Logo ={0} - Retour à l'accueil

lotissement Martin-Zédé

Dossier IA13001491 inclus dans quartier de la Falaise réalisé en 2000

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Lotissement résidentiel de villégiature qui organise l'espace selon la proximité familiale. La famille Martin est connue grâce aux travaux de Mme Annie Laurent. Ce lotissement s'appuie sur des voiries existantes et ne morcelle pas l'espace intérieur. La villa l'Agréable (Référence IA13001297) est bien antérieure au lotissement Martin-Zedé.

On peut noter que dans ce lotissement, toutes les villas portent des noms. Certains, tels le Gymnote, Martin-Zédé, Anticosti évoquent des réalisations familiales, qu'il s'agissent de sous-marin ou de l'île d'Anticosti dont Georges Martin-Zédé, ami du chocolatier Henri Menier, fut directeur général. Le nom de Henriette Albert évoque Henriette Legros et son époux Albert Lemoigne député de la Manche, Nisida est le prénom de l'épouse de Pierre-Emile Martin, tout en étant une île et un opéra de Donizetti. Parmi les autres noms, on trouve la Souvenance, Villa Bagatelle, La Palestine, Les Pins verts, Saint-Pierre, La Cigale, Villa Anna.

Appellationslotissement Martin-Zédé
Parties constituantes non étudiéesmaison
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonGrand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
AdresseCommune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : l' Estaque, quartier de la Falaise
Adresse : chemin de la, Nerthe, traverse, Mistral, Plage de l'
Estaque
Cadastre : 1978 Estaque L ; 1978 Estaque N

Le lotissement Martin-Zedé est créé sur le domaine de Château Fallet à l'occasion du partage successoral de Georges Martin, ingénieur civil et de Pauline-Esther Zédé, dont les enfants porteront le double patronyme (liquidation d'avril-mai 1896 et jusqu'à 1902), Peut-être un plan du lotissement a-t-il été dessiné par l'architecte Gaudensi Allar, rue de l'Académie à Marseille. En effet, celui-ci est mandaté par l'hoirie pour procéder aux ventes et les actes notariés mentionnent des numéros de lot mais ne recèlent que des plans partiels - dans la limite de notre dépouillement d'archives. Un réglement de lotissement prévoit les clôtures, les hauteurs qui ne doivent pas porter préjudice à la vue des maisons situées à l'arrière, les circulations internes au moyen de voies d'accès à la mer par des escaliers. Il prévoit aussi la protection du cadre végétal.

Les premiers lots vendus vers 1897 sont de grandes parcelles situées à l'ouest de la propriété, acquises par des bourgeois marseillais. Une seconde vague de lots autour de 1902-1908 concernent des petites parcelles le long du chemin du Littoral et des parcelles proches de la bastide pour des membres de la famille. Une troisième vague concerne la partie au nord du chemin de la Nerthe, les ventes s'échelonnant des années 1907 à 1931. Mais entre temps ont été vendus dans les années 1920 la propriété la plus importante située le long de la traverse Mistral : Villa Bagatelle (L 208), la Cigale (L 209) et Saint-Pierre (Référence IA13001148) puis l'hôtel Château Fallet lui-même, échu à Emile Martin-Zédé et à sa soeur Constance-Edith épouse Romazzotti. Les constructions s'échelonnent entre 1899 et 1933, mais la majeure partie est construite autour de 1900.

Puis, nombre de ces villas sont acquises dans l'entre-deux-guerres par des industriels ou des sociétés pour loger leur personnel de direction et d'encadrement, transformant un lotissement de villégiature familiale grand bourgeoise en lotissement résidentiel.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1896, daté par source
Auteur(s)Auteur : Allar Gaudensi
Allar Gaudensi (1841 - 1904)

1841, Toulon; 1904, Marseille. Fils de Benoit David César Allar, ouvrier de l'arsenal de Toulon et d'une couturière, Hélène Talon, il vient en 1858 à Marseille appelé par son oncle François Talon, architecte, 2e inspecteur de l'agence des travaux de la cathédrale. Il fréquente l'atelier libre de Letz et de Vaudoyer. En 1865, il est sous-inspecteur des travaux du palais Longchamp et de 1866-1872 inspecteur chargé des études pour la construction de la Bibliothèque et de l'Ecole des Beaux-Arts. En 1869, il remporte le premier prix du concours de la Société académique du Var pour la rédaction de projet de villas dans le midi de la France. En 1881, il reçoit de la Société centrale des architectes la grande médaille de l'architecture privée. Il construit beaucoup à Marseille : collège Saint Ignace, l'asile d'hospitalité pour les femmes (rue Honorat), l'école supérieure de commerce, les docks du port sud, le monument des mobiles, le Crédit lyonnais, la Société Générale, l'ancien local de la banque et le nouveau rue Saint-Ferréol (en collaboration avec Simon Girard), l'annexe de l'hôtel de Noailles, des villas et des usines (dont l'usine de glaces de Mr Zafiropoulos, bd Battala), des hotels, une centaine de "maisons à loyers" à Longchamps, au Chapitre, au boulevard du Nord (actuel bd d'Athènes), à la place Perier (place Delibes).

Il construit notamment la Villa de Costebelle pour M. Benet, bd Périer sans utiliser la pierre de taille "au moyen de matériaux nouvellement combinés", les hôtels des 99 et 101 bd de la Madeleine (actuel boulevard de la Libération), la maison Le Mée à l'angle de la rue Paradis et de la rue saint Jacques. L'immeuble à l'angle de la rue de la Grande Armée et de porte sa signature. Ajouter le chateau de Nas le Velu à Bouc-Cabries . Il construit aussi dans le Var, aux Bormettes (chateau de la Pascalette, de Théophile Teissere, Largentière à la Londe d'Hyéres, l'établissement thermal de Pioule au Luc)

Membre de l'académie de Marseille.

Frère d'André-Joseph Allar (Toulon 1845-1926), sculpteur, grand prix de Rome en 1869. membre de l'Académie des Beaux Arts, section sculpture en 1905.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte (?), attribution par source
Personnalité : Martin-Zédé commanditaire attribution par source

Le lotissement occupe les lisières d'un quadrilatère d'environ quatre hectares dont un demi-hectare au nord du chemin de la Nerthe, vestige de l'ancienne limite de propriété, avant que ne soit créée la voie de chemin de fer. Le reste, d'un seul tenant, se développe entre les actuelles traverse Mistral, le chemin du Littoral, le chemin de la Nerthe et la limite de propriété de Château Fallet après la partition d'avec les hoirs Périer, matérialisée par une voie privée et quelques escaliers. Le lotissement se caractérise par l'absence de voirie publique interne : toutes les parcelles découpées donnent sur la voirie publique qu'il s'agisse du chemin du Littoral en bas ou du chemin de la Nerthe en haut. Pour les villas sises sur la rive sud du chemin de la Nerthe, des circulations privées en escaliers entre murs permettent d'accéder à pied à la mer. Les lots ont des dimensions contrastées selon qu'il s'agit des parcelles de bord de mer - toujours inférieures à cinq cents mètres carrés et même moins - ou des villas de l'est avec grands jardins dont les superficies oscillent entre deux mille cinq cents et quatre mille mètres carrés, cependant que la rive nord du chemin de la Nerthe est bordée d'un parcellaire en lanière entre cinq cents et neuf cents mètres carrés. Le dénivellé est important qui permet trois, voire quatre lignes de construction, sans que la vue sur la rade ne soit obturée. Les constructions sont toutes de faibles hauteurs : un étage sur rez-de-chaussée et de dimensions assez modestes en bord de mer. Cependant que le chemin de la Nerthe est bordé au sud par de grosses maisons bourgeoises et le nord par un habitat pavillonnaire moyen. Le lotissement est clos de murs et donne une impression d'ensemble de zone boisée.

Typologiesportion d'îlot ; lotissement pavillonnaire

Lotissement résidentiel de villégiature qui organise l'espace selon la proximité familiale. La famille Martin est connue grâce aux travaux de Mme Annie Laurent. Ce lotissement s'appuie sur des voiries existantes et ne morcelle pas l'espace intérieur. La villa l'Agréable (Référence IA13001297) est bien antérieure au lotissement Martin-Zedé. £On peut noter que dans ce lotissement, toutes les villas portent des noms. Certains, tels le Gymnote, Martin-Zédé, Anticosti évoquent des réalisations familiales, qu'il s'agissent de sous-marin ou de l'île d'Anticosti dont Georges Martin-Zédé, ami du chocolatier Henri Menier, fut directeur général. Le nom de Henriette Albert évoque Henriette Legros et son époux Albert Lemoigne député de la Manche Cherbourg, Nisida est le prénom de l'épouse de Pierre-Emile Martin, tout en étant une île et un opéra de Donizetti. Parmi les autres noms, on trouve la Souvenance, Villa Bagatelle, La Palestine, Les Pins verts, Saint-Pierre, La Cigale, Villa Anna.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Vente d'un lot de terrain à l'Estaque (Marseille) par les hoirs Martin à Etienne Tramier, 1897. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5513

    transcription hypothécaire n°19
  • Vente d'un terrain à l'Estaque (Marseille) par les hoirs Martin à Gaimard (1897). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5513

    transcription hypothécaire n°20
  • Vente d'un terrain à l'Estaque (Marseille) par les hoirs Martin aux consorts Mistral, 1898. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 381 E 613

  • Procès verbal d'enchères des propriétés de Chateau Fallet, à l'Estaque (Marseille) 1902. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 417 U 355

  • Cahier des charges de la vente aux enchères le parc et le Chateau Fallet et cinq lots de terrain, l'Estaque (Marseille), 1902. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 427 U 617

  • Vente d'un terrain à l'Estaque (Marseille), par Martin à Leclerc, 1902. Archives départemAentales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5725

    transcription hypothécaire n°15
  • Vente d'un terrain par les hoirs Martin à Emile Cassini, à l'Estaque (Marseille), 1907. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5832.

    transcription hypothécaire n°15
  • Vente d'un terrain à l'Estaque (Marseille) par les hoirs Martin à Henriette Louise Legros, épouse de Marie Albert Lemoigne, 1907. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5832

    transcription hypothécaire n°25
  • Vente de trois villas par Martin-Zédé à Lindenmeyer à l'Estaque (Marseille), 1920. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 6131

    transcription hypothécaire n°5
  • Vente d'une propriété à l'Estaque (Marseille) par Lemoigne époux Legros à Jacques Biandratti, 1922. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 6226

    transcription hypothécaire n°22
  • Vente d'une villa à l'Estaque (Marseille) par Colombet à Kulmann, 1946. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 10578

    transcription n°607 - terrain acquis en 1931 par Ferdinand Seghetti qui fait édifier les constructions.
Bibliographie
  • LAURANT, Annie. Généalogie étendue des Martin. Dans : Le marteau pilon, histoire de la métallurgie nivernaise. Les Amis du vieux-Guérigny, Tome XXVI - juillet 2014.

  • SERVIAN, Ferdinand. L'œuvre de Gaudensi Allar. Marseille , typo et lithographie Barlatier, 1904.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Gontier Claudie