Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison de villégiature de négociant dite Campagne Gabelle, puis maison d'industriel dite Villa Minerve, actuellement commissariat de police et jardin public

Dossier IA13000887 inclus dans quartier de l'Estaque-Gare réalisé en 1999

Fiche

  • Plan schématique du jardin.
    Plan schématique du jardin.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • jardin
    • fabrique de jardin
    • fabrique en belvédère
    • pergola
    • nymphée
    • mur de clôture

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

  • maisons
    Marseille 16e arrondissement, L'Estaque

L'évolution fonctionnelle de bastide en domicile puis en édifice public se rencontre assez fréquemment. La conservation, bien qu'altérée, des fabriques en rocaille renforce l'intérêt de l'ensemble.

La bastide, initialement ne comptait qu'un étage - tout comme le Château Fallet (Référence IA13001450), et la bastide Désiré Michel (Référence IA13000886), qui ont été surélevées d'un étage, le premier au début du 20e siècle, la seconde dans le 3e quart du 19e siècle.

Le motif de la tour crénelée est présent dans des fabriques de jardin d'autres maisons du secteur (Référence IA13000886, Référence IA13001465, Référence IA13001327). Un crénelage ornait le viaduc ferroviaire de Chateau Fallet '(IA13001455, doc 01) et décore toujours l'entrée du tunnel de la Nerthe.

Genrede négociant, d'industriel
Précision dénominationmaison de villégiature
AppellationsCampagne Gabelle, Villa Minerve
Destinationscommissariat de police, jardin public
Parties constituantes non étudiéesjardin, fabrique de jardin, fabrique en belvédère, pergola, nymphée, mur de clôture
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonGrand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
AdresseCommune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : quartier de l' Estaque-Gare
Adresse : 24 boulevard
Roger-Chieusse
Cadastre : 1978 Estaque H 263

Maison édifiée en 1856 pour Jean-Baptiste Saunier, négociant demeurant dans le centre ville, qui a constitué le fonds en trois acquisitions. Il fait construire maison de maître, logement de fermier, grenier à foin, remise, cellier et fait aménager le jardin, clos de mur. La propriété est vendue en 1880 à Bertrand Gabelle, serrurier-constructeur domicilié dans le quartier de la gare dans le centre-ville. Il fait ajouter une salle de billard (disparue). La propriété prend le nom de Campagne Gabelle. En 1918, Jules Lindenmeyer, architecte, industriel, directeur de la Société des chaux et ciments, la modifie par l'adjonction de l'aile nord (peut-être en remplacement de la salle de billard) et du décor de façade, dont les décors de céramique qui lui font prendre le nom de Villa Minerve. La maison est acquise en 1942 par la Société Kuhlmann qui la modifie vraisemblablement en lui ajoutant un étage. Puis, la maison a été affectée au commissariat de police du 16e arrondissement et son jardin transformé en jardin public dans les années 1975-1980. Les fabriques de jardin ont subi une réfection malheureuse qui a détérioré leur qualité de trompe-l'oeil.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1856, daté par source
Auteur(s)Auteur : Lindenmeyer Jules architecte (?), attribution par source
Personnalité : Saunier Jean-Baptiste commanditaire attribution par source
Personnalité : Gabelle Bertrand commanditaire attribution par source
Personnalité : Lindenmeyer Jules commanditaire attribution par source
Personnalité : Société Kuhlmann commanditaire attribution par source

La façade est recouverte d'un enduit au ciment à refends. Le jardin est agrémenté de plusieurs fabriques en rocaille en ciment : nymphée, pergola, cabanes, remise. La fabrique en belvédère, située en surplomb du mur de clôture, imite une tour gothique avec créneaux et mâchicoulis.

Mursenduit
rocaille
maçonnerie
Toittuile plate mécanique
Étagesrez-de-chaussée, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre
Jardinsrocaille de jardin
Typologiesbastide marseillaise ; enduit ciment ; rocaille en ciment
Techniquescéramique
maçonnerie
sculpture
Représentationspalmette déesse pierre ornement végétal arbre
Précision représentations

Une frise en céramique à motifs de palmettes sépare le premier du deuxième étage. Sur l'élévation sud, elle est interrompue par un médaillon orné d'un profil de Minerve qui a donné son nom à la maison. Motif de branchage, rocher, pierre de taille, planches sur les fabriques de jardin.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat

Références documentaires

Documents d'archives
  • Vente d'un terrain à l'Estaque par les frères Carvin à Saunier, 1855. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 3623

    transcription hypothécaire n° 4
  • Vente de la propriété Saunier à Bertrand Gabelle à l'Estaque (Marseille), 1880 (notaire Dessuard). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 383 E 345

  • Etat du mobilier garnissant la maison de campagne de Jean-Baptiste Saunier à l'Estaque (Marseille), 1880. (notaire Dessuard). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 383 E 345

  • Inventaire descriptif des meubles, effets mobiliers etc de la communauté Bertrand Gabelle - Reboul à l'Estaque, (Marseille), 1886. (notaire Dessuard). Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 383 E 357.

  • Vente de la Villa Minerve à l'Estaque (Marseille) par André Raymond Lindenmeyer à la société Kuhlmann, 1942. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 7019.

    transcription hypothécaire n°9
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Brunet Marceline - Fuzibet Agnès - Gontier Claudie