Logo ={0} - Retour à l'accueil

croix monumentales ; oratoires

Dossier IA04001467 réalisé en 2008

Fiche

Voir

Aires d'étudesPays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Dénominationscroix monumentale, oratoire
AdresseCommune : Castellane

Au moins une croix, à la Tête des Maures, date du 18e siècle. Mais la grande majorité des édicules religieux de la commune de Castellane date du 19e siècle voire de la première moitié du 20e siècle. Les croix semblent antérieures aux oratoires en pierre de taille. Effectivement, sur les cinq croix qui portent des chronogrammes (compris entre 1827 et 1876), trois datent des années 1850. En revanche, sur les cinq oratoires qui portent des chronogrammes (datés de 1815 à 1923), quatre sont postérieurs à 1895. Pour les oratoires en maçonnerie, il est possible que cette forme remonte au 18e siècle, voire avant ; cependant, la relative fragilité de ces édicules laisse à penser que ceux qui sont encore visibles aujourd'hui datent également du 19e siècle. Quelques édicules (oratoires en maçonnerie notamment) ont connus des campagnes de restauration à la fin du 20e siècle, d'autres sont très ruinés et menacés.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle

19 oratoires et 13 croix ont été repérés sur la commune de Castellane. Les vocables de ces édicules religieux sont très divers : sur seize édifices dont le vocable est connu, un seul saint apparait deux fois (saint Jean-Baptiste). On note deux croix de Jubilé (écart de La Palud et Eoulx). Presque toutes les croix de la commune possèdent une base en pierre de taille calcaire (socle, colonne, fût...), parfois accompagné de gradins. Les croix sont majoritairement en fonte moulée, les autres en ferronnerie ; les branches adoptent différents motifs et formes (lobées, trilobées, fleuronnée, en pique). Cinq croix possèdent un chronogramme, parfois accompagné d'une inscription gravée sur la base. Les oratoires de la commune sont en majorité construits en maçonnerie de moellons calcaires, avec une niche rectangulaire (parfois segmentaire) et un toit en bâtière couvert en tuile creuse ; ils sont surmontés d'une croix en ferronnerie, à branches plates ou fleuronnées. Les autres oratoires sont en pierre de taille calcaire (bouchardée ou smillée), avec une niche adoptant différentes formes (rectangulaire, segmentaire, en plein-cintre, triangulaire) et un couvrement en bâtière (souvent monolithe), en pyramide tronquée, en pavillon ou en dalle ; ils sont surmontés d'une croix en fonte moulée ou en ferronnerie dont les branches adoptent de nombreux motifs et formes (lobées, trilobées, fleuronnées, en pique...). Sur de rares oratoires, en maçonnerie ou en pierre de taille, on note la présence d'un bénitier aménagé sur la face principale. Cinq oratoires possèdent un chronogramme. La répartition spatiale des croix et des oratoires sur le territoire communal montre que 40% de ces édicules religieux sont situés en zone agglomérée (entrées des villages et des écarts, parfois à la limite entre des quartiers). Les autres sont très majoritairement placés le long des chemins, à des carrefours importants ou sur des points topographiques remarquables (col, sommet, gorges...). Outre des fonctions de protection religieuse évidente, ces édicules jouent également un rôle de bornes territoriales et de marqueurs spatiaux entre un espace domestique (le village, le hameau, la ferme...) et un espace sauvage.

Murscalcaire
fonte
fer
moellon sans chaîne en pierre de taille
pierre de taille
Décompte des œuvres repérés 32
étudiés 18
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï