Logo ={0} - Retour à l'accueil

ouvrage fortifié (tour) puis beffroi dit porte Saint-Michel

Dossier IA04000990 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationtour
Appellationsporte Saint-Michel
Dénominationsouvrage fortifié, beffroi
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
AdresseCommune : Castellane
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : rue
Nationale
Cadastre : 1834 Fu non cadastré ; 2008 AB 124

La tour de la porte Saint-Michel est datée traditionnellement, avec l'ensemble des remparts de Castellane, de 1359 et des années qui ont suivi. Elle a été transformée en beffroi communal au 18e siècle, avec l'adjonction d'un campanile métallique avant 1775. La porte Saint-Michel était autrefois une tour ouverte à la gorge. Mais l'élévation intérieure a été murée à une époque indéterminée. La tour a été classée monument historique en 1920.

Période(s)Principale : 2e moitié 14e siècle
Secondaire : 18e siècle
Dates1359, daté par travaux historiques

La porte Saint-Michel s'apparente aux autres tours conservées des fortifications de Castellane : maçonnerie en assises assez grossières de petits moellons ; chaînes d'angles en pierre de taille en tuf, bossagées dans les parties supérieures ; rangs de consoles à quatre ressauts en quart-de-rond. Le mâchicoulis a cédé la place à un beffroi dont la forme est originale. L'édicule de plan carré où se trouve l'horloge est en effet surmonté d'un cylindre maçonné lui-même prolongé du campanile en fer forgé qui porte la cloche. Ce campanile se compose de bulbes métallique, l'un, le plus grand, qui porte la cloche, et l'autre, le plus petit, situé au-dessus du premier et couronné d'une girouette et d'une croix. C'est la plus grande tour des fortifications de Castellane (20 m jusqu'à la partie cylindrique, soit environ 25 m jusqu'à la croix). En rez-de-chaussée, la tour, de plan carré, donne le passage à la rue Saint-Victor, grâce à une voûte en berceau en pierre de taille fermée à l'est par un arc brisé dont la naissance est soulignée par un bandeau en quart-de-rond. Entre cette porte et l'édicule de l'horloge au sommet de la tour se trouvent deux étages. Dans le premier, très élevé et vide, ne passent que les cordes de l'horloge à poids (IM04001529). Cet étage correspond à l'ancienne ouverture à la gorge. Il est dépourvu d'escalier. Le second étage sert d'accès à l'horloge grâce à une ouverture pratiquée dans le mur nord qui communique avec la maison voisine. Un escalier en vis conduit à l'étage supérieur où se trouve l'horloge.

Murscalcaire
tuf
fer
enduit
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étages3 étages carrés
Couvrementsvoûte en berceau
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis
Statut de la propriétépropriété privée
propriété de la commune, []
Protectionsclassé MH, 1920/09/13

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Procès-verbal de visite de la Porte Saint-Michel], 17 juillet 1652. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : B 1138.

    La porte Saint-Michel a été à moitié incendiée.
Bibliographie
  • LAURENSI, Joseph. Histoire de Castellane ou Connaissance exacte des changements survenus à cette ville des différentes parties qui la composent des lieux qui en dépendent des évènements qui la concernent par rapport au gouvernement ecclésiastique et séculier avec une suite chronologique et historique des évêques de Senez, 1775. - Castellane : Gauthier Imprimeur, 1898 (première édition : 1775), 555 p. : notes.

    p. 163, 278 et 444 : construction des fortifications de Castellane à partir de 1359. Agrandissement au 16e siècle. Etat des fortifications au 18e siècle. La porte de Saint-Michel fut une des deux portes de Castellane, avec celle du Mazeau, à ne pas être murées pendant les guerres de religion.
  • Mesqui, Jean. Parements à bossage dans la fortification et le génie civil en France au Moyen Âge. Dans : Études de castellologie médiévale, XIII, acte du colloque international tenu à Wageningen, 31 août - 6 septembre 1986, 1987, p. 97-126.

    p. 97-126
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud