Dossier d’œuvre architecture IA06001629 | Réalisé par
  • patrimoine industriel, parfumeries de Grasse
parfumerie Robertet & Cie
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse
  • (c) Conseil général des Alpes-Maritimes

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
  • Commune Grasse
  • Lieu-dit quartier des Casernes
  • Adresse 37 avenue Sidi-Brahim
  • Cadastre 2006 BZ 73

Après une cinquantaine d'années d'existence, la société de parfumerie, fondée par François Chauve vers 1850, reprise vers 1875 par Paul Robertet, et gérée par Jean Baptiste Maubert, change de site de production. Le terrain où se trouve l'établissement est acquis par la société en 1894. Il s'agit d'une propriété agricole comprenant une maison rurale. Un premier édifice de trois corps de bâtiment est rapidement bâti, puisque la société s'y installe définitivement vers 1897. D'autres locaux sont construits dans les années qui suivent. Il s'agit d'un hangar qui double approximativement l'aile droite de l'édifice principal, d'un laboratoire et de deux dépôts. Dans les années 1920, la société charge l'architecte grassois Léon Le Bel de la construction d'un atelier d'extraction. Celui-ci est rapidement et largement agrandi (années 1930 ?). A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, l'établissement compte donc 6 à 7 bâtiments principaux, auxquels s'ajoute un ensemble de plus petites structures de type appentis, hangars. Après la guerre, l'extension du site se poursuit. Vers 1950, le bâtiment où se trouve aujourd'hui l'atelier des mélanges existe. A cette date commencent également les travaux de construction du bâtiment Iris, en remplacement de l'ancien hangar, alors que les deux dépôts construits dans les années 1920 sont reliés par un toit central et forment l'unité dite CI CE. Les années 1950, voient aussi l'édification du local des butaflors sous les bâtiments d'extraction, celle de l'actuel distilloir, accolé aux ateliers d'extraction et celle de l'actuelle cantine, à l'entrée du site. Ce dernier bâtiment avait auparavant servi de siège à la société de parfumerie Cavallier Frères, rachetée par Robertet & Cie en 1966. Les dernières extensions significatives ont lieu dans les années 1970-1980 avec la construction d'un imposant bâtiment appelé le silo où se trouve aujourd'hui la chaufferie. La transformation du bâtiment des Iris et du bâtiment principal, ainsi que la construction du bâtiment vitré où sont installés les bureaux du service technique se font au même moment. Enfin, un bâtiment aujourd'hui en grande partie désaffecté est bâti au bas de la propriété. D'un point de vue institutionnel, la société passe au milieu des années 1920 sous le contrôle presque exclusif de la famille Maubert. Les descendants de Jean Baptiste Maubert s'efforcent depuis de conserver l'indépendance de la société. La famille Maubert possède aujourd'hui une majorité confortable au conseil d'administration. La société qui emploie plus de 400 personnes, a pour principales activités la fabrication d'arômes alimentaires, de matières premières pour la parfumerie et de compositions parfumées. Elle exploite deux sites de productions. Dans les années 1950, la société employait environ 75 personnes. Les débuts de son expansion datent des années 1970-1980. Cette croissance se poursuit aujourd'hui puisque Robertet a racheté en 2007 la société grassoise Charabot, qui emploie plus de 300 personnes et exploite trois sites dans la région grassoise.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Principale : 2e quart 20e siècle
    • Principale : 2e moitié 20e siècle
    • Secondaire : 1er quart 20e siècle
  • Dates
    • 1920, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Le Bel Léon
      Le Bel Léon

      DPLG, 1907. Élève de Maurice Denis, se lie avec Vlaminck et Derain. Spécialité avant-guerre de villas pour les industriels grassois et après-guerre de bâtiments industriels pour les parfumeries. Conçoit également des décors intérieurs et fait appel à des artistes comme Louis Süe, Rulhmann, Jaulmes, Jean-Gabriel Domergue, Richard Desvallières et Da Sylva. A travaillé à Cannes pour M. Hachette.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.

Du fait d'un aménagement au coup par coup, ce site présente une grande variété de types architecturaux. Ce trait est d'autant plus prononcé que les différents bâtiments ont eux-mêmes été transformés à diverses reprises. Le premier bâtiment (IA06001630) et le bâtiment dit des iris (IA06001631), aujourd'hui accolés, forment un premier groupe de constructions desservi par une rue intérieure délimitée par une allée de platanes. Cet ensemble est principalement destiné à l'administration, aux bureaux commerciaux et à divers laboratoires de recherche ou de contrôle qualité. Il comprend aussi, à l'arrière, la cheminée en briques (qui n'est plus en service), quelques ateliers de production (ateliers des absolues, de glaçage) ainsi que le principal quai de réception et de départ des marchandises. Un deuxième groupe d'ateliers se trouve sur la partie est du terrain. Il s'agit d'un ensemble de locaux rectangulaires en béton, toitures en terrasse, d'un ou deux niveaux. Malgré des périodes différentes de construction, ce groupe d'ateliers présente des caractéristiques architecturales assez similaires. Il est entièrement destiné à la production. Un édifice principal concentre, à un niveau qui forme un rez-de-chaussée surélevé, les batteries d'extraction statiques et dynamiques, un atelier de broyage et au niveau de soubassement, le distilloir. Cet espace comprend en outre le bâtiment dit du silo, où se trouve la chaufferie. Il s'agit d'un édifice aveugle (mis à part une porte d'accès), de forme carrée, toiture en terrasse. Enfin, le site comprend un troisième ensemble de constructions très hétérogène situé au sud, sur une partie basse du terrain. C'est là que se trouvent, aménagés dans des halles rectangulaires avec toitures à longs pans et couvertures en tuiles mécaniques, les ateliers des résinoïdes et la lingerie. L'espace comprend, dans une structure entièrement métallique, l'atelier des synthèses ainsi qu'un bassin, la cantine et le bâtiment des mélanges.

  • Murs
    • métal
    • enduit
    • moellon
    • pan de béton armé
    • pan de métal
    • béton armé
  • Toits
    tuile creuse, tuile mécanique, béton en couverture, métal en couverture
  • Étages
    1 vaisseau, sous-sol, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés, étage de comble
  • Couvertures
    • terrasse
    • toit à longs pans
  • Énergies
    • énergie thermique
    • énergie électrique
    • produite sur place
    • achetée
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Éléments remarquables
    atelier de fabrication, bâtiment administratif d'entreprise

à signaler

Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable
Image non consultable