Logo ={0} - Retour à l'accueil
église paroissiale Saint-Pons

le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pons

Dossier IM04000672 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéestableau commémoratif des morts, clôture de choeur, tronc, meuble de sacristie, croix d'autel, chandelier d'autel, croix de procession, couronne de lumières, groupe sculpté, statue
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
LocalisationCommune : Castellet-lès-Sausses
Lieu-dit : Aurent

Annexes

  • Liste du mobilier non étudié de l'église paroissiale Saint-Pons d'Aurent (Castellet-lès-Sausses)

    Liste du mobilier non étudié :

    Tableau commémoratif des morts : plaque en marbre blanc gravée, l = 75, h = 50 ; croix entre deux palmes et inscription : Aurent à ses héros / morts pour la France 1914-1918 / Raynaud Joachin sold 341 R.I. mort 25 juin 1916 39 ans au Mort-Homme Meuse / Braves Emile sold 18 batn chas. Mort 29 sept. 1918 21 ans à Manre Ardennes.

    Clôture de chœur : balustres en noyer tourné avec portillon central à deux vantaux, h = 60.

    Tronc : petit coffre en mélèze à 3 compartiments avec couvercle percé de 3 fentes ; des inscriptions à l’encre tracées sous les fentes, une seule est encore lisible : pour les âmes du purgatoire ; acquis entre 1876 et 1905.

    Meuble de sacristie : armoire de sacristie qui occupe tout le côté est de la pièce ; meuble en mélèze mouluré à grand cadre, à 4 portes et 2 tiroirs ; probablement construit en même temps que la sacristie, entre 1836 et 1858.

    Ensemble : croix d’autel, chandeliers d’autel (4) : en métal peint faux-or ; fût cylindrique cannelé sur 3 pieds ; h. 67 (croix), 46 (chandeliers). Vestiges de l’ensemble à 6 chandeliers en cuivre doré signalé depuis 1836, décrit en 1858 « à tige ronde ».

    Croix de procession : en métal peint faux-or, avec Crucifix sur une face et la Vierge à l’Enfant sur l’autre, branches terminées par 3 feuilles d’acanthe ; h = 66, l = 30 ; peut-être l’une des 2 croix mentionnées dans l’église entre 1836 et 1906.

    Couronne de lumière : anneau ajouré suspendu par 3 chaînes et supportant 6 chandelles ; l’anneau est formé de 2 cercles reliés par des volutes, probablement en fer forgé, sur lesquelles sont fixés des bouquets de feuilles en applique, en métal peint faux-or ; mentionnée dans le questionnaire de 1836, absente des visites de 1858 et 1866 (peut-être parce qu’il n’y a pas de ligne prévue pour cet article ?), signalée dans la visite de 1876 et dans l’inventaire de 1905.

    Groupe sculpté : Sainte famille (la) : groupe relié, biscuit, non signé ; h = 27, l = 18 ; acquis après 1906.

    Statue : Vierge à l’Enfant : biscuit, marque à l’intérieur du socle : H ; h = 18 ; acquise après 1906.

    Statue : saint Antoine de Padoue : plâtre peint faux-or ; inscription gravée sur le socle : S. ANTOINE. P ; h = 41 ; acquise après 1906.

    Statue : sainte Thérèse de Lisieux : plâtre peint ; h = 33 ; acquise après 1906.

  • Questionnaire sur l'état de l'église Saint-Pons d'Aurent (Castellet-lès-Sausses) et de son mobilier

    1836, 11 novembre. Aurent. – Questionnaire sur l’état de l’église Saint-Pons et de son mobilier.

    A.D. Alpes-de-Haute-Provence, 2 V 74

    Rapport de l’état où sont savoir :

    1° L’église d’Aurent bien petite, d’un espace à peine suffisant pour contenir le petit peuple dont se compose cette succursale ; bien simple dans son architecture, voûtée en pla[n]ches, les murs assez décents, mais bien mal pavée, ce n’est qu’en pierres roulées assez mal employées ; le sanctuaire assez décent, mais bien peu spacieux, dont le pavé est en très mauvais état.

    2° Point de sacristie ; on tient les ornements dans une caisse à côté de l’autel.

    3° Fonts baptismaux : ils sont en un état de décence, mais bien simples ; le vase pour tenir l’eau baptismale est en cuivre blanchi en bon état ; la cueillée dont on se sert pour verser l’eau baptismale est en fer blanc et en bon état ; les empoules sont en étein ainsi que leur boite, le tout en bon état.

    4° Un confessionnal bien simple, mais décent, grillé en fer blanc.

    5° Un bénitier en pierre assez bien et en bon état.

    6° Une croix processionnelle et une pour les enterrements, toutes en léton et en bon état.

    7° Deux fanaux bien simples mais en bon état.

    8° Une lampe en léton en bon état.

    9° Un encensoir avec la navette en léton en bon état.

    10° Un vase pour l’eau bénite en cuivre blanchi joli et en bon état avec l’asperçoir en léton en bon état.

    11° Un buste doré sous le titre de saint Pons patron de la paroisse, en bon état quoiqu’il eût besoin de quelque petite réparation sur la dorure.

    12° Une statue de la Sainte Vierge, mais d’une sculpture bizare, très mal faite ; elle est neuve mais élaborée sans aucun principe, elle a coûté près de cent francs, l’ouvrier nous est connu.

    13° Neuf bancs publics en bon état.

    14° Une chaire à prêcher, mais en mauvais état et mal placée.

    15° Huit chandeliers, dont six en léton et deux en fer blanc, et une croix pour le tabernacle en léton.

    16° Deux missels, dont un petit pour les messes de requiem, assez bons.

    17° Dix chasubles des quatre couleurs, dont trois en soie, deux fond blanc et une rouge et les autres sept en camelot, dont deux noires, deux vertes, une violette, une rouge et une blanche, toutes en bon état et bien décentes.

    18° Trois chappes en camelot, dont une noire, une verte et une fond blanc le tour rouge, en bon état.

    19° Une écharpe blanche en soie demi-usée en bon état.

    20° Sept nappes toille grossière pour mettre sur la pierre et six communes avec dentelles, demi-usées, mais en état de servir.

    21° Deux rochets fort usés, un en mousseline et l’autre en cotton, et un surplis en mousseline demi-usé en bon état.

    22° Quatre aubes avec leurs amicts et leurs cordons, dont une neuve en toille Rouen et les trois autres toille commune demi-usées en état de servir, mais les trois cordons en mauvais état.

    23° Sept corporeaux dont trois en bon état et les autres quatre hors de service.

    24° Vases sacrés : un calice et la patène en argent, un ostensoir en argent, un ciboire dont la coupe en argent mais le pied en étain, en bon état le tout.

    25° Le cimetière mal placé, au midi de l’église, y attenant, les murs très bas et la porte en mauvais état.

    26° Le presbytère composé de cinq pièces, savoir d’une vaste cave, d’une cuisine, trois chambres et le galetas, le tout dans un état imparfait, par conséquent presqu’inhabitable à cause qu’on a bâti de neuf, mais dont rien n’est encore achevé.

    En foi de quoi fait à Aurent le onze novembre mil huit cent trente-six, signé Fabron recteur.

    P.S. Le via crucis mais sans être encadrés, les registres en règle, le coutumier dressé et envoyé à l’évêché pour être approuvé, mais qui n’a pas été renvoyé.

  • Extraits des procès-verbaux des visites pastorales de 1858, 1866.

    A.D. Alpes-de-Haute-Provence, 2 V 74.

    1858, 23 juin. Aurent. – Visite pastorale par le vicaire général Fortoul pour l’évêque de Digne Marie-Julien Meirieu.

    Monseigneur,

    Si dans ma vie j’ai éprouvé de la joie, c’est mercredi dernier 23 du courant, vers les quatre heures du soir, lorsque je fus à la rencontre de monsieur Fortoul votre grand-vicaire jusques sur les terres du Castellet-lès-Sausses, à lus de quatre kilomètres de mon presbytère, où je le trouvai accompagné de mon confrère mr Jaubert, curé du Castellet-lès-Sausses, mon bon voisin. Et après avoir présenté mes respects à mr vore grand-vicaire, je n’eus rien de plus empressé que de m’informer s’il se portait bien, s’il avait fait bon voyage et il me répondit affirmativement, ce qui mit le comble à ma joie. Mais pourquoi tant de plaisir à la rencontre de mr Fortoul votre grand-vicaire ? C’est non seulement votre représentant, mais encore un de mes meilleurs condisciples de séminaire, avec lequel j’étais très lié, passant très souvent avec lui les courts moments de nos récréations, nous entretenant ensemble de la ville sainte de Rome et de ses beautés. Mais lorsque je demeurais à Rome, tout était dans le deuil, parce que celui qui en fait la joie, Pie VII, in vinculis erat.

    Le souvenir de ces innocents entretiens et l’affabilité dont mr Fortoul est doué sans parler de ses autres vertus me l’ont toujours fait chérir. Aussi, après l’avoir joint, je l’ai fait monter sur une bonne monture qu’un bien sage jeune homme conduisait avec beaucoup de prudence et nous sommes arrivés sains et saufs à Aurent vers les six heures du soir. Là, après nous être reposés quelques instants et un peu réfectionnés, les cérémonies prescrites par les statuts diocésains ont été remplies avec beaucoup de respect et de satisfaction, auxquelles touts mes paroissiens ont, le soir et le matin, assisté. Mr Jaubert, curé du Castellet-lès-Sausses, n’a su me refuser le plaisir de venir me seconder dans cette si agréable circonstance. Et après que tout a été terminé, mr Fortoul, votre vicaire général, est parti pour se rendre à Argenton. Et comme en prenant la route où les montures peuvent passer est le double plus longue que le sentier qui communique d’Aurent à Argenton et sur lequel on ne peut pas aller à cheval, il a voulu passer par ce sentier après s’être informé si les hommes pouvaient y passer, tant pour abréger du chemin que pour s’assurer lui-même combien ce sentier était mauvais et dangereux. Dispensez-moi, Monseigneur, de vous en faire le tableau, mr le grand-vicaire vous en fera la description. Alors quand il eut décidé de passer par le sentier qu’on nomme « Malunes », je l’accompagné, précédé de monsieur le maire d’Aurent qui a eu la bonté de venir avec nous, voulant porter lui-même le sac de monsieur le grand-vicaire jusques à Argenton, où nous sommes arrivés vers les onze heures du matin. En ce moment on célébrait la sainte messe, nous y sommes arrivés en bon port, Dieu merci, et tout s’y est bien passé. La cérémonie étant finie, à laquelle la grande majorité du peuple a assisté avec le plus grand recueillement, monsieur votre grand-vicaire est partit pour se rendre à Méaille, 24 courant, à cinq heures du soir.

    Je n’ai pas osé, Monseigneur, vous faire passer le verbal de la visite de votre représentant sans vous dire quelque chose. Aussi je vous prie de ma pardonner la longueur de mon verbiage. Je souhaite que mr Fortoul, votre grand-vicaire, achève de faire sa tournée et qu’il arrive auprès de Votre Grandeur en pleine santé et qu’il vous y trouve pour vous faire de vive voix l’historique d’Aurent et d’Argenton. Je termine, Monseigneur, en me disant de Votre Grandeur le très humble et très obéissant serviteur,

    Fabron Louis, curé d’Aurent

    Procès-verbal de visite

    (…)

    Fonts baptismaux : piscine en pierre dure et en bon état et propre ; armoire au dessus et bien fermée à clef ; vase de l’eau baptismale en cuivre bien étamé, petit et propre.

    Vase des saintes huiles à neuf, en fer blanc et propre ; vase de l’huile des infirmes : une ampoule les contient séparément des autres deux.

    Vase de l’eau bénite : il y en a un en cuivre étamé et assés joli, en bon état.

    Rituel romain : deux, un appartient au curé et l’autre à la paroisse.

    Confessionnaux : il en existe un, où il n’y a que la place du confesseur de clause.

    Il n’y a pas de confrérie.

    Il y a un instituteur, mais peu capable quoiqu’assidu, pas d’institutrice.

    Conservation des actes administratifs : on n’en a point trouvé et il n’en existe point.

    Le conseil de fabrique a été institué en 1853 par l’abbé Tiron et renouvelé en 1857, mais il se réunit rarement et sans résultat. Aucun budget. La fabrique a 25 à 30 francs de revenu, on supplée aux dépenses comme on peut, la providence vient au secours.

    L’église : les murailles sont en bon état, bien crépies, la toiture en planches mélèze en bon état, le pavé en dales et partie en mortier, assés grossièrement. La porte d’entrée est bonne, mais bien simple. Il n’y a que le maître-autel, point de latéraux.

    Mobilier :

    - six petits chandeliers en léton à tige ronde

    - une croix sur le maître-autel en léton, en bon état

    - une croix processionnelle en léton avec crucifix assez propre

    - un encensoir en léton vieux et de forme simple

    - quatre missels, deux pour les messes des dimanches et des vivants et deux pour les messes des morts

    - un bénitier en pierre dure placé à l’entrée de l’église, assez joli

    - clocher à deux places, mais une seule cloche assez petite

    - tabernacle propre en bois sculpté et doré, encore assez joli, intérieur tapissé en soie blanche, encore assez propre

    - pierre sacrée avec tombeau au milieu, mais qui a été brisé et où on n’aperçoit point de reliques * (en marge :) les reliques de saint Blaise martyr et de sainte Concorde martyre ont été placées dans le tombeau le 24 juin 1868, Fortoul, vicaire général

    - on ne connaît point de reliques

    - deux statues, celle de la Sainte Vierge et de saint Pons évêque et martyr

    - un seul tableau au maître-autel, assez ancien, représentant la sainte famille et un diacre, peut-être saint Etienne

    - il n’y a jamais eu de tronc

    - une chaire placée dans le choeur

    Sacristie :

    - un calice en argent et patène dorés à l’intérieur

    - un ciboire en argent et doré à l’intérieur et assez joli

    - un ostensoir en argent, le pied, la tige et les rayons assez grands

    - une seule custode dans l’ostensoir et en argent doré

    - 8 chasubles blanches et en bon état, dont 4 encore neuves

    - une chasuble rouge déjà assez usée mais en bon état

    - une chasuble verte mais assez usée et en laine

    - 2 chasubles violettes, une neuve et en soie et l’autre en laine et usée

    - 2 chasubles noires encore neuves, mais une en étoffe brûlée qui se coupe

    - une chappe blanche encore presque neuve et en soie, une verte en laine et en bon état

    - une écharpe en soie brodée et très précieuse avec frange laine

    - un dais en étoffe soie avec frange soie, mais assez simple

    - 10 amicts dont quelques-uns assez usés, en toile chanvre

    - 10 aubes dont deux avec pointe en tulle brodée et neuves

    - 3 cordons dont deux blancs en fil et un rouge en soie neuf

    - 12 corporaux tous en bon état et propres

    - 24 purificatoires tous en bon état

    - 2 palles dont un en fil chanvre et une en soie brodée

    - 14 nappes d’autel dont quelques-unes sont assez usées mais en bon état

    - 20 manuterges tous en toile chanvre et en bon état

    - 4 surplis dont un encore presque neuf et trois assez usés

    - une barrette mais qui appartient à mr le curé

    - aucun livre de chant

    - actes de catholicité remplis et conservés avec soin depuis avant la Révolution

    - pas de coutumier écrit, on s’en tient à l’usage oral ; aucune fondation ; aucun registre paroissial ni archive.

    Cimetière : entouré de murs d’un mètre de haut ; croix placée à l’angle du levant et en bois mélèze.

    Presbytère : une cave, une cuisine, un salon, deux chambres à coucher, un petit cabinet et un gros galetas ; réparations à faire : un escalier pour monter au galetas, une cloison en maçonnerie à une grande ouverture au midi au galetas qui laisse entrer l’eau pluviale etc.

    (…)

    1866. Aurent. – Visite pastorale par Barbaroux, vicaire général, pour l’évêque de Digne Marie-Julien Meirieu.

    Louis Fabron, curé

    Fonts baptismaux : cuve en pierre calcaire et en bon état de décence, adossée au mur du couchant, au bas de l’église ; les portes qui servent de cloison tiennent lieu d’armoire et à clef ; vase de l’eau baptismale en cuivre étamé.

    Vase des saintes huiles : boite en étain ; une ampoule ad hoc contient l’huile des infirmes.

    Vase de l’eau bénite avec goupillon en cuivre étamé.

    Deux rituels appartenant à l’église, un au prêtre.

    Un confessionnal assez simple, où il n’y a que le confesseur de caché.

    Aucune confrérie.

    Un très ancien instituteur installé depuis 1852, pas d’institutrice.

    Abus : le jeu de boules presque tous les dimanches devant l’église, ce qui dérange et le pasteur et les fidèles.

    Conseil de fabrique organisé depuis 1852, une réunion par an, pas de budget, le produit des quêtes suffit à peine à couvrir la dépense de la cire et de l’huile.

    Eglise : murs en bon état ; toiture en planches mélèze, en bon état ; pavé en dalles, mais celui du sanctuaire et de la sacristie a besoin de réparations ; la porte en planches mélèze, assez grossièrement travaillée ; quatre fenêtres bien closes et vitrées ; un seul autel, assez joli, en maçonnerie.

    Mobilier :

    - 6 grands chandeliers et 2 petits pour le Saint Sacrement

    - une petite croix avec crucifix en léton placée sur le tabernacle

    - deux croix processionnelles en léton, une pour les processions et l’autre pour les enterrements

    - un encensoir avec navette en cuivre bien simple

    - un pupitre avec 2 missels, mais assez décousus et vieux

    - un bénitier en pierre calcaire assez bien et de durée

    - une petite cloche, mais bonne, placée sur un clocher à deux places, le tout en bon état

    - tabernacle en bois sculpté, doré et tapissé à l’intérieur

    - pierre sacrée en bon état reconnue canonique par mr le grand-vicaire qui y plaça des reliques lors de sa visite

    - on ne connaît pas d’autres reliques que celles qui sont placées dans la châsse du buste de saint Pons

    - 3 statues : celle de la sainte Vierge, le buste de saint Pons et celle de saint Louis

    - tableau : celui du maître-autel et ceux du chemin de croix, tous en bon état

    - une chaire placée près de la sainte table, ne pouvant être placée ailleurs

    - pas de tronc

    Sacristie :

    - la sacristie est dans un état de décence

    - la crédence est une garde-robe fermée, une simple étagère au milieu, sans autre meuble

    - calice en bon argent qui a été redoré depuis peu d’années

    - ciboire à coupe et pied en bon argent, bien fermé et bien doré

    - ostensoir en argent

    - custode en argent, assez grand et bien fermé

    - 2 chasubles blanches dont une presque neuve, l’autre pas trop usée

    - une chasuble rouge assez ancienne mais en bon état

    - une chasuble verte en laine encore en bon état mais ancienne

    - une chasuble violette presque neuve, une autre en laine et vieille

    - 2 chasubles noires encore neuves, dont une est brûlée, elle se coupe

    - 4 chappes en bon état et de différentes couleurs et formes

    - une écharpe en soie fond blanc et presque encore neuve et jolie

    - un dais assez simple mais en bon état avec pante en soie

    - une douzaine d’amicts en bon état

    - 8 aubes, 7 en bon état et une asez usée

    - 4 cordons presque neufs, dont un en soie rouge

    - 10 corporaux dont 8 sont dans les bourses

    - 3 douzaines de corporaux en bon état et propres

    - 3 palles dont une couverte en soie, les autres en toile

    - 15 nappes en bon état et propres

    - une paire burettes en verre commun

    - pas de bassin, on n’en a pas l’usage

    - 3 canons d’autel, dont un vitré

    - 2 tapis d’autel assez vieux

    - 21 manuterges en bon état et propres

    - 3 surplis en toile lin, en bon état, mais usés, à la romaine

    Cimetière : a besoin de réparations, les murs sont en mauvais état ; la croix est à l’angle du levant, mais à l’intérieur et en bois mélèze ; pas de division, sauf parte non bénite.

    Presbytère : une vaste cave, deux étages et un vaste galetas ; 1er étage : deux pièces, cuisine et un petit salon ; 2e étage : deux chambrettes ; quelques petites réparations à faire ; un petit jardin, mais sans arrosage.

    Observations du curé : tout est à réparer dans la paroisse d’Aurent, l’église, la sacristie, le cimetière et le presbytère. Si les paroissiens s’obstinent à refuser les réparations comme par le passé, je pense qu’il est nécessaire de retirer le prêtre.

    (…)

  • Transcription des inventaires de 1905 et 1906

    A.D. Alpes-de-Haute-Provence, 1 V 65

    1905. Aurent. – Inventaire du mobilier de l’église paroissiale.

    Inventaire des meubles et objets affectés au culte dans l’église d’Aurent au 15 juin 1905.

    Nature des objets / Emplacement / Valeur approximative / Origine

    Crédence 1 sacristie 20,00 Inconnue

    Chasubles 4 crédence 100,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Chapes 2 crédence 50,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Echarpes 2 Crédence 20,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Etole 1 Crédence 5,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Aubes 2 Crédence 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Surplis 2 Crédence 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Tapis de marchepied 2 crédence 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Plus quelques articles de petit linge ne représentant aucune valeur achetés avec les fonds de la fabrique

    Calice 1 tabernacle 100,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Ciboire 1 Tabernacle 50,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Ostensoir 1 Tabernacle 60,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Pavillon 1 Sacristie 5,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Custode 1 Sacristie 2,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Encensoirs 2 Sacristie 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Navettes 2 Sacristie 4,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Croix d’autel Autel 5,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Croix paroissiale Sacristie 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Bénitier 10,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Chandeliers Autel 12,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Lampe Suspendue au milieu de l’église 5,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Statues 2 de chaque côté de l’autel 100,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Confessionnal A droite de la porte 20,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Bancs en bois Eglise 40,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Caisse de la fabrique Sacristie 5,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Cloche 250,00 achetés avec les fonds de la fabrique

    Plus divers petits objets sans valeur

    1906. Aurent. – Inventaire du mobilier de l’église paroissiale.

    Biens de la fabrique paroissiale d’Aurent

    1 10 bancs avec dossier en bois blanc 20,00

    2 10 bancs ordinaires en bois blanc 5,00

    3 2 brancards 4,00

    4 1 niche avec brancard pour porter les saints 10,00

    5 14 tableaux composant le chemin de la Croix 14,00

    6 1 petite Vierge en plâtre avec 2 bouquets en plâtre 1,50

    7 Statue de la Vierge portant l’enfant Jésus en plâtre doré 10,00

    8 1 petite statue de saint Eloi en argile 0,50

    9 1 petite statue de saint Joseph en argile 0,50

    10 1 petite statue de sainte Agathe en argile 0,50

    11 1 petite statue du Sacré Cœur en argile 0,50

    12 1 statue de la Vierge tenant l’enfant Jésus en bois sculpté 8,00

    13 Une chaire en mauvais état 0,50

    14 2 grands vases contenant des fleurs artificielles d’environ 0,25 hauteur 6,00

    15 2 petits vases blancs en mauvais état 2,00

    16 1 petit vase avec une fleur ou lis artificielle 0,50

    17 2 prie-Dieu en bois blanc 1,00

    18 2 croix processionnelles 15,00

    19 2 … 2,00

    20 1 lampe éclairant l’autel 2,00

    21 1 tableau représentant la Sainte Famille 50,00

    22 6 grands chandeliers en cuivre doré 12,00

    23 18 petits chandeliers 13,00

    24 1 croix en cuivre doré surmonte l’autel 25,00

    25 2 vases en porcelaine avec fleurs artificielles 1,00

    26 2 vases en bois 0,50

    27 6 canons d’autel 15,00

    28 1 nappe d’autel avec une croix blanche au milieu 1,00

    29 2 candélabres en cuivre doré à huit bougies 2,00

    30 4 chasubles avec nécessaire 60,00

    31 2 chapes 40,00

    32 2 aubes 4,00

    33 2 surplis 6,00

    34 2 tapis marche-pied en très mauvais état 1,00

    35 1 calice 100,00

    36 1 ciboire 40,00

    37 1 ostensoir 50,00

    38 1 custode 3,00

    39 2 encensoirs 10,00

    40 2 navettes 4,00

    41 1 bannière en mauvais état avec franges dorées 5,00

    42 1 dais et accessoires 10,00

    43 1 burette 0,50

    44 2 clochettes en cuivre 2,00

    45 Linges divers, manuterges, corporaux et purificatoires 8,00

    46 La caisse ouverte en notre présence ne contenait rien 0

    47 1 paquet de cierges de 4 kilos environ 12,00

    48 1 petit crucifix en cuivre de 0,25 de hauteur 1,50

    49 1 échelle de 2 mètres de longueur sur 0,40 de largeur 5,00

    Biens de l’Etat, des départements et des communes dont la fabrique paroissiale d’Aurent n’a que la jouissance

    1 Fonts baptismaux en noyer surmonté d’une croix 15,00

    2 Confessionnal en bois blanc 10,00

    3 Bénitier à la porte d’entrée 4,00

    4 Statue de saint Louis en plâtre doré dans sa niche 15,00

    5 Statue de saint Pons en plâtre doré dans sa niche 10,00

    6 Un placard en bois blanc dans la sacristie

    7 une crédence composée de 4 placards et 2 tiroirs 50,00

    8 Une cloche au campanile de 0,40 de hauteur environ 100,00

    D’après l’estimation de mr le maire le sol de l’église serait d’une valeur de 20 francs environ (…) Aucun renseignement précis n’a pu nous être fourni par les autorités locales. Mais il est hors de doute que cet immeuble avait été construit avant la Révolution. 20,00

Références documentaires

Documents d'archives
  • Questionnaire sur l'état des églises, presbytères et objets du culte du diocèse de Digne. 1836. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 74.

    Questionnaire sur l'état de l'église et de son mobilier daté du 11 novembre 1836.
  • Procès-verbaux des visites pastorales, évêché de Digne. 1845-1879 (?). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 74.

    Visites pastorales du 23 juin 1858, de 1866, du 23 novembre 1876.
  • Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale d'Aurent. 12 mars 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Sauze Elisabeth - Reynier Françoise