Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme (chalet d'estive) dite Centre d'Accueil de l'Association Loisirs et Montagne

Dossier IA00049722 réalisé en 1979

Fiche

Dossiers de synthèse

HISTORIQUE

Le bâtiment n'est pas indiqué sur le cadastre de 1809. Il a sans doute été construit dans la deuxième moitié du XIXe siècle ou au début du XXe après la destruction des quatre bâtiments qui en 1809 constituaient le lieu-dit Les Rochas.

DESCRIPTION

Situation

Les deux chalets qui forment le lieu-dit les Rochas sont situés sur la rive gauche du Drac Blanc, à 1400 m d'altitude, au dessus du hameau des Martins. On y accède par un chemin très étroit qui suit le cours du torrent. Non loin des chalets se trouve encore un treuil construit autrefois par des forestiers, et qui est actuellement utilisé par l'association qui possède le chalet.

D'après une information orale qu'il faudrait vérifier, ces maisons auraient été autrefois habitées en permanence avant de devenir des chalets d'estivage. Le soin apporté à la construction (en particulier l'écurie voûtée) corroborerait cette hypothèse.

Matériaux

Les murs sont en moellons de pierre locale, liés à la chaux. Il ne sont pas crépis.

Structure

La maison est construite sur trois niveaux et comprend un étage de soubassement. La façade en mur-pignon regarde vers le sud (alors que la vallée est à l'ouest).

Le rez-de-chaussée comprend :

- à l'est une "écurie" voûtée. Le voûtement formé de quatre voûtes d 'arête repose sur un pilier central de section carrée, grossièrement équarri, qui contraste avec les piliers soigneusement taillés et souvent chanfreinés que l'on trouve dans la vallée.

- à l'ouest, la cuisine, couverte d'un plancher et, à l'arrière, une petite salle faisant fonction de cellier, également planchée. Dans la cuisine se trouve la cheminée et le four, l'âtre et la bouche du four étant construits sous la même hotte. On trouve un four semblable aux Martins IA00049715).

Le premier étage est occupé au-dessus de l'écurie par le "rasaou" qui communique avec la grange, et au dessus de la cuisine par deux chambres planchées.

La grange occupe le second étage et les combles, le plancher qui correspond au plafond des chambres faisant fonction d'aire à battre 1.

Élévation

A l'exception des portes de la cuisine, de la grange et de l'écurie, toutes les ouvertures sont sur le pignon sud. Elles sont surmontées d'un simple linteau de bois et ne sont pas encadrées. Les fenêtres sont protégées par des grilles.

On accède au premier étage par un escalier extérieur de quelques marches. La porte est surmontée d'une imposte vitrée.

On accède à la grange à l'arrière par un "montage" formé d'une passerelle de bois. La porte de la grange forme une lucarne dans le toit.

Couverture

Le toit à deux longs pans était autrefois entièrement couvert d' ardoises de Corbières. Le versant est est actuellement couvert d'un matériau moderne( shingel ? ).

La charpente comprend trois fermes, composées de deux arbalétriers croisés sans poinçon et d'un entrait. L'entrait est pincé entre une panne posée sur le mur-gouttereau et la sablière, l'espace entre les deux pannes permettant l'aération de la grange.

1Information orale.
Précision dénominationchalet d'estive
AppellationsCentre d'Accueil de l'Association Loisirs et Montagne
Destinationscentre de loisirs
Parties constituantes non étudiéesétable, fenil, four à pain, aire à battre
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonOrcières
AdresseCommune : Champoléon
Lieu-dit : les Rochas

Datation de l'édifice inconnue.

Période(s)Principale : Temps modernes
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Etable voûtée d'arêtes

Mursgranite
calcaire
grès
schiste
moellon sans chaîne en pierre de taille
appareil mixte
Toitardoise, matériau synthétique en couverture
Plansplan allongé
Étagesétage de soubassement, en rez-de-chaussée
Couvrementsvoûte d'arêtes
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit
Typologiesmaison bloc type IA1 : entrée distincte pour les hommes et les animaux ; cuisine au rez-de-chaussée
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale