Auteur
Heller Marc
Heller Marc

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1970 à 2006.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

  • Dénominations
    immeuble
  • Aires d'études
    Saint-Raphaël
  • Adresse
    • Commune : Saint-Raphaël

Sur les 71 immeubles repérés, 3 ont été construits avant 1880, 22 de 1880 à 1919, 30 de 1920 à 1945, 14 de 1946 à 1970, 2 sont postérieurs à 1970. Mis à part Pierre Aublé, auteur du Winter Palace, les architectes (en fonction de la documentation consultée) sont différents de ceux des villas. Le plus intéressant est Henri Bret (1899-1939). Né à Draguignan, il s'installe à Saint-Raphaël après des études d'architecture à Paris. Son agence se déplace à Cannes à partir de 1925. Il réalise un très grand nombre de villas et d'immeubles à Cannes, Antibes et Sainte-Maxime dans un style qui allie modernité, régionalisme et Art Déco. A Saint-Raphaël, il est l'auteur de trois immeubles de rapport : 109, rue Jean-Aicard (1929) (IA83000481), 16, avenue Paul-Doumer (daté 1933) (IA83000470) et 107, place Sadi-Carnot (non étudié) d'un éclectisme (colonnes, fronton sculpté) mêlé de régionalisme (génoise).

Les immeubles repérés antérieurs à 1920 sont tous situés en ville. Jusqu'à 1945, le bâti est relativement bas, 2 ou 3 étages sur rez-de-chaussée. Le Winter Palace et l'immeuble 85, boulevard Félix-Martin (non étudié) sont des exceptions au début du siècle avec leurs 4 étages plus combles. Ils sont tous deux situés sur ce qui était l'artère de prestige à l'époque. Dans l'entre-deux-guerres, La Résidence a 5 étages sur rez-de-chaussée, plus deux autres étages en retrait sur le toit terrasse. A partir de 1946, c'est le modèle 4 étages sur rez-de-chaussée qui se généralise. C'est le nombre d'étages limite ne nécessitant pas la présence d'un ascenseur. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le style des immeubles ne diffère pas de celui des villas. L'éclectisme est général qu'il soit italianisant ou plus parisien. Certains font référence au 18e siècle. Entre 1920 et 1945, les immeubles éclectiques sont encore nombreux, parfois teintés de modernité dans sa déclinaison Art Déco. Deux des réalisations d'Henri Bret empruntent des éléments à un régionalisme plutôt niçois : 16, avenue Paul-Doumer et 107, place Sadi-Carnot ; de même que La Résidence, de Dominique Santamaria. De 1946 à 1970, la modernité est quasi-exclusive avec l'absence de décor sur les façades, des balcons filants, des auvents en béton, des pare-soleil : Le Sinclair (IA83000469), l'immeuble-station service à Santa-Lucia (IA83000486) et de nombreux immeubles non étudiés. Il est à noter que les immeubles de la reconstruction du centre ville (comme aux 36 et 58 de la rue Léon-Basso) n'affirment pas une franche modernité. Le parti est plutôt de s'harmoniser avec le bâti existant. Le caractère régionaliste provençal n'existe pas pour les immeubles, le style architectural dit provençal faisant essentiellement référence à l'architecture rurale.

  • Typologies
    caractère éclectique ; caractère moderne
  • Toits
  • Décompte des œuvres
    • repérés 71
    • étudiés 9