Logo ={0} - Retour à l'accueil

écart des Abandonnés

Dossier IA13001435 inclus dans quartier des Piches réalisé en 2002

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Exemple d'une petite agglomération de cabanons de collines, initialement en discontinuité avec le tissu bâti.

Appellationsécart des Abandonnés
Parties constituantes non étudiéesferme, cabane, lotissement, rue
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonGrand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
AdresseCommune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : l' Estaque, quartier des Piches, les Abandonnés
Adresse : ancien chemin du, Rove, impasse
Pichou
Cadastre : 1978 Estaque R ; 1978 Estaque P

En 1819, ce secteur est occupé par quelques vastes parcelles boisées situées de part et d'autre du chemin du Rove au Vallon-de-Payan en Roche-trouée et à Riaux-en-Piche.

La première construction apparaît entre 1882 et 1912. Il s'agit de la ferme (non étudiée) de la parcelle R178 qui est vraisemblablement construite pour la famille Puget qui possédait déjà des terrains en 1819 dans ce secteur. Puis au tout début du 20e siècle, apparaissent des cabanons, construits pour des artisans et ouvriers domiciliés en ville.

Le toponyme les Abandonnés apparaît sur le cadastre dans l'entre-deux-guerres. Dans la seconde moitié du 20e siècle, les cabanons ont été transformés et certains sont devenus de l'habitat permanent.

Ce secteur resta longtemps isolé. Il reste à la limite de l'urbanisation, mais la construction du lotissement de Campagne Bleue est venue combler le vide qui le séparait de la Campagne Bellevue (Référence IA13001433).

Période(s)Principale : 20e siècle
Auteur(s)Auteur :

Ce lieu-dit, de part et d'autre de l'ancien chemin du Rove (actuelle montée Pichou), s'organise avec deux impasses en cul-de-sac et sans doute deux ensembles lotis : celui sur le plateau, côté Marinier et celui qui descend au fond du vallon ou impasse Pichou. Un escalier permet de relier le chemin du Rove à l'impasse Pichou. Le parcellaire de ces lotissements de cabanons s'étage entre 350 et 600 mètres carrés pour la plupart et s'inserre dans un vaste parcellaire agricole et collinaire. Les constructions sont modestes, ne comptent que des rez-de-chaussée.

Exemple d'une petite agglomération de cabanons de collines, initialement en discontinuité avec le tissu bâti.

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Vente aux enchères publiques (d'une propriété rurale, à l'Estaque, Marseille) contre Bonnefoy, adjugé à Rambaud, 1894. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5335

    transcription hypothécaires n°7 - 4 hectares 42
  • Vente (d'une parcelle, à l'Estaque), des consorts Rambaud aux époux Roux, à M Palun, 1908. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 365 E 490

  • Vente de parcelles des terrains Rambaud aux Abandonnés (Estaque, Marseille) à divers acquéreurs, 1910. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 365 E 503

  • Vente d'un terrain (Estaque, Marseille) par Caffarene époux Rambaud à Montagard, 1910. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 5914

    transcription hypothécaire n° 4 - terrain de 3000 m2
  • Vente d'une parcelle (au quartier de Pichou, Marseille) par les epoux Jacques Puget à Antoinette Badano, 1921. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 6186

    transcription hypothécaire n° 46
Documents figurés
  • Lotissement de la propriété Rambaud sise à l'Estaque (Marseille) Ilot 3 lot n°2 ... [joint à l'acte de vente du 1er septembre 1905] /Dessin à l'encre sur papier calque, 1905. Archives départementales des Bouches-du-Rhône : 365 E 503

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Fuzibet Agnès - Gontier Claudie