Dossier d’œuvre architecture IA00064480 | Réalisé par
Gontier Claudie (Contributeur)
Gontier Claudie

Ingénieur d'étude-chercheur au service régional de l'Inventaire général de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1974 à 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Maison
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Dracénie Provence Verdon agglomération - Vidauban
  • Commune Vidauban
  • Adresse 2e maison rue Albert 1er
  • Cadastre 1834 B 389  ; 1976 B 525 A la suite de modifications du parcellaire, les références cadastrales sont en 2022 : BA 225.
  • Dénominations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    cellier, remise, fenil

L'édifice date probablement du 1er quart du 19e siècle. Il est antérieur à 1834 puisqu'il est porté sur le cadastre. En 1836, la maison appartenait à Louis Pellegrin, menuisier, ainsi qu'un "engard" à proximité (ancienne parcelle B 390), vraisemblablement un atelier. C'était alors la dernière construction de l'alignement. L'extension urbaine dès le milieu du 19e siècle a entraîné la construction de maisons et de bâtiments mitoyens dans ce qui était jusque-là du foncier d'exploitation agricole. La maison initiale (ancienne parcelle B 389) a englobé un entrepôt agricole dans l'unité de propriété, vraisemblablement dans la seconde moitié du 19e siècle.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 19e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 2e moitié 19e siècle

La maison se situe rue Albert 1er, dans l'alignement des maisons qui borde la chaussée. Elle est construite en blocage enduit. La façade sur rue fait apparaître deux bâtiments accolés distincts : la maison proprement dite et une remise avec grange. Aucun de ces deux bâtiments n'occupent l'intégralité de la parcelle, profonde. La maison présente un développé de façade d'environ six mètres pour une profondeur d'environ 12 mètres et une surface au sol d'environ 72 mètres carrés. L'élévation est à trois niveaux et deux travées avec une porte d'entrée latérale. Deux rangs de génoise couronnent la façade et le toit, à longs pans, est couvert en tuile creuse. La porte d'entrée est en menuiserie constituée d'un dormant et d'un battant, surmonté d'une imposte. Un décrottoir est fixé au mur, à gauche de l'entrée. L'élévation de la dépendance agricole est à deux niveaux, avec une porte charretière couverte d'un arc en anse de panier surmontée d'une baie fenière située sous un pignon.

L'entrée de la maison ouvre sur un couloir sur lequel deux portes à gauche donnent accès chacune à une pièce dont celle qui donne sur la rue Albert 1er est un espace d'habitation, l'autre, dans la profondeur, correspond vraisemblablement à un cellier. L'escalier est en fond de parcelle, tournant à retours avec jour. Il mène au rez-de-chaussée surélevé qui contient cinq pièces mais n'a pas été visité. Il est probable qu'une pièce soit établie au-dessus du couloir, et qu'une autre plus petite et aveugle soit établie entre la cage d'escalier et le mur latéral. Les pièces de cet étage donnent de plain-pied sur le jardin.

Cette maison constitue un exemple de la présence de deux cuisines dans une même maison : une cuisine d'appoint, qui est généralement utilisée l'été, est située au rez-de-chaussée surélevée, alors que la cuisine la plus ordinairement utilisée est située à l'étage carré. Ce genre de dissociation entre cuisine d'été et cuisine "ordinaire" a également été notée à Puget-Ville. Il dépasse très largement le cadre de la dépression permienne.

  • Murs
    • pierre
    • enduit
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • croupe ronde
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, escalier en équerre
  • Statut de la propriété
    propriété privée

structure : distribution par escalier en milieu : IIIA1. 2 ; élévation avec fenêtre au dessus de la porte, 2 travées : B2A ; surface au sol supérieure à 60 mètres carrés, 2 mitoyennetés : B2A2

Documents figurés

  • Plan cadastral de la commune de Vidauban, 1834 / Dessin à l'encre sur papier par Fouque Léandre, Granet, Henry et Sabatier père, 1834. Archives départementales du Var, Draguignan : 3PP_148 / 01 à 39.

    Feuille 07.
Date(s) d'enquête : 1986; Date(s) de rédaction : 1987
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Gontier Claudie
Gontier Claudie

Ingénieur d'étude-chercheur au service régional de l'Inventaire général de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1974 à 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.