / Dessin
  • fort de la Croix Faron
    fort de la Croix Faron Toulon - Mont Faron
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Louis A. [ingénieur militaire] Le Masson
    Texte libre :
    militaire de la génération antérieure (fronts bastionnés), mais la caserne casematée, d’une capacité de 350 la branche est, reprend à peu près le tracé du chemin, puis route militaire amorcée vers 1766 et
    Référence documentaire :
    Atlas des bâtiments militaires. Ouvrages du fort de la Croix Faron. / Dessin, lavis, 1880. Service P. 88-89, 120-121. CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire
  • batterie de Mord'huy
    batterie de Mord'huy Saint-Mandrier-sur-Mer - le Cannier
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Niquet Antoine [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Corrèze Joseph [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Ramet [ingénieur militaire] Meunier
    Texte libre :
    fait aujourd'hui partie d'un lacis de routes militaires desservant les différents bâtiments et le parc
  • fort de la Croix des Signaux
    fort de la Croix des Signaux Saint-Mandrier-sur-Mer - la Croix des Signaux - isolé
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Dianous de la Perrotine Alexandre de [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Tournadre Jean-Joseph-Amable [ingénieur militaire] Corrèze Joseph [ingénieur militaire] Graillet [ingénieur militaire] Séré de Rivières Raymond Adolphe [ingénieur militaire] Pingault [ingénieur militaire] Ramet
  • autel, gradin, tabernacle (autel secondaire de la Vierge)
    autel, gradin, tabernacle (autel secondaire de la Vierge) Hyères - Ile de Porquerolles Village de Porquerolles - place d' Armes - en écart
    Historique :
    Sur un projet du génie militaire d'achèvement des détails intérieurs de l'église, daté de 1868-1869
  • batterie de Carqueiranne
    batterie de Carqueiranne Le Pradet - la Colle Noire
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Référence documentaire :
    P. 142. CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire varoise. Aix-en
  • porte Malbousquet
    porte Malbousquet Toulon
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville
    Historique :
    extension ouest du corps de place de Toulon, pour enclore des terrains militaires, dont la darse Missiessy
  • port Pothuau dit aussi port des salins
    port Pothuau dit aussi port des salins Hyères - les salins d'Hyères - - en village - Cadastre : 2013 IE 56
    Historique :
    petit embarcadère en un port militaire plus conséquent. En 1881 le port prend le nom de Port Pothuau. En militaire).
  • fort Saint-Elme
    fort Saint-Elme Saint-Mandrier-sur-Mer - Saint-Elme (hauteur)
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Observation :
    bastionné très homogène représentatif de l'architecture militaire de la décennie 1840, bien représentée par
    Texte libre :
    Portugal, et rétrogradé gouverneur militaire à Marseille. Établi à la hâte et l'économie par les colonels du terrain militaire, conformément aux exigences du comité. Par ailleurs, des changements de détail
    Référence documentaire :
    , feuille d'atlas des bâtiments militaires n° 63. la Défense, Vincennes : EG Nice Toulon, art. 2 / 8915, feuille d'atlas des bâtiments militaires n° 25.