Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison, actuellement immeuble

Dossier IA04001621 inclus dans village d'Entrevaux réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinationsimmeuble
Parties constituantes non étudiéesremise, cellier, séchoir
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
AdresseCommune : Entrevaux
Adresse : rue de la, Chouette, rue de la
Porte Royale
Cadastre : 1816 G 271, 272, 273 ; 2006 G 174

La maison peut dater de la seconde moitié du 17e siècle. Sur le cadastre de 1816 elle occupe l'ancienne parcelle G 273 qui correspondait à une maison appartenant à un certain Joseph Laugery, aubergiste, qui possédait en outre les parcelles mitoyennes 272 (un passage en indivision) et 271 (correspondant à une autre maison d'habitation à l'époque), ainsi que deux parcelles accolées à la Porte Royale : les parcelles 341 (correspondant à une maison, actuellement parcelle 179) et 342 (correspondant à une autre maison, partie de l'actuelle parcelle 180). Des travaux d'harmonisation sont intervenus dans le dernier quart du 19e siècle et c'est peut-être de cette époque que date l'escalier de distribution intérieur. En outre, si le massif triangulaire qui avance sur la rue de la Porte Royale existait en 1816, il a néanmoins fait l'objet d'une intervention à l'extrême fin du siècle par l'ajout d'une extension sur l'extérieur. Ces travaux semblent contemporains de ceux apportés au traitement de la porte d'entrée rue de la Chouette, dont l'encadrement précise la date : 1899. L'aménagement du sol du couloir menant à l'escalier correspond à cette période, apportant une cohérence à l'ensemble. La maison, alors, avait déjà été lotie en appartements. Elle occupe actuellement une partie de la parcelle 174. Le ravalement et la décoration de la façade rue de la Chouette date du début du 21e siècle.

Période(s)Principale : 2e moitié 17e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates1899, porte la date

Le bâtiment se déploie sur six niveaux. Il comprend un étage de soubassement servant de remise (entrée rue de la Porte Royale) et de resserre ou de cellier (accès intérieur depuis l'entrée rue de la Chouette uniquement), un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés dévolus à au logis (accès rue de la Chouette) ainsi qu'un étage de comble, dédié au séchoir (ouvertures au sud). La mise en oeuvre traditionnelle en moellons de calcaire liés au mortier de chaux et de sable est enduite. La maison, qui présente un avant-toit traité à deux rangs de génoise côté rue de la Chouette (en façade principale au nord), et un rang unique rue de la Porte Royale (à l'ouest), reçoit un toit à pan unique recouvert en tuile creuse.

Rue de la Chouette, l'encadrement de la porte reprend les codes de la mise en oeuvre de l'architecture brique et pierre alternée, en l'occurrence des blocs de calcaire taillé et bouchardé, pour l'encadrement harpé des piédroits. La clef de voûte de l'arc segmentaire porte inscrite la date 1899. Il s'agit d'une intervention décorative, au même titre que l'aménagement du couloir de distribution qui reçoit un carrelage caractéristique en ciment teinté dans la masse avec motif central de cubes en trois dimensions disposés en quinconce et traités en camaïeu de gris, entre deux bordures géométriques alternant cabochons hexagonaux et losanges de couleur rouge. Le couloir dessert trois espaces chacun clos par une porte, vers le fond de la parcelle. Le premier, à main gauche, correspond à une pièce comprenant cheminée, potager et cendrier. Cette ancienne cuisine dispose d'une fenêtre donnant sur la rue de la Chouette. Le couloir fait alors un coude à gauche et mène aux second et troisième espaces à ce niveau. La seconde porte ouvre sur un escalier de distribution descendant dans le cellier ; la troisième porte à proximité sur un appartement privatif correspondant à l'ancienne parcelle 271. L'escalier suspendu de distribution dans-oeuvre, tournant et à jour central, avec rampe d'appui en fonte, occupe pour sa part le fond de la parcelle. Il dessert deux appartements par étages, trois au dernier étage carré. Au troisième étage carré une porte ouvre sur un escalier quart tournant maçonné menant au séchoir. il s'agit d'une pièce carrelée avec des carreaux de terre cuite et des tomettes hexagonales éclairée par des fenêtres orientées au sud.

La maison dispose à chaque étage d'habitation d'un balcon-terrasse destiné à prendre la lumière dans un lieu où l'étroitesse des rues et la hauteur des habitations assombrissait considérablement les intérieurs. Cet ensemble en forme de pointe prend place à l'intersection des rues de la Porte Royale et de la Chouette. Il a été réaménagé simultanément aux interventions relatives à l'entrée rue de la Chouette, au couloir et à l'escalier de distribution, comme en témoigne le style élégant des colonnes de fonte qui témoigne d'un style identique à la rampe en fonte de fer de ce dernier. La décoration de la façade rue de la Chouette, avec enduit de couleur jaune pâle, soubassement gris et encadrements des fenêtres peints en blanc, relève en revanche d'une mise en oeuvre contemporaine.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés, étage de comble
Couverturestoit à un pan
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour suspendu
escalier dans-oeuvre : escalier tournant en maçonnerie
TypologiesA3 : maison avec parties agricoles en parties basse et haute
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune d'Entrevaux, 1816 / Dessin à l'encre par Allemand, Aubert, Beaudun, Mathieu, 1816. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 076 / 001 à 028.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence
Mosseron Maxence (1976 - )

Chercheur au Service régional de l'Inventaire de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (2007- )


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.