Logo ={0} - Retour à l'accueil
Hôtel de Réauville, puis de La Tour-d'Aigues, puis de Caumont, actuellement conservatoire de musique

Ensemble de reliefs (décor d'architecture) du salon de compagnie (rez-de-chaussée)

Dossier IM13000449 réalisé en 2010

Fiche

Dénominationsrelief
Parties constituantes non étudiéesdessus-de-porte, trumeau de cheminée
Aire d'étude et cantonAix-en-Provence-Centre
AdresseCommune : Aix-en-Provence
Lieu-dit : Quartier Mazarin
Adresse : 3 rue Joseph-Cabassol
Emplacement dans l'édificerez-de-chaussée
salon de compagnie (pièce centrale de l'aile sud)

Honoré Gastaud, qualifié de sculpteur en plâtre reçoit en 1742 un acompte pour la décoration des appartements du midi (trumeaux, dessus-de-portes...) et le paiement de l'ouvrage réalisé en 1743. Les panneaux de trumeaux en bois disparus avaient été réalisés par le sculpteur Esprit Routier (payé en mars 1739) et dorés par Elzéar Valisset (payé en avril 1739).

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Dates1742, daté par source
Auteur(s)Auteur : Valisset Elzéar
Valisset Elzéar

Doreur à Aix-en-Provence. 2e quart 18e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur attribution par source
Auteur : Gastaud Honoré
Gastaud Honoré

Sculpteur sur plâtre. A participé à la décoration intérieure de l'hôtel de Réauville (hôtel de Caumont) à Aix-en-Provence de 1719 à 1745. Il collabore en 1722 à la réalisation des deux termes en plâtre du vestibule en compagnie d'Esprit Routier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
stucateur attribution par source
Auteur : Routier Esprit , dit(e)
Routier Esprit , dit(e) (1701 - )

Sculpteur, auteur avec Honoré Gastaud des termes du vestibule de l'hôtel de Réauville (hôtel de Caumont) à Aix-en-Provence en 1722.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source

Le salon de compagnie présente un décor de stuc, aux motifs parfois sculptés sur place, en taille directe, ou moulés et rapportés. Des panneaux moulurés verticaux rythment les murs aux angles et sur les trumeaux entre les fenêtres et au-dessus de la cheminée. Les adoucissements du plafond sont ornés d'un motif continu de médaillons et de rinceaux. Certains motifs (visages, amours ...) sont en haut relief. Les reliefs sont actuellement laissés blancs sur un fond de mur ou de plafond coloré.

Catégoriesgypserie
Matériauxstuc, modelé, décor dans la masse, moulé, décor rapporté, décor en haut relief
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographiesguirlande, fleur
tête, femme, en médaillon, de profil, tête, homme, à l'antique
feuille, godron, coquille, cannelure, arabesque
pilastre, entrelacs, mascaron
flèche, palme, laurier, ruban
balance, sabre
rinceau, oiseau, volute, serpent, aile, putto, dais, arc, épée, carquois, lion, flamme
les Vertus cardinales, Force, lion, colonne, Prudence, miroir, serpent, Justice, balance, épée, Tempérance, vase, eau, femme, phytomorphe
Précision représentations

Le mur sud est orné d'un panneau entre les deux fenêtres, chantourné dans sa partie haute, qui devait servir d'encadrement à un miroir. Il est surmonté d'un cartouche au cadre constitué d'un entrelacs d'arabesques et de rinceaux, portant des agrafes de style rocaille. Une tête féminine est au centre d'un motif de feuillage à godrons. Elle est surmontée d'une guirlande de fleurs. De part et d'autre, le mur est cantonné de deux panneaux étroits à motifs de guirlandes de fleurs en haut et en bas. Au centre, se trouve un médaillon avec un visage d'homme, à gauche, et de femme, à droite, de profil, traités à l'antique.

Les trumeaux, à l'ouest et à l'est, sont encadrés par des pilastres au décor d'entrelacs en haut et en bas, et portant au centre un mascaron. Ils sont couronnés d'un trophée suspendu par un ruban à une feuille d'acanthe. Le trophée est constitué de palmes, de lauriers, d'une balance, d'un sabre, d'un caducée et d'un carquois (à l'est). A l'ouest, ces objets sont remplacés par une flûte de Pan, une flûte à bec et une flèche.

Sur l'adoucissement du plafond court une frise de rinceaux, de volutes et de moulures cannelées, peuplés de putti ailés, parfois sous un dais, et tenant divers attributs : arc, épée, carquois, flambeau, fleurs et d'autres objets non identifiés. Se mêlent à eux des oiseaux, des serpents ailés et des lions. Au-dessus des trumeaux ouest et est, la frise est en léger ressaut et forme un entablement cantonné de figures féminines dont le bas du corps se termine en feuillage. Sur un treillis à rosettes, se détache un cartouche à l'encadrement de cannelures déchiquetées, surmonté d'acanthes ou de guirlandes de fleurs. Au centre des cartouches se jouent des scènes allégoriques. On les retrouve sur les quatre côtés de la pièce. Elle représentent les vertus cardinales. A l'ouest, la force : Minerve pose sa main droite sur un lion, un putto lui apporte une colonne. A l'est, la prudence : une femme tient dans sa main un serpent qu'elle présente devant un miroir tenu par un putto. Au sud, la justice : une femme casquée (Thémis ?) tient un glaive dans la main droite et désigne la balance que tient un putto. Au nord, la tempérance : une femme regarde un putto versant de l'eau d'un vase dans un autre.

Les angles du plafond sont occupés par le monogramme des Rolland-Réauville (deux R affrontés) dans un médaillon cantonné de dragons et de rinceaux terminés par un visage féminin de profil.

État de conservationoeuvre restaurée
oeuvre incomplète
Précision état de conservation

Les reliefs sculptés sur bois et rehaussés d'or qui décoraient les trumeaux ont disparu.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève