Dossier IA06004170 | Réalisé par ;
Prédal Christophe
Prédal Christophe

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
funiculaire du domaine de Carabacel
Auteur
Giletta Jean
Giletta Jean

Photographe, ouvre son atelier à Nice en 1880. En 1897 fonde les Editions Giletta (éditions de cartes postales) avec ses frères Joseph et François. Les cartes produites représentent essentiellement Nice et ses environs et contribuent à la construction du mythe de la Côte d'Azur. Son activité de photographe de la fin des années 1870 jusqu’aux années 1920 donne lieu à la réalisation de près de 8 000 photographies des paysages, villes et villages du Midi. L’affaire est reprise en 1968 par les frères Grisoni, apparentés aux Gilletta. En 1976, ces derniers proposent à l’Etat l’acquisition des plaques anciennes. L’ensemble conservé à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine comprend outre des vues de Jean Gilletta et de son fils Louis, des images qui seraient à attribuer à Walburg de Bray, opérateur dans la région depuis le milieu des années 1860 jusqu’au début des années 1890 et dont Giletta fut l'assistant au début de sa carrière.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Copyright
  • (c) Ville de Nice

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Nice - Nice
  • Commune Nice
  • Lieu-dit Cimiez
  • Adresse
  • Cadastre 2020 LE 0313 bâti de la station de départ ; 2020 LE 0310 emprise ; 2020 LE 0298 emprise et station d'arrivée
  • Dénominations
    funiculaire
  • Appellations
    funiculaire du domaine de carabacel
  • Destinations
    magasin de commerce

Suite à la construction de l’hôtel Hermitage et de son annexe, l’hôtel Langham, un funiculaire électrique est mis en place par l'hôtelier Alexandre Agid afin d’assurer la liaison pour les clients depuis le boulevard Carabacel. Le funiculaire, non limité à la clientèle de l'hôtel, est installé par l’entreprise Stigler et entre en fonction en novembre 1907. L'ensemble sera ensuite amélioré par la société Arsag. L'exploitation s'arrête en 1955. Seul demeure l'édicule de départ, très transformé, et certaines parties de la déclivité.

Funiculaire électrique de 168 mètres de longueur pour 45 mètres de dénivelé, il ne comprend à l'origine qu'une seule voiture d'une douzaine de places. Lors de sa reprise par la société Arsag est mise en place une voie métrique et une voie d'évitement à mi-pente permettant le croisement. Deux voitures sont désormais utilisées pour seize voyageurs chacune. Le trajet se fait en extérieur, excepté au niveau de l'hôtel Langham (passage sur une partie de l'étage de soubassement) et dans un court tunnel à mi-parcours. Une photographie ancienne montre une station d'arrivée de type chalet avec ciment faux-bois.

  • État de conservation
    vestiges
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • BOTTARO, Alain, THUIN-CHAUDRON Véronique (et al.). Hôtels et palaces, Nice. Nice : Gilletta, 2019. 197 p. ; 30 cm.

    p. 71
  • MASSIMI Michel. Cimiez, promenade au fil du temps. Cressé : Editions des Régionalismes, 2013. 294 p ; 24 cm. ISBN 9782824001371

    p. 65

Documents figurés

  • Funiculaire "Stigler" du col Carabacel à Nice/ Jean Giletta. Nice : Giletta, [s.d.]. 1 carte postale.

  • [Funiculaire du Parc hôtelier Carabacel, plan de situation en 1924]. / 1924. Tirage de plan. Archives communales, Nice : 2T375 669.

Date d'enquête 2020 ; Dernière mise à jour en 2020
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
(c) Ville de Nice
Prédal Christophe
Prédal Christophe

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.