Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
  • Commune Blieux
  • Lieu-dit les Ferrays
  • Cadastre 1811 B 22  ; 2008 AB 81
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Vocables
    Saint-Symphorien
  • Parties constituantes non étudiées
    cimetière, croix de cimetière

Certains historiens font remonter la construction de l'église Saint-Symphorien aux moines de Lérins qui seraient venus s'installer à Blieux pour défricher la forêt en 1123. Monseigneur Jean Soanen prétend dans le procès-verbal de la visite pastorale qu'il effectue à Blieux en 1703, que l'église fut détruite par la communauté en 1580, durant la vacance du siège épiscopal et pendant les guerres, de peur que les ennemis s'en saisissent. Il précise que cette information est consignée dans la visite pastorale effectuée par Monseigneur Martin en 1602. Selon Soanen, l'église fut depuis cette date réparée une première fois, puis le choeur et la nef furent reconstruits du temps de Monseigneur Louis-Anne-Aubert de Villeserin (1671-1695), prédécesseur de Soanen. Ce dernier recommande dans la visite qu'il effectue en 1697 que le presbytère [choeur], soit rétabli conformément à la délivrance du prix-fait qui en a été fait [...], excepté qu'au lieu que la sacristie soit du côté de l'évangile, elle soit faite du côté de l'épître. En 1715, la visite pastorale évoque la voûte de bois de la nef qui est en mauvais état, ainsi que le sol de la tribune plein de trous. La visite de 1764 précise qu'il s'agit d'une charpente de bois. Le registre des délibérations du conseil municipal du 5 août 1838, confirme que la charpente en bois de mélèze qui sert de voûte à la nef de l'église a besoin de réparations. A la séance de mai 1850, une somme de 200 francs est votée pour la réparation de la toiture. A l'occasion de la séance du 5 février 1858, le conseil municipal vote la somme de 12 000 francs pour grosses réparations à l'église sur la base de plans et devis fournis par le Sieur Prettiny, architecte. A la demande de la sous-préfecture, des changements interviennent au niveau de ce plan. Ils concernent visiblement la voûte, dont il est demandé qu'elle soit faite en maçonnerie, de même qu'il est demandé que des contreforts extérieurs soient construits pour empêcher la poussée de la voûte. Le marché est attribué à deux ouvriers : Célestin Tartanson, maçon de Senez et Charles Cozzi, charpentier domicilié à Angles. Ce marché concerne également la construction d'un clocher et d'une nouvelle sacristie. Une expertise établie en 1861 par l'architecte du département Gustave Lutton, fait état de la non-conformité de la réalisation de ces travaux par rapport aux devis et plans et met en avant l'utilisation de matériaux de mauvaise qualité. On sait d'autre part que la flèche du clocher est emportée par un coup de vent en 1867. En 1881 déjà (visite pastorale), des réparations sont à faire au clocher et à la sacristie, qui ne sont toujours pas réalisées en 1894 (visite pastorale). En 1897, l'église est remise à neuf jusqu'à la hauteur de la voûte , la sacristie également. En 1898, une somme est votée au budget pour des réparations à faire au clocher et à la charpente de l'église ; la porte d'entrée principale est changée en 1898. La visite de 1919 n'évoque pas de réparation urgente à effectuer.

L'église est située en écart, dans le lieu dit les Ferrays, sur un terrain relativement plat. L'édifice orienté, présente un plan allongé composée d'une nef unique, de deux chapelles latérales, d'une sacristie du côté sud, et s'achève par une abside en hémicycle. Un clocher, construit sur plan carré, s'élève hors oeuvre, contre le flanc ouest de la nef. L'église est bâtie en moellons et pierre calcaire avec joints au gypse et ponctuellement au ciment avec un chaînage aux angles en pierre de taille calcaire. Le clocher-tour présente un grand appareil assez régulier. La nef est couverte par un toit à longs pans en tuiles creuses avec double rangée de génoises du côté nord et triple rangée du côté sud. Le clocher est couvert par un toit en bâtière également en tuiles creuses. Il est constitué d'un important soubassement et son étage supérieur est percé de baies en plein cintre. Deux légers contreforts rythment de chaque côté les façades sud et nord. La façade sud, est percée de la porte d'entrée principale en arc en plein cintre soulignée par des pierres de taille en calcaire et couronnée d'une petite niche. Cette façade témoigne de nombreux remaniements : dans la première travée, une fenêtre semble avoir été bouchée au moment de la construction des contreforts ; dans la seconde, devait se trouver une ouverture étroite et rectangulaire, également rebouchée. Elle est aussi percée de deux fenêtres en plein cintre dont une partiellement cachée par l'extension de la sacristie. Cette dernière a en effet été prolongée par une extension venant s'appuyer contre la chapelle latérale. Le mur est de la sacristie présente à l'extérieur, contrairement aux autres, des joints au ciment récents. L'ensemble qui forme la sacristie est percé de multiples ouvertures rectangulaires. L'abside possède également deux très légers contreforts. Elle est percée de deux baies en plein cintre. Aucune baie n'est percée dans la façade nord, dont la première travée est entièrement recouverte d'un enduit au ciment. A l'intérieur, la nef comporte quatre travées voûtées d'arêtes et scandées par des doubleaux dont les pilastres ont des impostes formées par un méplat et un quart-de-rond. L'abside est en cul-de-four, avec deux nervures de section rectangulaire, plates, soutenues par des pilastres à impostes continuant le cordon de la naissance de la voûte. Les chapelles latérales sont voûtées en berceau brisé avec une moulure à méplat et chanfrein. Un escalier intérieur tournant, en maçonnerie, donne accès à une tribune. Le sol est en carreaux de terre cuite vernissée. Les murs de la nef sont blanchis avec un badigeon ; ceux de l'abside sont en moellons apparents et les voûtes sont peintes. Le mur est de la sacristie est en parpaing de béton. Le cimetière jouxte l'église du côté nord. Il est clos et on y accède par une porte rectangulaire ménagée dans un mur en moellons et enduit partiel en ciment, adossé au clocher. Au-dessus de la porte, la date 1920 (?) est gravée dans l'enduit. Le cimetière comporte une croix en fonte de fer dont le socle est constitué d'un fût de section ronde en pierre sur un soubassement de section carrée. Sur le soubassement est gravée la date 1852.

  • Murs
    • moellon
    • grand appareil
  • Toits
    tuile creuse
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    1 vaisseau
  • Couvrements
    • voûte d'arêtes
    • cul-de-four
    • voûte en berceau brisé
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier tournant en maçonnerie
  • Techniques
    • peinture
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune, []

Documents d'archives

  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    1667/05/01 : Le choeur étant en mauvais état, Monseigneur Jean Soanen recommande que le presbytère (le choeur) soit rétabli conformément à la délivrance du prix-fait. Il mentionne également un retable dont il faut habiller les anges plus modestement et ordonne la destruction de l'autel de Saint-Roch. Il demande enfin à ce qu'une chaire à prêcher de bois de noyer soit réalisée. 1703/06/03 : Descriptif de l'état de l'église paroissiale et le mobilier. L'église a toujours été dans le même lieu où elle est aujourd'hui et qu'en l'an mille cinq cent quatre-vingt quinze la communauté la fit abattre durant la vacance du siège épiscopal et pendant les guerres. Depuis réparée et retombée encore en ruine, Mr de Villeserin fit ordonner la réparation du presbytère au dépens de son prédécesseur et celle de la nef aux frais de la communauté.Plusieurs recommandations ont été faites pour l'église comme faire réparer le tableau du maître-autel, de rétablir le second chandelier de cuivre...; des recommandations pour le cimetière et pour les chapelles.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1708-1723. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18.

    1715/05/22 : Descriptif de l'état intérieur de l'église: architecture et mobilier mais aussi un réglement des réparations à faire comme le toit et les encoules qui doivent être retouchées ou mettre une bonne serrure à la porte ; et le remplacement ou l'achat de mobilier supplémentaire (se pouvoir d'un calice plus grand avec sa patène, d'une plus grande croix de laiton au tabernacle...
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1745-1753, 1764 à 1768, 1775, 1779 à 1781, 1785 à 1788. Registre tenu successivement par Louis Jacques François de Vocance (évêque de Senez de 1741 à1756), Antoine-Joseph D'Amat de Volx (évêque de Senez de 1757 à 1771), Étienne François Xavier des Michels de Champorcin (évêque de Senez de 1771 à 1773), Jean-Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte-Louis-Constance Ruffo (Roux) de Bonneval (évêque de Senez de 1783 à 1784), Jean-Joseph-Victor de Castellane-Adhémar (évêque de Senez de 1784 à 1788). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 19

    1753/10/22 : Descriptif de l'état général de l'église et du mobilier. A la chapelle Notre-Dame, il est ordonné que l'argent donné à la paroisse pour loyerdu magasin soit employé à la réparation et à l'égard de celle de Saint-Joseph contiguë et ne faisant q'un même corps de bâtiment avec la précédente. 1764/04/16 : Descriptif de l'état général de l'édifice et de son mobilier.Le sanctuaire à toute fois besoin d'une réparation urgente, la charpente du toi a besoin de très grandes réparations, que presque tous les murs de l'église doivent être recrépis. Il y a quelques petites réparations à faire dans le pavé de l'église et du sanctuaire.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93

    1881/12/09 : Bref descriptif de l'église paroissiale et de son mobilier. 1884 : Bref descriptif de l'église paroissiale et de son mobilier.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1896 à 1921. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 95

    1919/11/03 : Bref descriptif de l'église et de son mobilier.
  • Registre des délibérations de la fabrique de Blieux. 1861-1908. Archives paroissiales, Blieux : non coté.

    Descriptif des différentes constructions et réparations de l'église paroissiale entre 1857 et 1898.
  • Registre des délibérations du Conseil municipal de la commune de Blieux. 1838-1858. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E dépôt 30/5.

    1838/08/05 : La charpente en bois de mélèze qui sert de voute à la nef de l'église a besoin de réparations: changer le plancher (il faut quatre mètres de plancher et cinq cent clous du n°30 pour clouet les planches). Le couvert de l'église a besoin d'être réparé et que deux douzaine de chevrons et bois, et tuiles sont nécessaires. 1843/05/09 : Quinze francs sont votés pour des réparations au mur nord de l'église paroissiale. 1845/05/05 : Le maire expose qu'un artisan réclame d'être payé pour "douze quintaux métriques et quarante kilogrammes de chaux qu'il a vendu à la commune pour réparer le mur de la chapelle Notre-Dame, dépendante et attenante à l'église paroissiale de Blieux s'élevant à la somme de quinze francs". 1850/05 : Vote d'une somme de deux cent francs pour l'agrandissement du cimetière et de deux cent francs pour la réparation de la toiture de l'église. 1852/05/09 : Le maire expose qu'une croix en fonte a été achetée par la fabrique pour être placée au milieu du cimetière et qu'il est nécessaire de faire faire un piédestal en pierre taillée. 1858/02/05 ; 1858/12/04 : Séance du 5 février 1858 : sur la base de plans et devis en date du 15 janvier dernier dressé par le Sieur Prettiny, architecte, le Conseil municipal vote la somme de 12 000 francs pour les réparations de l'église de Blieux. Séance du 4 décembre 1858 : monsieur le maire a exposé qu'aux termes de la lettre de M. le Sous-Préfet de Castellane, le Conseil municipal est appelé à émettre son avis sur les modifications faites aux plan et devis des réparations à faire à l'église paroissiale. Vu que le lambris en planches que cette église possède a été nuisible à la santé des habitants, le Conseil municipal émet l'avsi unanime qu'une voûte en maçonnerie doit être construite et approuve les modifications faites au plan. 1867/05/11 : La flèche du clocher de l'église paroissiale a été emportée en partie par un coup de vent, le clocher lui même mérite d'être rustique tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.
  • Adjudication des travaux de réparation et d'agrandissement de l'église paroissiale de Blieux. 19 septembre 1859. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne : 1 O 63.

    Présentation du maire au conseil municipal des plan, devis et cahier des charges dressés le 16 janvier 1858 par le Sieur Pretini. Les devis de M. Tartanson Célestin, maçon dommicilé à Senez et M. Cozzi Charles, charpentier domicilé à Angles sont retenus pour effectuer les travaux.
  • Procès-verbal d'expertise effectué par Gustave Lutton architecte du département de la ville de Digne. 4 décembre 1861. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 63.

    Le mauvais état de la construction du clocher et l'ébranlement continuel occasioné par la mise en branle des cloches déterminent la Communauté à modifier cette disposition. Il fut décidé qu'un nouveau clocher serait construit de la forme d'une tour carrée et recevrait une horloge; un marché détaillé accompagné du plan de la construction fut arrêté entre la fabrique et le Sieur Cozzi Charles.Il est mentionné également la construction d'une nouvelle sacristie car l'emplacement de l'ancienne était incommode.
  • Lettre de l'abbé Michel au Ministre. 1897/07/21. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne : ?.

    L'abbé Michel fait état du délabrement de la sacristie et du presbytère et demande une aide financière.
  • Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique d'église de Blieux dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906/03/10. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne : 1 V 65.

    Inventaire descriptif et estimatif des biens contenus dans l'église de Blieux et dans la chapelle Saint-Pons située au quartier du même nom.

Bibliographie

  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    Brève description historique, géographique et topographique de la ville de Blieux.
  • COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean, 1986, 559 p. : ill.

    Description de l'architecture de l'église paroissiale Saint-Symphorien de Blieux.
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    Brève description historique et géographique de la ville de Blieux.
  • GAYOL, Georges. Histoire de Blieux, un village des Alpes de Haute-Provence. Association du patronyme Deblieux : 2008.

    Historique de la ville de Blieux et de l'église paroissiale Saint-Symphorien.

Annexes

  • Transcriptions des visites pastorales Ancien Régime (Blieux)
  • Extraits du registre des délibérations du Conseil municipal (Blieux)
  • Extrait du procès-verbal d’expertise, 1861
  • Archives paroissiales concernant l'église paroissiale et les chapelles de Blieux
Date d'enquête 2008 ; Dernière mise à jour en 2009
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Articulation des dossiers