Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • château-fort, puis fort de Brégançon
    château-fort, puis fort de Brégançon Bormes-les-Mimosas - Brégançon - isolé
    Texte libre :
    foncier lié à la seigneurie justifie l'intérêt que lui porta la commune de Marseille. La valeur de défense . Le château médiéval, possession seigneuriale, puis de la ville de Marseille, puis château des comtes d'Arles, auquel il avait accordé en gratification, à titre héréditaire, la vicomté de Marseille et la Fos, vicomtes de Marseille, tenaient en fief les châteaux concernés, à charge de foi et hommage au recteurs de la communauté de Marseille. Ceux-ci durent doubler leur prix d'achat pour désintéresser Amiel seigneurs d'Hyères, la ville de Marseille fit approuver ses droits sur Brégançon par le comte de Provence et les seigneurs de Solliès, mais confirma à nouveau la ville de Marseille dans ses droits en 1243 . Marseille voyait surtout en Brégançon un domaine foncier de rapport, cependant que les châtelains qu'elle y ville de Marseille aurait fait hisser sa bannière le jour même de la prise de possession , mais les ville de Marseille finit par accepter le 2 Juin 1257 un traité de composition avec le comte capétien
    Historique :
    lié au château explique l'intérêt que lui porta la commune de Marseille, qui le posséda de 1218 à 1257 dans une politique de pression qui lui fit obtenir d' importantes rançons des villes de Marseille et
    Référence documentaire :
    . Marseille : Institut historique de Provence, 1928.
  • fort et château fort, puis batterie de côte dite château de Bandol, batterie du château de Bandol ou batterie de Bandol
    fort et château fort, puis batterie de côte dite château de Bandol, batterie du château de Bandol ou batterie de Bandol Bandol - Le château - avenue du château - en ville
    Texte libre :
    Marseille, et n'a pas de peuplement aggloméré, seulement un port de pèche. La fondation d'un fort, devenu . L'année précédente, Boyer avait été nommé viguier de la ville de Marseille sur présentation du roi, qui , le 14 janvier 1609, lui donne le gouvernement du fort de Notre-Dame de la Garde à Marseille, en le système défensif du port de Marseille est un ouvrage fortifié "à la moderne" dès le règne de Marseille dans l'île de Ratonneau et à la citadelle de Saint-Tropez, mais il s'agit dans ces cas précis -Victor de Marseille, avec les îles Rousse et de Bendor. Dès lors, sous le règne de Louis XIII, ce pavillon sont ensuite démolis en 1793 sur ordre de Paul Barras, représentant de la Convention à Marseille
    Historique :
    ). L'année précédente, Boyer avait été nommé viguier de la ville de Marseille sur présentation du roi, qui , le 14 janvier 1609, lui donne le gouvernement du fort de Notre-Dame de la Garde à Marseille. Ennobli par Louis XIII en 1613, Boyer obtient deux ans plus tard de l'abbé de Saint-Victor de Marseille en 1793 sur ordre de Paul Barras, représentant de la Convention à Marseille et Toulon. Un petit
  • Château Fort, Château
    Château Fort, Château La Tour-d'Aigues - Jean-Jaurès - en village - Cadastre : 1939 H 231, 232 1837 H 331 A 334
    Référence documentaire :
    Bouches-du-Rhône, Marseille : 303 E 395. , Marseille : 308 E 906. départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2 H 650. de la Durance, par le Docteur C. Jacquème. Marseille : Imprimerie de la Société du "Petit Marseillais Marseille, 1962, n° 50.
1