Dossier d’œuvre architecture IA06001656 | Réalisé par
  • étude d'inventaire
gare de Puget-Théniers
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton voie ferrée de la ligne Nice - Digne-les-Bains - Puget-Théniers
  • Commune Puget-Théniers
  • Adresse RD 6202
  • Cadastre 1983 AB 74
  • Dénominations
    gare
  • Appellations
    gare de Puget-Théniers
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante

Conçue à l'origine comme la tête de la ligne Nice-Puget-Théniers, la gare de Puget-Théniers a bénéficié à l'origine de toutes les installations nécessaires à de telles fonctions, justifiées également par le rang de sous-préfecture de cette localité. Elle a été mise en service en 1892. Avec le prolongement de la voie vers l'ouest entre 1907 et 1911, la gare de puget-Théniers a perdu son rôle de tête de ligne. De nombreuses transformations sont intervenues à la fin du 20e siècle. L 'ancienne halle des marchandises a été transformée en 1997 en Maison de Pays. Le pont-tournant, qui avait été transféré à Saint-André-les-Alpes pendant la Seconde Guerre mondiale a été remplacé en 1981 par celui de la gare de Nice. La gare de Puget-Théniers est en outre depuis 1975 le siège du Groupe d'Étude pour les Chemins de Fer de Provence, association de passionnés qui défend l'existence de la ligne et stocke dans l'ancienne remise son matériel roulant, locomotives, voitures, fourgons et loco tracteurs. Une nouvelle remise a été construite face au bâtiment des voyageurs dans les années 1990.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1892, daté par source

Les installations de la gare de Puget-Théniers s’étirent sur plus de 400 m le long de la voie. De l'est à l'ouest, six bâtiments différents s'élèvent au nord des rails : le buffet qui accueille toujours un restaurant, le château d'eau, le bâtiment des voyageurs de 2e classe, la lampisterie qui fit office de buvette dans les premiers temps de l'exploitation et les toilettes puis l’ancienne halle des marchandises. Encore plus loin, au sud de la voie, se trouve l'ancienne remise pour quatre locomotives. La nouvelle remise est, elle, construite à l'est de l'ancienne, entre la voie et les berges du fleuve. Un grand cèdre domine le site auquel il fournit une esplanade ombragée tout en faisant fonction de signal visuel. Les encadrements des baies concentrent les éléments de décor des bâtiments. Ils ont assez variés : aternance briques-pierres pour les harpes des chaines d'angles du bâtiment des voyageurs et de la lampisterie ; pierre calcaire hachurées pour les encadrements et les chaînes d'angle de l'ancienne halle des marchandises, pierres calcaires bossagées pour les chaînes d'angle de la remise. Les couvrements des baies sont tous en arc segmentaire. Les couvertures sont en tuiles plates mécaniques, sauf pour le bâtiment des voyageurs qui est couvert de tuiles creuses mécaniques.

  • Murs
    • calcaire
    • moellon
  • Toits
    tuile creuse mécanique, tuile plate mécanique
  • Étages
    rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Escaliers
  • Statut de la propriété
    propriété publique, []

Bibliographie

  • BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p. : ill.

    p. 34 : une ancienne carte postale indiquant la fonction de buvette du petit bâtiment qui jouxte celui des voyageurs.

Documents figurés

  • Fondations d'un pont à bascule pour wagons à la gare de Villars-sur-Var. / Dessin à l'encre sur papier, 1893. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice, 211 J 0054.

    Plan d'un pont à bascule de 20 000 kg. Coupes.
Date d'enquête 2010 ; Date(s) de rédaction 2007
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général