Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison, puis hôtel de voyageurs dit Villa Pascalis puis Paris Hôtel, actuellement maison

Dossier IA04003102 inclus dans village de Villars-Colmars réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsParis Hôtel
Destinationsmaison
Dénominationsmaison, hôtel de voyageurs
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Allos-Colmars
AdresseCommune : Villars-Colmars
Adresse : rue de
L'Horloge
Cadastre : 2019 AC 289 ; 1827 C 403, 404

L'hôtel de voyageurs, qui a pris les noms de Villa Pascalis puis de Paris-Hôtel, résulte de la réunion et de la transformation de deux maison mitoyennes et indépendantes qui pourraient avoir été construites au cours du XVIIIe siècle. Sur le cadastre de 1827, la maison cadastrée au n° 403 appartient à Joseph Roux dit Biron, et celle cadastrée au n° 404, à Mariane Gravier. La transformation des deux bâtiments en hôtel de voyageurs pourrait du tournant du 20e siècle. Il a d'abord pris le nom de Villa Pascalis avant d'adopter celui de Paris-Hôtel durant le 1er quart du 20e siècle. L'établissement qui comprend tout au plus une dizaine de chambres est destiné à une clientèle modeste et familiale. Au cours de la seconde moitié du 20e siècle, l'hôtel ferme et redevient une maison. La couverture a été restaurée au cours du 4e quart du XXe siècle.

Période(s)Principale : 18e siècle , (?)
Principale : 1er quart 20e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 20e siècle , (?)
Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle

Les deux maisons construites en bordure de rue, mitoyennes sur deux côtés, ont un plan rectangulaire régulier. Les murs sont construits en maçonnerie de moellon de calcaire et de grès. Les toits à longs-pans sont soulignés par des avant-toits. Toutes deux ont cinq niveaux : un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés, un étage de comble. A l'origine chaque bâtiment ne comprenait qu'une seule travée sur les façades sud et nord. Il est possible que les deux maisons aient été desservies par une entrée commune située au rez-de-chaussée surélevé, dans l'axe de la façade sud. Un escalier droit et très pentu, ponctué de paliers, desservait les pièces d'habitation réparties de part et d'autre. La distribution intérieure n'est pas connue. Lors de l'unification des deux maisons et leur transformation en hôtel de voyageurs, une aile en soubassement couverte par une terrasse d'agrément coiffée d'un appentis supporté par des poteaux, en métal, a été adossée à la façade sud. Cette terrasse desservie par un escalier en pierre de taille perpendiculaire à la façade, est bordée d'un garde-corps en bois formé de croisillons. Du côté sud, les fenêtres du second étage ont été agrandies, équipées de persiennes et protégées par des balconnets en métal. Au rez-de-chaussée surélevé, deux anciennes fenêtres situées de part et d'autre de la porte d'entrée ont été remplacées par des portes-fenêtres avec contrevents. L'étage de comble a été aménagé en chambre éclairée par une fenêtre en forme de chien assis. La façade sur rue a été enduite à la chaux de couleur ocre jaune et une enseigne peinte avec le nom de l'hôtel a été ajoutée sur le trumeau du second étage. La façade nord, sans enduit, a été peu transformée mis à part l'agrandissement des fenêtres du premier étage. L'escalier dans-oeuvre d'origine, en maçonnerie, a été conservé. L'étage de soubassement, indépendant, abritait des caves ; le rez-de-chaussée surélevé, les pièces de services et de réception ; les étages, les chambres. La distribution intérieure n'est pas connue de façon précise. Au cours d'une seconde restauration la couverture du bâtiment a été remplacée par du bac acier.

Mursgrès maçonnerie enduit
calcaire maçonnerie enduit
Toitacier en couverture
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Couvrementsdalle de béton
Couverturestoit à longs pans
appentis
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
TypologiesA3b : maison avec parties agricoles ou commerciales en partie basse et parties agricoles en partie haute
État de conservationrestauré
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Villars-Colmars. / Dessin à l'encre par Fortoul, Geoffroy et Gleize, 1827 et 1837. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 240 / 001 à 012.

  • Vallée du Verdon - VILLARS-COLMARS (B.-A.)/ Station Estivale et Villa Pascalis/(Altitude 1200 mètres) / Carte postale, 1er quart 20e siècle. Collection particulière, non coté.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Del Rosso Laurent