Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA84000580 réalisé en 1987

Fiche

Dossiers de synthèse

DESCRIPTION

Situation

A proximité immédiate du centre-ville, cette ferme, située avenue Jean Jaurès sur laquelle s'aligne sa façade nord, présente une façade antérieure sud s'ouvrant sur une vaste cour, autour de laquelle sont venus s'implanter les bâtiments médiocres d'un garage et d'un parking.

Composition d'ensemble

La ferme est constituée de trois corps de bâtiments groupés :

- au sud, le bâtiment originel A est un bloc parallélépipédique divisé en deux parties à peu près égales, l'une comprenant l'habita­tion, l'autre les écurie et remise.

- au nord, B est constitué par une enfilade de pièces venues se greffer sur A.

- à l'est, un groupe de remises constitue C.

Cet ensemble s'ouvre au sud sur une terrasse qu'un mur bas sépare de la cour et sur lequel s'appuie une pergola en ferronnerie ornée d'une glycine.

Matériaux

- Maçonneries enduites.

- Reliefs des élévations extérieures de A en pierre de taille.

- Escaliers en plâtre et bois.

- Cheminée de marbre.

Structure

A et B comportent un étage carré au-dessus d'un rez-de-chaussée. Très remanié, le corps de bâtiment A conserve cependant sa disposition globale d'une partie est, le logement, triple en largeur et double en profondeur ; d'une partie ouest, l'écurie, simple en largeur et en profondeur. Le vestibule Aa, qui correspond à l'entrée originelle du logement, distribue de part et d'autre les pièces Ab et Ag et introduit dans l'axe de la porte d'entrée à un dégagement Ae ouvert sur l'actuelle cage d'escalier ; en Ba, qui constitue aujourd'hui un second vestibule s'ouvrant sur l'avenue Jean Jaurès, escalier suspendu d'une volée de 18 marches tournant à gauche autour d'un jour. Les autres pièces de B, en enfilade sur l'avenue, sur laquelle elles prennent jour chacune par une fenêtre, sont accessibles depuis Ab et Ad. Indépendante, l'écu­rie Ai - aujourd'hui garage - comporte plusieurs entrées : une porte sud et un portail ouest ; plus une porte intérieure percée dans le mur ouest de la cage d'escalier Ah. Au nord une porte et une fenêtre murées indiquent la disposition antérieure à l'adjonction de B. En Ah l'esca­lier se compose d'une volée droite de 18 marches menant du premier étage à l'ancienne remise Ai récemment aménagée en appartement ; puis de deux courtes volées suspendues tournant à droite autour d'un jour et qui conduisent au grenier.

Élévations

- Élévation antérieure sud

L'élévation antérieure de A, comprenant deux niveaux couronnés par une corniche de pierres plates, a fait l'objet d'un traitement différencié. La façade de l'habitation au décor plus appuyé comprenait une ordonnance régulière à quatre travées de baies rectangulaires avec cadres appareillées, réparties sur les deux niveaux que sépare un ban­deau mouluré, et comprises entre des pilastres doriques surmontés par un chaînage de pierre au second niveau. Très modifié, le premier niveau conserve intacte la porte d'entrée inscrite dans une travée de pilastre doriques supportant un entablement ; à l'extrémité ouest, une petite porte percée a posteriori s'ouvre sur l'escalier qui dessert l'ancienne remise. La partie écurie-remise est simplement percée de baies rectan­gulaires avec cadres.

- Élévation latérale ouest

Façade disparate avec :

- A : entre des chaînes d'angle les deux niveaux sont couronnés par une génoise à trois rangs et sont percés d'un portail et d'une baie fenière en arc en plein-cintre, à ébrasement extérieur concave.

- B : couverture en appentis au-dessus d'une travée de fenêtres rectangulaires.

- Élévation postérieure nord

Façade à deux niveaux couronnés par une génoise et à sept travées de baies rectangulaires, pour la plupart ornées de cadres peints. Une enseigne peinte au centre entre premier et deuxième niveaux mentionne "MAISON DE LA FAMILLE".

Couverture

Comble non visité. Tuiles creuses.

Distribution intérieure

Peu d'éléments de décor ont été conservés.

- En Ag un lambris bas à décor de panneautage court autour de la pièce ; sur le mur est cheminée du début du siècle en marbre rouge dont la hotte s'inscrivait dans une travée de pilastres ioniques (ne restent que les chapiteaux) ; au plafond simple moulure rectangu­laire.

- Ai a un plafond à poutres apparentes dont certaines sont gravées de marques.

- En Ba escalier au départ en volute, avec limon à la française et rampe à barreaux droits.

CONCLUSION

Cette ferme, l'une des plus proches du centre ville avec celle située rue Faubourg du Cagnard (section CI, parcelle 54) semble dater du milieu du XIXe siècle et avoir subi des travaux d'agrandissement et de remaniement de la distribution intérieure autour de 1900. A cette période appartiennent notamment les deux escaliers situés en Ah et Ba : l'emplacement de l'escalier originel n'est pas décelable aujour­d'hui, mais on peut imaginer qu'il se situait au centre de A, distri­buant ainsi l'ensemble du premier étage.

C'est par l'élévation antérieure du logement, très soignée avec son encadrement par un ordre de pilastres, dont le motif est rappelé sur la porte d'entrée, que cette ferme se distingue de celles, nombreuses, situées au nord-est de la ville (section BT). Pour le reste sa dispo­sition et sa composition sont tout à fait représentatives du type habituellement rencontré à Cavaillon : un seul bâtiment dans lequel se juxtaposent les fonctions et qui, orienté plein sud, s'ouvre sur une vaste cour ou sur un pré.

Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCavaillon - Cavaillon
AdresseCommune : Cavaillon
Adresse : 30 avenue
Jean-Jaurès
Cadastre : 1982 CK 1124

Cette ferme est l'une des plus proches du centre ville ; elle semble dater du milieu du 19e siècle et avoir subi des travaux d'agrandissement et de remaniement de la distribution intérieure autour de 1900. A cette période appartiennent notamment les deux escaliers ; l'emplacement de l'escalier originel n'est pas décelable, probablement au centre du corps de bâtiment. Sa disposition et sa composition sont tout à fait représentatives du type habituellement rencontré à Cavaillon : un seul bâtiment dans lequel se juxtaposent les fonctions et qui, orienté plein sud, s'ouvre sur une vaste cour ou sur un pré. Elle se distingue par son élévation soignée.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

La ferme présente sa façade nord sur l'avenue et ouvre au sud sur une vaste cour, autour de laquelle sont venus s'implanter les bâtiments médiocres d'un garage et d'un parking. Elle est constituée de trois corps de bâtiments groupés : au sud, le bâtiment d'origine, bloc parallélépipédique divisé en deux parties à peu près égales, l'une comprenant l'habitation, l'autre l'écurie et la remise. Sur l'avenue, l'autre corps de bâtiment, en triangle, venu compléter le premier dans l'alignement de la rue, est constitué d'une enfilade de pièces ; enfin, accolés à l'est, 4 pièces de remise. Cet ensemble s'ouvre au sud sur une terrasse qu'un mur bas sépare de la cour et sur lequel s'appuie une pergola en ferronnerie ornée d'une glycine. Maçonnerie enduite et reliefs en pierre de taille. Le vestibule axial distribue une pièce de part et d'autre, et par un dégagement à l'arrière, ouvre sur l'entrée côté avenue, qui contient une cage d'escalier. Côté avenue, on trouve ensuite quatre pièces en enfilade. Indépendante, l'ancienne écurie, aujourd'hui garage, comporte plusieurs entrées : une porte au sud et un portail à l'ouest (au nord, une porte et une fenêtre murées signalent l'adjonction du bâtiment côté avenue). Le premier étage a été récemment aménagé en appartement, auquel mène une deuxième cage d'escalier placée dans la dernière travée gauche du corps principal. L'élévation antérieure sud comprend deux niveaux couronnés par une corniche de pierres plates ; elle a fait l'objet d'un traitement particulier : ordonnance régulière de quatre travées avec encadrement appareillé, comprises entre deux pilastres doriques surmontés par un chaînage de pierre au second niveau. Très modifié, le premier niveau conserve intacte la porte d'entrée inscrite dans une travée de pilastres doriques supportant un entablement. Façade latérale ouest disparate avec des chaînages d'angle harpés, génoise à trois rangs, portail et baie fenière en arc pein-cintre et à ébrasement concave. Au nord, façade à deux niveaux de sept travées irrégulières (fenêtres larges ou étroites, fenestrons, baies aveugles).

Mursenduit
maçonnerie
Toittuile plate
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Giraud Marie-Odile
Giraud Marie-Odile

Chargée d'études documentaires DRAC/CRMH. 1er quart 21e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Marciano Florence
Marciano Florence

Opératrice de saisie Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.