Dossier IM06000988 | Réalisé par
Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption, église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Villefranche-sur-Mer
  • Vol Un ostensoir, oeuvre de Paul Brunet, classé au titre des Monument historique 1984/07/16 a été volé dans les années 1980. Référence MH : PM06000274

L'étude de la sacristie n'a pu être complète. Les cloches n'ont pas été vues.

L'ostensoir volé, oeuvre de Paul Brunet, était identique à celui conservé dans l'église paroissiale de la Bâtie à Peyroules (04, voir dossier IM04000946).

V. Giardelli marbrier à Monaco : monument aux morts de la guerre de 1914-1918

Bessi (fabricant marchand) fournit en 1856 un crucifix et une couronne

Carlin Laurent (menuisier) réalise 2 portes luminaires en 1895

Simon (doreur) dore une niche en bois en 1895

La Statue Religieuse (fabricant de statues) : statue de saint Antoine de Padoue

Turgis (graveur, éditeur) fournit le chemin de croix et une croix de procession en 1889

F.M.Bernard (Louis Richomme) : statue de sainte Thérèse de Lisieux

  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Giardelli V.
      Giardelli V.

      Marbrier à Monaco au début du 20e siècle. Réalise le monument aux morts de l'église paroissiale d'Eze.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier signature
    • Auteur :
      La Statue Religieuse
      La Statue Religieuse

      La Statue Religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle), fabricants de statues au 64 rue Bonaparte à Paris, est peut-être fondée en 1907.

      La statue religieuse est la dernière appellation de nombreuses maisons de fabricants d'ameublement d'églises : Raffl, Peaucelle-Coquet, Raphaël Casciani, Cachal-Froc (anciennement Froc-Robert), Frédiani, Verrebout, Delin, Costet, Salvatore Marchi, Besand, Solon, Poiret, Blondeau, Senart et Cie, Arnoult, A. Bognio jeune et Cie, Lagarde, Pillet (toutes ses maisons sont mentionnées sur le catalogue n°59 de La Statue Religieuse).

      En 1895, la maison Raffl (sise au 64 rue Bonaparte) est reprise par des associés : les Dellin, Pacheu, Le Caron.

      En 1907, c'est la maison Cachal-Froc qui rejoint la maison Raffl, fondant peut-être à cette date La Statue Religieuse.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fabricant de statues signature
    • Auteur :
      Richomme Louis , dit(e) Frère Marie Bernard
      Richomme Louis

      Louis Richomme est né le 13 janvier 1883 à Vire, il entre au séminaire en 1902 puis à la Grande Trappe de Soligny (Orne) en 1907. Il est frère Marie Bernard en religion.

      Sculpteur autodidacte, en 1917, il est recommandé par l'abbé de la Grande Trappe à Mère Agnès, la supérieure du Carmel pour la réalisation des statues de sainte Thérèse. Frère Marie-Bernard avait en effet déjà réalisé quelques autres travaux en plâtre, notamment un médaillon de Thérèse.

      Sa première statue thérésienne a été achevée en 1919. Elle représente Thérèse assise, un livre sur les genoux, et se trouve au Carmel de Lisieux. Suivirent un buste et le gisant de la châsse de la (future) sainte. En 1922, il signa la célébrissime ”Thérèse aux roses”, il devient ainsi créateur du type iconographique si répandu. Plus tard, toujours pour Lisieux, il réalisait encore la Thérèse agenouillée du cimetière, la Thérèse en conversation avec son père du jardin de la maison familiale des Buissonnets, la Thérèse tendant les deux bras en avant de la crypte de la basilique, et la Thérèse Docteur de l’Eglise le bras droit levé vers le ciel, qui accueille les pèlerins devant la basilique (1938).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      auteur du modèle attribution par travaux historiques
    • Auteur :
      Turgis , dit(e) Maison Turgis
      Turgis

      Maison Turgis : imprimeur-éditeur parisien, spécialisée dans les images pieuses ; dates d'activité : vers 1820-1923.

      Entreprise fondée vers 1820 par Jean-Baptiste Turgis ; reprise à sa mort, en 1825, par son fils Pierre Louis Auguste Turgis dont l'épouse reprend l'entreprise à la mort de Pierre Louis Auguste (Turgis Veuve ou Turgis Vve sur les estampes). En 1855, les deux fils de la veuve Turgis Almire Auguste Turgis Aîné et Louis-Auguste Turgis Jeune s'associent un temps, mais très vite c'est Turgis Jeune qui prend seul la direction (Turgis Jeune sur les estampes). Enfin, en 1887, ce sont les deux fils de Louis (Turgis L. et Fils) qui prennent la suite et deviennent, en 1896, "éditeurs pontificaux". La maison ferme en 1923.

      Chaque changement de propriétaire est l'occasion d'un déménagement : Jean-Baptiste puis son fils sont installés rue Saint-Jacques, la veuve Turgis fait construire rue Serpente, Louis, rue des Ecoles (il crée également une succursale à New-York), les frères Turgis, rue Saint-Placide.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      imprimeur-éditeur signature
    • Auteur :
      Brunet Paul
      Brunet Paul

      orfèvre parisien actif entre 1871 et 1913.

      Travaille beaucoup sur commande de l'Oeuvre des Tabernacles (fondée en 1846 à Paris pour secourir les paroisses rurales pauvres).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      orfèvre attribution par travaux historiques

Documents d'archives

  • Récapitulatif des comptes d'Alessandro Fighiera (1713-1726). Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : E dépôt 74, GG 1.

  • Eglise paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze. Construction de trois niches pour y placer trois statues commandées par le chanoine Fighiera, 1736. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : C 364, f°141 et 199.

  • Reconnaissance de dette de la paroisse d'Eze pour prix d'une cloche, 1776. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : E dépôt 74, CC 6, pièce.

  • [Eglise paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze] Questionnaire préparatoire à la visite de Mgr Galvano, imprimé, 1836. Archives diocésaines, Nice : 4 F 22.

  • Inventaire de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze, dressé par le curé J.B. Millo (s. d., vers 1840). Archives paroissiales, Eze : 2 D l.

  • Comptes de la fabrique de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze (1842-1860). Archives paroissiales, Eze : 2 E I.

  • Budgets et comptes de la fabrique de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze (1861-1900). Archives paroissiales, Eze : 2 E 3.

  • Livre-journal de caisse de la fabrique de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze (1894-1908). Archives paroissiales, Eze : 2 E 6.

  • Inventaire du mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption d'Eze, 1906. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 3 V 428.

Bibliographie

  • FIGHIERA, Charles-Alexandre. Le prieuré d'Eze [2e partie]. Dans : Nice Historique, n°1, janvier-février 1935.

    p. 7 : les cloches

Annexes

  • Liste du mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Eze
  • Liste des meubles et objets de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Eze, mentionnés dans les archives, aujourd'hui disparus ou non identifiables
Date d'enquête 2001 ; Dernière mise à jour en 2005
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Édifice
église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Commune : Èze
Adresse : place de l' Eglise