Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    maison
  • Aires d'études
    Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
  • Adresse
    • Commune : Le Fugeret

Les parties les plus anciennes des maisons du village datent sans doute du 13e siècle (Rue du Barri). Une vingtaine de maisons portent une date. Les plus anciennes relevées remontent au 16e siècle (1534, 1536) et au 17e siècle (1689, 1691), les autres datent des 18e, 19e et 20e siècles. A Chabrières, la plus ancienne date repérée est 1711 ; à Argenton, il est du début du 19e siècle. D'une manière générale, les maisons ont connu de nombreuses reprises au cours des 18e, 19e et 20e siècle. Ceci est particulièrement vrai à Argenton où la lecture du cadastre ancien montre que plusieurs maisons ont été entièrement reconstruites, avec parfois des plans différents.

Le repérage des maisons sur la commune du Fugeret a été effectué au mois de juin et juillet 2011. 126 maisons ont été repérées et 25 sélectionnées. 75,5% sont situées au village, 14,5% à Argenton, 5,5% à La Béouge et 4,5% à Chabrières. Elles présentent très majoritairement trois ou quatre niveaux d'élévation, parfois deux ou cinq niveaux. La présence d'un, deux, trois voire quatre étages de soubassement a été repérée pour 60,5% du corpus communal. Cette proportion est un peu plus faible au village, elle est plus importante à Argenton et à Chabrières. La présence d'une voûte a été observée pour la moitiée du corpus communal. 71,5% des maisons de la commune possèdent une étable (83,5% à Chabrières, 79% au village, 55,5% à Argenton, 0% à La Béouge). 43,5% possèdent un séchoir (éventuellement à loggia) (100% à La Béouge, 66,5% à Chabrières, 50% à Argenton, 36% au village). En revanche, seules 20% possèdent un fenil (33,5% à Argenton, 20% au village, 0% à La Béouge et Chabrières). Au village et à Chabrières, les maisons sont construites en maçonnerie mixte de moellons de calcaire et de grès, avec l'usage très ponctuel des galets, ailleurs elles sont en maçonnerie de moellons de grès. La présence de chaînes d'angles en pierre de taille concerne la moitié du corpus communal. Les enduits des élévations sont majoritairement à pierres vues, lissés, à la tyrolienne ou rustiques ; quelques maisons des hameaux ne possèdent pas d'enduit. La présence d'un escalier de distribution extérieur en maçonnerie est fréquente : 57% au village, 61% à Argenton, 83,5% à Chabrières, 86% à La Béouge. Les toits sont majoritairement à un pan au village (60%), très majoritairement à longs pans dans les hameaux (66,5% à Argenton, 71,5% à La Béouge, 83,5% à Chabrières). Dans ces hameaux, les toits sont souvent à forte pente et sont alors traditionnellement couverts en planches de mélèze. Des couvertures en lauzes sur toit en pente douce ont également été repérées à Argenton et à Chabrières. Au village, les toits sont en pente douce et sont couverts en tuile creuse. Les décors de façade (peints et/ou gravés) concernent que 31% du corpus communal, mais on les retrouve presque tous au village : faux encadrements, cadres de façade, bandeaux de génoise ou de niveau, faux appareil, quelques cas de trompe l'oeil. Les maisons de type A.1 représentent 36% du corpus ; celles du type A.2, 8% ; celles du type A.3, 47,5% ; celles du type B, 8,5%.

  • Typologies
    A1 : maison avec partie agricole, artisanale ou commerciale en partie basse ; A2 : maison avec partie agricole en partie haute ; A3 : maison avec parties agricoles en parties basses et hautes ; B : maison sans partie agricole, artisanale ou commerciale
  • Toits
  • Décompte des œuvres
    • repérées 126
    • étudiées 25
    • bâti INSEE 155