Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale du Sacré-Cœur

Dossier IA06002546 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSacré-Cœur
Parties constituantes non étudiéespresbytère, école primaire
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonMenton
AdresseCommune : Menton
Lieu-dit : la Condamine
Adresse : 15 avenue
Edouard VII
Cadastre : 2013 BK 253

Dans les premières années du 20e siècle le besoin d'une nouvelle paroisse, pour desservir le quartier de la Condamine qui s'était développé à la fin du siècle précédent, se fait sentir. La première pierre du nouvel édifice est posée le 13 mars 1910. Les plans sont de l'architecte Hans-Georg Tersling. Les fonds ont été réunis auprès des fidèles et des donateurs fortunés. L'église est inaugurée et ouverte au culte le 3 avril 1913 (1913 est la date qui figure au-dessus de la porte d'entrée) malgré son inachèvement. Il manque entre autres la façade et le clocher. Après l’interruption due à de la guerre, les travaux reprennent dans les années 1920. La décoration intérieure et les plans de la façade avec ses arc-boutants et du clocher sont modifiés par l'architecte Félix Vérola. L'église est définitivement consacrée le 4 avril 1935. Félix Vérola est également l'auteur du presbytère (1923), à l'angle de l'avenue Édouard VII et du cours du Centenaire. L'école primaire catholique, contre la façade sud-est de l'église, construite en béton armé, date des années 1930.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1910, daté par travaux historiques
1913, porte la date
1923, daté par source
1935, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Tersling Hans-Georg
Tersling Hans-Georg (1857 - 1920)

Architecte né au Danemark, Hans-Georg Tersling est diplômé de l'Académie royale des Beaux-arts du Danemark en 1879. Il s'installe à Menton (06) en 1887 et réalise la plus large partie de ses œuvres sur la Côte d'Azur. Il crée de nombreux palaces et plusieurs villas de prestige. Il est considéré comme l'un des principaux architectes de la Belle Époque sur la Riviera. Il est entre autre l'auteur de la villa Cyrnos (1892) et du Grand Hôtel (1890) de Roquebrune-Cap-Martin, du Château Malet à Cap d'Ail (1894, de l'hôtel Bristol (1898) à Beaulieu-sur-mer, du Palais Masséna (1900) à Nice et à Menton de l'église russe (1892), du casino Kursaal (1909) de l'agrandissement du Palais de Carnolès (vers 1900) et de l'hôtel Impérial (1911).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Auteur : architecte attribution par source

L'église est située dans le quartier de la Condamine, sur l'avenue Édouard VII, une des principales artères du quartier. Elle est complétée par le presbytère, bâtiment allongé de deux niveaux ayant sa façade sur l'avenue et par une école primaire.

Les murs, masqués par un enduit imitant un appareil à assises régulières, bicolore, jaune et gris, pourraient être en béton armé. Les toits sont couverts de tuiles plates mécaniques.

L'église se présente selon un plan en croix latine non orienté, le chœur est au sud-ouest. La nef, couverte d'une fausse voûte en berceau, à lunettes, est complétée par deux bas-côtés au plafonds rampants lambrissés. Quatre chapelles ouvrent sur les côtés des collatéraux. Les deux chapelles de part et d'autre du massif-antérieur sont couvertes d'une fausse voûte d'arêtes. La chapelle du bas-côté nord-ouest est couverte d'une fausse voûte plein-cintre légèrement surbaissée. Le chœur est couvert d'une fausse voûte en cul-de-four comme la chapelle qui le jouxte au nord-ouest. La structure des fausses voûtes est masquée par la peinture mais il s'agit vraisemblablement d'un lambris. Derrière l'autel, le chœur ouvre sur un espace éclairé par des fenêtres sur l'extérieur.

La façade antérieure a été plaquée contre le volume préexistant. Elle est ordonnancée, axée sur un avant-corps central plus élevé, où se trouve la porte principale surmontée d'une fenêtre haute. Cet avant-corps est couronné d'une corniche à festons et modillons. Les deux portes latérales sont surmontées de deux baies jumelées en tympan. La différence de niveau entre la travée centrale et les travées latérales est adoucie par des arcs-boutant. Les élévations latérales sont percées de baies à pilier central, surmontées d'un oculus.

A l'intérieur, du côté de l'entrée, la tribune de l'orgue repose sur deux épaisses colonnes supportant trois arcades couvertes d'un arc en plein cintre polylobé. La nef est rythmée par un alignement de grandes arcades, aux arcs en plein cintre imitant des claveaux bicolores, surmontées de fenêtres hautes à deux baies jumelées. Cette disposition se poursuit dans le chœur. Les bras du transept sont éclairés par des roses.

Mursbéton béton armé enduit d'imitation
Toittuile plate mécanique
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsfausse voûte en berceau, à lunettes
fausse voûte en cul-de-four
fausse voûte d'arêtes
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
toit polygonal
Techniquesvitrail
peinture
sculpture

Représentationsscène chrétienne, bâton brisé tête d'ange symbole liturgique Tétramorphe aigle de saint Jean boeuf de saint Luc homme de saint Mathieu lion de saint Marc rosace, acanthe couronne d'épines paysage, lys
Précision représentations

La voussure de la porte d'entrée principale superpose une frise de pampres à une frise de bâtons brisés. Le tympan est orné d'un relief en plâtre rapporté représentant la rencontre du Christ avec la Samaritaine. On retrouve à l'intérieur plusieurs panneaux de plâtre modelé rapporté. Ainsi sur le soffite de la tribune de l'orgue, elle-même soutenue par des consoles à feuille d'acanthe, on a un compartiment à rosaces. Dans le chœur, des panneaux formant une frise présentent des symboles eucharistiques. Au-dessus des chapiteaux des pilastres à la retombée des arcs des grandes-arcades, l'aigle de saint Jean, le bœuf de saint Luc, l'homme de saint-Mathieu et le lion de saint Marc sont sculptés en haut-relief (plâtre). La voûte de la chapelle de la Passion (nord) est entièrement ornée de motifs sculptés en plâtre qui se répètent et représentent la couronne d'épine dans un trilobe, alternant avec des acanthes.

A côté des deux grandes peintures monumentales étudiées, on observe des peintures murales dans les croisillons, figurant des paysages en trompe-l’œil vus à travers les arcades d'une baie figurée en plâtre : branche d'arbre et lys sur le rebord de la fenêtre, paysage maritime, paysage de montagne. Au-dessus, dans une fenêtre haute, une verrière est peinte en trompe-l’œil.

Église de style néo-roman.

Statut de la propriétépropriété privée (?)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Construction d'un immeuble annexé à l'église du Sacré-cœur [Menton]. 1922. Archives communales, Menton : 4 O 7.

    Permis de construire numéro 1922-352. Commanditaire : Bonfant curé. Architecte : Félix Vérola.
  • [Menton. Église du Sacré-Cœur]. Construction d'une maison d'habitation. 1923. Archives communales, Menton : 4 O 8.

    Permis de construire numéro 1923-293. Commanditaire : Bonfant curé. Architecte : Félix Vérola. 5 plans.
Bibliographie
  • Volpi, Jean-Claude. L'église du Sacré-Cœur à Menton un condensé d'art décoratif. Dans : Nice-Matin, 17 septembre 2016. Accès internet : <URL : http://www.nicematin.com/vie-locale/l-eglise-du-sacre-coeur-a-menton-un-condense-d-art-decoratif-78496?t=NjA0MzQyZTBhOWI3MzJhMGIxOGY3MWU4YjYzZGRmYTNfMTUyNzUxMzI5MTcwMV83ODQ5Ng%3D%3D&tp=viewpay>.

Liens web

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève - Aliotti Jean-Marc
Aliotti Jean-Marc

Architecte du patrimoine. Prestataire extérieur pour l'opération de repérage du patrimoine de la villégiature de Menton en 2013-2014, de Beausoleil (06) et de Roquebrune-Cap Martin (06) en 2016 et 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.