Dossier IA06000037 | Réalisé par
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
ligne fortifiée dite position fortifiée du Mont-Ours, secteur fortifié des Alpes-Maritimes
Auteur
Roucaute Gérard
Roucaute Gérard

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1968 à 2005.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Alpes-Maritimes
  • Commune Alpes-Maritimes
  • Lieu-dit Mont-Ours
  • Précisions oeuvre située en partie sur la commune Castillon ; oeuvre située en partie sur la commune Sospel ; oeuvre située en partie sur la commune Sainte-Agnès ; oeuvre située en partie sur la commune Peille
  • Dénominations
    ligne fortifiée
  • Appellations
    position fortifiée du Mont-Ours, du secteur fortifié des Alpes-Maritimes
  • Parties constituantes non étudiées
    position, blockhaus, ouvrage d'infanterie, magasin de munitions

On a regroupé sous l'appellation "position du Mont-Ours" l'ensemble des organisations et édifices établis sur la crête Pic de Garuche - Mont Méras - Col de Braus - Col de l'Orme - Baisse de la Cabanette, prolongement sud-est du massif de l'Authion.

Ce dispositif, réalisé entre 1887 et 1907, en grande partie par main d'oeuvre militaire, complété ensuite vers 1930, avait pour but de constituer une ligne de défense avancée de la place de Nice, précédée au niveau du col de Braus par le fort du Barbonnet, et se raccordant au nord-ouest à l'importante position de l'Authion, également organisée.

Le trait d'union et la base en est la route stratégique courant, par extensions successives, de Sainte-Agnès au sud de Peira-Cava, par les cols de Banquettes, de Ségra, de Braus, de l'Orme, établie afin de permettre l'arrivée rapide des unités de défense mobile et de leur artillerie de campagne, et d'assurer ensuite leur ravitaillement en munitions. Cette rocade est reliée à l'arrière par plusieurs pénétrantes parfois établies tout exprès et a été tracée, dans toute la mesure où le terrain le permettait, à l'ouest de la crête topographique afin d'être défilée aux vues des observatoires italiens.

En 1940, c'est sur cette position déjà naturellement très forte qu'était déployés au sud du col de Braus les groupes d'artillerie de position du XVe CA soutenant la position de résistance jalonnée en avant par les ouvrages CORF. Au col lui-même était situé le PC de la 40e demi-brigade alpine de forteresse (colonel Sauvajon - 75e, 85e et 95e BAF) spécialement chargée de la défense de la trouée de Sospel.

Pic de Garuche, dessus du bloc 2.Pic de Garuche, dessus du bloc 2.Plusieurs ouvrages CORF prévus au programme 1931 durent être ajournés (observatoire du Mont-Ours, ouvrage de la cote 902). On put cependant réaliser par main d'oeuvre militaire l'observatoire CORF du pic de Garuche et plusieurs autres du type fortification de montagne.

Les batteries

Citées à titre simplement indicatif et pour mémoire, elles se limitent le plus souvent à une plateforme fermée à l'avant par un épaulement. Dans le cas d'espèce, l'élément déterminant est la route d'accès qui permettait aux pièces d'arriver rapidement sur les positions et de devancer un adversaire, nous donnant d'emblée l'ascendant et la supériorité du feu. Les pièces à pied d'oeuvre, il était ensuite facile, avec quelques outils de parc, d'improviser un parapet et avec le temps de l'améliorer, créer des abris, etc.

Liste des ouvrages recensés, du sud au nord1

- poste de Siricoca, Sainte-Agnès

- batterie basse du Pic de Garuche, Sainte-Agnès (?)

- batterie et observatoire du Pic de Garuche, Castillon

- poste d'infanterie de Foissa, Saint-Agnès (non localisé)

- batterie de Dameigno, Sainte-Agnès

- batterie de Testa Sana, Castillon

- poste d'infanterie du Mont-Ours, Peille

- batterie de la Tête de Loup, Castillon et Peille

- batterie de Segra, Castillon et Peille

- poste défensif du col de Segra, Peille

- batterie de la Gagarette, Peille

- batterie de l'Avellan, Peille (voir annexe 2)

- magasin à munitions du Farguet, Peille

- magasin à munitions de la Tête de Lavina, Sospel

- batterie du Petit Ventabren, Sospel

- batterie du Plan Constant, Sospel

NB : Plusieurs de ces ouvrages font l'objet d'articles sur le site Index de la fortification française 1874-1914 : voir rubrique Liens

Poste du Mont-Ours.Poste du Mont-Ours. Magasin à munitions du Farguet.Magasin à munitions du Farguet. Poste du col de Segra.Poste du col de Segra.

1source : fiches de la DTG de Nice en exécution ds prescription de la DM 3905-DCG-T/EG-S du 29 octobre 1963.

La position du Mont Ours est l'appellation de l'ensemble des organisations et édifices établis sur le prolongement sud-est du massif de l'Authion. Le dispositif est réalisé entre 1887 et 1907, complété ensuite vers 1930. Le but est de constituer une ligne de défense avancée de la place de Nice, précédée par le fort du Barbonnet et se raccordant à l'importante position de l'Authion.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle
  • Murs
    • pierre pierre de taille
    • pierre moellon
    • béton béton armé
  • Statut de la propriété
    propriété publique
Date d'enquête 1994 ; Dernière mise à jour en 1997
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.