Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • fortification d'agglomération, extension Missiessy-Malbousquet
    fortification d'agglomération, extension Missiessy-Malbousquet Toulon - 3ème fortification d'agglomération
    Description :
    , enveloppant exclusivement des terrains militaires et la darse de Missiessy, est celle dont subsiste le tronçon
    Annexe :
    démolition n’en fut conduite que de juillet 1859 à avril 1860. Les établissements et bâtiments militaires et l’hôpital militaire,devaient être conservés et réintégrés au nouveau parcellaire, formant des prévu en 1859 dans le nouveau quartier militaire intra-muros au nord du chemin de fer. Le bastion Saint fluidité des axes viaires, sont nettement antérieures au déclassement militaire, et postérieurs de moins de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Projets pour 1864-1865. Bâtiments militaires : compléter la caserne de retranchement K, caserne
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Long Antoine
    Texte libre :
    des travaux incluait « les dépenses afférentes aux bâtiments militaires à créer dans l’enceinte militaire, notamment en supprimant toute coupure et en enterrant sous le rempart le canal de décharge du militaires jusque dans les années 1930. Dans l’état réalisé du bastion 9, jamais entièrement achevé (flanc façade regardant les deux voies militaires de la marine, routière et ferrée. Ces aménagements n’ont pas matérialisé par une « route militaire » bordée d’une clôture légère raccordé par les deux bouts au chemin de magasins casematés, certains ouvrant sur la route militaire traversante, et logés dans les reliefs naturels magasin-caverne dont la cour en fosse bordait la route militaire au pied de l’escarpement de la hauteur passages des voitures ou convois, strictement militaires et d’une densité faible, ne justifiaient pas de militaire, tout en définissant les typologies. Il convient toutefois de reformuler ici les caractéristiques militaire majoritaire (poterne Sainte-Anne) ou exclusif (porte Malbousquet). Les fronts maritimes de
    Historique :
    enveloppe la ville, l'autre seulement des terrains militaires. Rédigé et dessiné en avril 1860 sous la la zone militaire Missiessy-Malbousquet, des mesures de démantèlement aussi intenses que celles qui
    Référence documentaire :
    Projets pour 1864-1865. Bâtiments militaires : compléter la caserne de retranchement K, caserne . Service Historique de la Défense, Toulon : Atlas des bâtiments militaires. militaires.
  • fortification d'agglomération, extension nord-ouest et darse Castigneau
    fortification d'agglomération, extension nord-ouest et darse Castigneau Toulon - 2ème fortification d'agglomération
    Description :
    poterne dite porte Sainte-Anne), enveloppant l'ancien quartier militaire (arsenal de terre, caserne Lamer conservée. Seule demeure assez complète la poterne nord, d'usage militaire, dite porte Sainte-Anne
    Annexe :
    démolition n’en fut conduite que de juillet 1859 à avril 1860. Les établissements et bâtiments militaires et l’hôpital militaire,devaient être conservés et réintégrés au nouveau parcellaire, formant des prévu en 1859 dans le nouveau quartier militaire intra-muros au nord du chemin de fer. Le bastion Saint fluidité des axes viaires, sont nettement antérieures au déclassement militaire, et postérieurs de moins de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville Projets pour 1858-1859 Bâtiments militaires : Plans des alignements de la ville (extension urbaine
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Picot Edouard [ingénieur militaire] Long Antoine [ingénieur militaire] Corrèze Joseph
    Texte libre :
    à abriter les bâtiments à vapeur de la marine militaire… » . Ce couronné n’était pas conçu nettement l’ancien retranchement Sainte-Anne (voué à accueillir des équipements militaires, dont un nouvel hôpital ), dans lequel le seul local militaire associé à la porte était un corps de garde casematé sous le rempart partie à acquérir, un quartier militaire, voué à l’arsenal de terre, au nouveau parc d’artillerie et à des casernes. Ainsi, l’usage purement militaire et non civil de la poterne Sainte-Anne se renforçait
    Historique :
    militaires. En 1887, l’État autorise la ville à percer une nouvelle issue non défensive dite « coupure quartiers extra muros à la cité Montéty. A la suite du déclassement militaire de l'enceinte en janvier 1921
    Référence documentaire :
    Projets pour 1858-1859 Bâtiments militaires : Plans des alignements de la ville [extension urbaine
  • fortification d'agglomération, enceinte de la ville ancienne et des darses Vieille et Neuve
    fortification d'agglomération, enceinte de la ville ancienne et des darses Vieille et Neuve Toulon - 1ère fortification d'agglomération - en ville
    Description :
    intégrée au bastion. La porte d'Italie, à la fois ouvrage de défense avec demi-lune et bâtiment militaire
    Annexe :
    démolition n’en fut conduite que de juillet 1859 à avril 1860. Les établissements et bâtiments militaires et l’hôpital militaire,devaient être conservés et réintégrés au nouveau parcellaire, formant des prévu en 1859 dans le nouveau quartier militaire intra-muros au nord du chemin de fer. Le bastion Saint fluidité des axes viaires, sont nettement antérieures au déclassement militaire, et postérieurs de moins de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Illustration :
    Plan de repérage des restes conservés de l'enceinte urbaine, des bâtiments militaires de la ville
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Negro (Nigra) Ercole [ingénieur militaire] Bonnefons Raymond de [ingénieur militaire] Bonnefons Jean de [ingénieur militaire] Le Prestre de Vauban Sébastien [ingénieur militaire] Niquet Antoine [ingénieur militaire] Boniface François-Hyacinthe de [ingénieur militaire] Milet de Monville Nicolas François [ingénieur militaire] Aumale Charles François Marie d' [ingénieur militaire] Vialis Michel-Joseph de
    Texte libre :
    reprises au XVIIIe siècle comme option des projets généraux des ingénieurs militaires royaux. Au mois de mentionné à partir de 1536, était alors à la fin de sa brillante carrière d’ingénieur militaire propagateur confirmation de privilèges, d’octroi de droits et d’exemptions de taxes, astreintes et services militaires , avec attribution de la charge de gouverneur au premier consul, en évitant les servitudes militaires et et ingénieur militaire piémontais Ercole Negro, ou Nigra (1541-1622), auteur de plusieurs dessins jusqu’en 1588, avait participé à des campagnes militaires durant les guerres de Religion, et produit des militaires du duc de Savoie, alter ego d’Ercole Negro, Ascanio Vitozzi. A Toulon, il eut pour mission
    Historique :
    , commissaire de l'artillerie et ingénieur militaire français pionnier du bastion, à la demande de Claude de l'ingénieur militaire piémontais Ercole Negro, qui élabore un nouveau plan avec front de terre à six bastions maintenant la porte Neuve, et, après le déclassement militaire des enceintes (1921), jusque l'après seconde
  • fortification d'agglomération de Saint-Tropez
    fortification d'agglomération de Saint-Tropez Saint-Tropez
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture militaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Texte libre :
    militaire que les habitants de Saint-Tropez devront au comte de Provence. Raphaël de Garessio s’engage de exceptionnellement précoce pour la Provence si l’on se réfère aux chantiers d’architecture militaire contemporains une exceptionnelle carrière de capitaine et d’ingénieur militaire au service des rois de France jeune ingénieur militaire de la Marine. Le front bastionné sud de la grande enceinte de ville y est
    Référence documentaire :
    CROS, Bernard. Citadelles d'Azur, quatre siècles d'architecture militaire varoise. Aix-en-Provence DALLEMAGNE, F., MOULY, J. Patrimoine militaire. Paris , 2002.
1