Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Voir

Dénominationsorgue
Aire d'étude et cantonHyères
AdresseCommune : Hyères
Adresse : 14 place de la République
Emplacement dans l'édificetribune
au-dessus de l'entrée principale

D'après des documents d'archives, un orgue existait en 1794. Un autre orgue a été installé en 1834 et réparé en 1855. L'orgue actuel a été réalisé en 1878 par le facteur d'orgues François Mader, de Marseille. En 1910, des travaux ont été exécutés par les frères Vignolo, et en 1965 par Négrel et Renévier, sans que l'on sache sur quelle partie de l'ensemble ils ont porté.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates1878
1910
1965
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Provence-Alpes-Côte d'Azur, 13, Marseille
Auteur(s)Auteur : Mader François
Mader François (1827 - 1898)

Facteur d'orgues établi à Marseille en 1858.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
facteur d'orgues
Auteur : Vignolo frères facteur d'orgues
Auteur : Négrel facteur d'orgues
Auteur : Renévier facteur d'orgues
Catégoriesfacture d'orgue, menuiserie
Précision dimensions

la = 720 ; pr = 439 (dimensions totales).

État de conservationoeuvre restaurée
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Historique des orgues de l'église Saint-Louis, Hyères, par Maurice Périsset, Adjoint aux Affaires Culturelles

    Où le sens de la musique, je veux dire de ce qui nous porte vers la musique, prend-il sa source? Où commence-t-il, où finit-il?

    Masculines au singulier et féminines au pluriel, les orgues, comme les hommes, ont besoin de respirer et, ont, comme eux, leur individualité. Pareilles aux feuilles des arbres, elles sont toutes différentes : c'est l'instrument qui permet le mieux d'établir un lien entre l'humain et le divin. En une époque si dure, où la part de mystique, de foi ou de rêve nécessaire à tout individu est agressée par une matérialité envahissante, la musique d'orgue offre de surcroît à chacun d'entre nous la possibilité de faire halte, parfois de reprendre souffle, souvent de retrouver ses émotions d'enfant. Emotion la plus pure et la plus proche des vraies sources, qui n'a envie de s'y replonger le temps d'un office ou le temps d'un concert?

    Les orgues de l'église Saint-Louis ont 103 ans. En 1878, le facteur d'orgues Mader, de Marseille, leur donna naissance en utilisant des éléments d'un orgue primitif aux origines imprécises datant de 1834 et qui fut relevé en 1850. Ce fut un événement musical. Trois claviers manuels de 56 notes, un pédalier de 30 notes, 15 pédales de combinaison, une transmission mécanique, il représentait le dernier cri en la matière. Au reste, il satisfaisait un certain goût décadent de la sonorité outrepassée ; la nuance mystique donnée par la voix céleste dont on usait sentimentalement n'en était pas le moindre attrait. Des Hyérois, comme MM. Aimé Maurin et Brun, se firent une petite renommée en utilisant cet instrument dans le goût d'alors.

    Parce qu'elles sont vivantes, les orgues ont besoin de soins. C'est ce qu'on appelle relevage. En 1910, en 1925, en 1928, en 1931, elles furent partiellement rajeunies, sans pour autant être utilisées au mieux et, dès 1970, les responsables d'alors durent se rendre à l'évidence : les orgues se mouraient ou du moins vieillissaient mal. Cornements, membranes de peaux usées, circulation d'air poussive, transmission pneumatique à bout d'usage, bientôt le récit devint inutilisable. En fait, une rénovation complète s'imposait.

    Les orgues appartiennent au patrimoine communal. La Municipalité d'Hyères ne pouvait assister impassible à l'agonie d'un tel instrument et, dès 1977, nous avons entrepris les démarches qui aboutissent à doter l'église Saint-Louis d'un instrument qui se classe parmi les tout premiers, permettant de jouer le grand répertoire de la musique d'orgue classique et contemporaine. Le Conseil Municipal vota une subvention représentant les trois quarts du coût total de l'opération, le quatrième quart étant voté par le Conseil Régional, toujours attentif à la vie culturelle de notre ville, et les facteurs d'orgue de la maison Laval-Thivolle, enthousiastes et perfectionnistes, se mirent au travail.

    Voici le nouvel Etat-Civil des Orgues de Saint-Louis :

    Transmission par électro-aimants exécutée en Angleterre par la maison Kimber-Allen, ce qui, pour les 33 jeux, représente 33 moteurs de tirage de registre, 400 soupapes, cinq régulateurs d'air.

    Une nouvelle console exécutée en Allemagne par la maison Laukuff. Cette console de trois claviers et un pédalier a les caractéristiques suivantes :123 boutons d'appel de jeux, dont 7 d'avance, 62 extenseurs d'appel et d'accouplement,13 pistons du pied, 3 boutons pré-sélectionneurs, le tout pour faire sonner 2001 tuyaux.

    Nous nous trouvons maintenant devant un instrument de très haut niveau, servi par M. L. Pustel, organiste titulaire depuis 1927 (bon jubilé, cher Maître), assisté actuellement par M. Lichensky ainsi que par Mme Ceccaldi. Puisse-t-il offrir à la nouvelle génération l'écoute de cette musique enrichissante qui permet aux hommes d'être un peu plus assurés de ce qui demeure.

    Maurice Périsset, Adjoint aux Affaires Culturelles.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Lettre du préfet du Var au maire de Hyères concernant la réparation des orgues, 1799. Archives communales, Hyères : 3 P 1 (6).

  • Historique des orgues de l'église Saint-Louis, écrit par Maurice Périsset, 1981. Archives communales, Hyères : 144 W 32.

  • Registre du Conseil de Fabrique concernant la réparation des orgues, 1855. Archives paroissiales, église Saint-Louis, Hyères.

  • Registre du Conseil de Fabrique concernant la construction de nouvelles orgues par Mader, 1877. Archives paroissiales, église Saint-Louis, Hyères.

Bibliographie
  • Orgues du Var et du Vaucluse. Dans : Inventaire des orgues en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dir. Philippe Latourelle, Aix-en-Provence : Arcam / Edisud, [ca 1985].

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Pauvarel Carole