Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

La ressemblance stylistique des maisons du lotissement Doria avec celles du sous-lotissement de la place Malleterre (Référence IA13001152) où l'on retrouve parmi les acquéreurs de terrains le fabricant tuilier Amédée Pierre et l'entrepreneur de maçonnerie Olive, permet de poser l'hypothèse qu'ils puissent avoir construit au moins pour partie ce lotissement.

Le traitement des façades des maisons d'angle confère à l'ensemble une certaine urbanité.

Appellationslotissement Doria
Parties constituantes non étudiéestuilerie, rue, maison, immeuble à logements
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonGrand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
AdresseCommune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : quartier de l' Estaque-Eglise ou de l'Estaque-Plage
Adresse : rue
Emile-Doria
Cadastre : 1819 Séon 983 ; 1978 Estaque K 199 à 218

Le lotissement date des années 1897-1899 pour l'îlot ouest et 1900-1902 pour l'îlot est. Ce dernier occupe l'emplacement de la tuilerie Tamisier, présente sur le cadastre de 1819 et démolie en 1880. Les terrains sont vendus dans les années 1890 par Jean-Baptiste Tamisier. A l'origine, ce nom de Tamisier avait été donné à l'actuelle rue Emile-Doria, rebaptisée après la Libération. Le lotissement illustre ainsi un phénomène fréquent à l'Estaque au tournant des 19e et 20e siècles : la réutilisation de friches de tuilerie pour des opérations de lotissement d'habitats. Dans ce cas précis, il s'agit d'une vente par lots à différents propriétaires. Parmi les constructeurs identifiés se trouvent des résidents de l'Estaque (patrons-pêcheurs, poissonniers, commerçants) et des propriétaires bailleurs habitant d'autres quartiers de Marseille, dont certains étaient déjà présents dans le lotissement concerté des Creux (Référence IA13001485)

Période(s)Principale : 19e siècle , (détruit)
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Olive entrepreneur de maçonnerie (?), attribution par source
Personnalité : Tamisier Jean-Baptiste promoteur attribution par source

Le lotissement se compose de deux alignements de maisons et d'immeubles à logements, compris entre l'impasse des Oursins, la rue Martial-Reynaud et le boulevard Roger-Chieusse. La rue Emile-Doria, qui finit en impasse, sépare les deux blocs de constructions. L'îlot est, entre la rue Emile-Doria et le boulevard Roger-Chieusse, est double en profondeur. Les immeubles dont les façades donnent sur le boulevard ne sont pas homogènes avec le reste du lotissement. De part et d'autre de la rue Emile-Doria celui-ci présente deux alignements homogènes, de petits immeubles à deux logements juxtaposés et de maisons à deux ou trois travées régulières, un étage avec alignement des corniches et des bandeaux séparant l'étage du rez-de-chaussée.

Malgré quelques remaniements, les dispositions d'origine se lisent encore et permettent de distinguer deux types d'édifices : un module simple de maison à deux travées et porte latérale, un module double d'immeuble à trois travées et deux portes centrales. Plusieurs façades ont conservé leur enduit ciment à refends, mais celle de la parcelle K214 présente un enduit à la chaux ocre-rouge, probablement d'origine, avec des encadrements de baie peints en blanc.

Le carrefour entre la rue Emile-Doria et la rue Martial-Reynaud a bénéficié d'un traitement particulier, avec deux pans coupés aux immeubles d'angle. Ces pans coupés présentaient à l'origine une baie de commerce au rez-de-chaussée (un bar sur l'angle ouest, une boutique sur l'angle est), surmontée à l'étage d'une porte-fenêtre avec balcon. Au cours de l'enquête, le commerce occupant l'angle oriental a été supprimé et sa baie remplacée par une fenêtre.

Mursenduit
moellon
Toittuile creuse, tuile plate mécanique
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre
Typologieslotissement de maisons de ville ; voirie interne en cul-de-sac ; homogénéité stylistique
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Vente d'une parcelle à l'Estaque (Marseille) par Jean Baptiste Tamisier à Jean -Antoine Olive, 1897. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5511.

    transcription hypothécaire n°30
  • Vente de deux parcelles à l'Estaque (Marseille) par Jean-Baptiste Tamisier à Amédéee Pierre, 1897. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5511

    transcription hypothécaire n°31
  • Vente d'une parcelle à l'Estaque (Marseille) par Jean-Baptiste Tamisier à Jacques Roux, 1897. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille :4 Q 2 5511

    transcription hypothécaire n°32
  • Vente de deux maisons à l'Estaque (Marseille) par François Ponsard aux époux Jacques André Roux, 1911. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5949.

    transcription hypothécaire n°13
  • Rapport d'expertise - Tribunal de grande instance de Marseille.(Rapport d'estimation de la succession Tamisier-Carvin et formation des lots), biens à l'Estaque, 1873. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 130

  • Cadastre napoléonien de la ville de Marseille. 6e section F Séon (Saint Henri). Matrice des propriétés bâties et non bâties. 1827-1914. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : P4 1841-1843

    Folio 6226
  • Cadastre napoléonien de la ville de Marseille. 6e section F Séon (Saint Henri). Matrice des propriétés bâties. 1882-1912. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : P4 1849 à 1852

    cases 2493, 2820, 329, 2306, 2491, 2625
Documents figurés
  • Plan des propriétés à l'Estaque dépendant de l'hoirie de Jacques Tamisier. Le lot n°1 teinté en rose correspond au lotissement des Creux. Masse ? (expert). Dessin aquarellé, 1873. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 130.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Brunet Marceline - Fuzibet Agnès