Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Seuls les décors sculptés (reliefs en gypserie et cheminées en marbre) ont subsisté de la décoration de l'ancien Hôtel Splendide qui comportait également peintures et tentures. Ils sont situés dans les salons du rez-de-chaussée et dans les suites des étages.

Rez-de-chaussée. Salle de lecture. Vue prise en direction du nord.Rez-de-chaussée. Salle de lecture. Vue prise en direction du nord.Les murs de la salle de lecture, donnant sur le boulevard d'Athènes, sont compartimentés en panneaux à cadres moulurés, dont les plus étroits sont ornés de trophées de musique en chute suspendus à des rubans. Au plafond, une guirlande de fleurs et de feuilles délimite un cadre rectangulaire arrondi par les bouts. Dans les écoinçons, des instruments de musique (tambourins, lyres...) sont entremêlés à des guirlandes de fleurs. Une corniche à fort relief, reposant sur des modillons à feuilles d'acanthes, souligne le plafond. La cheminée est en marbre blanc légèrement veiné de gris. Les piédroits à gaines cannelées soutiennent l'entablement où un cartouche central est orné d'une corne d'abondance. Le rétrécissement (en maçonnerie) est souligné par des guirlandes, des rinceaux et des chutes de fleurs, en gypserie. Sur la plaque de cheminée en fonte, deux cygnes s'abreuvent au pied d'un vase à rubans. Ce motif central est cantonné par deux obélisques. La plaque est signée P. Martin. Il semblerait que ce motif d'obélisques soit fréquemment utilisé par P. Martin sur lequel nous n'avons aucune information. La glace de trumeau est surmontée par un panneau sculpté en haut relief : deux Amours de part et d'autre d'un guéridon (?) où sont accrochées des guirlandes.

Rez-de-chaussée. Salon sud. Détail du décor du plafond.Rez-de-chaussée. Salon sud. Détail du décor du plafond.Salon sud : Les murs sud et nord sont rythmés par des pilastres jumelés à chapiteaux composites. Ils présentent un décor sculpté rapporté en fibre de bois et plâtre. Les deux dessus-de-porte à l'est sont identiques : deux femmes vêtues à l'antique se font face, assises dans un décor de rinceaux et d'acanthes. Elles sont surmontées par une frise de petits mascarons alternés avec des palmettes. Les murs sont couronnés d'une corniche à modillons à feuilles d'acanthe doublée à l'adoucissement du plafond par une frise de palmes et de rubans. Les extrémités ouest et est du plafond sont fermées par un motif en demie-lune où des Ménades (?) hissent un Amour sur un piédestal. La scène est couronnée d'un motif de velum à décor de palmettes.

Les chambres donnant sur le boulevard bénéficient d'une ornementation de gypserie à tous les étages. Les plafonds sont soulignés par une corniche, les murs sont compartimentés en panneaux à décor d'arabesques, de perles, de camées et de guirlandes de laurier. Les dessus de trumeaux présentent parfois des scènes antiques comme celui où l'on peut voir un défilé de six ménades accompagnées d'un Amour jouant du diaulos (Dionysos enfant ?). Deux d'entre elles portent sur leurs épaules un brancard drapé d'un voile. Sur le brancard se trouve une coupe d'où s'échappe des volutes de fumée. Les autres participantes portent des cruches, une corbeille de fruits ou le thyrse. Deuxième étage. Suite sud-est. Cheminée d'angle.Deuxième étage. Suite sud-est. Cheminée d'angle.

Toutes les chambres donnant sur le boulevard sont équipées de cheminées en marbre plus ou moins ouvragées. Certaines, en marbre blanc, présentent un simple décor de cannelures sur les piédroits. Une cheminée du premier étage est en marbre beige. Sur l'entablement, le motif central représente Léda et le cygne. Le personnage au premier plan se détache en haut relief alors que le relief des autres représentations est de moins en moins marqué suggérant un effet d'éloignement. De part et d'autre du motif central court une frise de fleurettes et de palmettes. Aux deux extrémités figurent des visages de Méduse. Sur les piédroits pendent des chutes de feuilles de chêne suspendues à une couronne de laurier. Les chambres donnant à la fois sur le boulevard et sur la rue des Dominicaines sont dotées de cheminées d'angle en marbre beige veiné de gris. Le décor sculpté est semblable au deuxième et au troisième étage. Au centre de l'entablement se trouve une coupe fermée d'un couvercle, de part et d'autre court une chaîne de rosettes. Les piédroits portent une chute de pistils à graines.

Conclusion

L’hôtel Splendide présentait un ensemble décoratif de qualité inspiré par le 18e siècle, la première moitié du 18e siècle, la période rocaille, ou la fin du 18e siècle avec une inspiration plus néo-classique. De la première catégories on peut retenir les guirlandes fleuries et les chutes d'instruments de musiques ornées de rubans, par exemple. Le néo-classicisme est sensible dans l'ornementation à l'antique, cheminées à piédroits à gaines cannelées, vélums à décor de palmettes, médaillons et cartouches inclus dans des compositions en arabesques. L'iconographie est également inspirée par la mythologie antique avec une prédominance de scènes où domine un certain hédonisme : cortège dionysiaque, célébration de l'amour, Léda et le cygne.

Dénominationsrelief, cheminée
Parties constituantes non étudiéesdessus-de-porte, plafond, plaque de cheminée
Aire d'étude et cantonMarseille
AdresseCommune : Marseille 1e arrondissement
Adresse : 31, 33 boulevard d', Athènes, 6, 8, 10 rue
François-Bazin
Cadastre : 2014 801 B 01 170, 171, 86, 85
Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Auteur(s)Auteur : Martin P.
Martin P.

Fondeur de plaques de cheminée. 2e moitié 19e siècle ?


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur signature
Catégoriesgypserie, sculpture, marbrerie
Matériauxplâtre, décor en haut relief, décor en bas relief
marbre uni, blanc décor en haut relief, décor en bas relief
marbre veiné, beige, gris décor en haut relief, décor en bas relief
marbre uni, beige décor en bas relief, décor en haut relief
Statut de la propriétépropriété de l'Etat
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève