Logo ={0} - Retour à l'accueil

cimetière de Notre-Dame

Dossier IA04001056 réalisé en 2007

Fiche

Dénominationscimetière
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
AdresseCommune : Castellane
Lieu-dit : Plan de Notre-Dame
Cadastre : 1983 D3 516

Le 7 septembre 1899, l'ingénieur Ravel dresse un projet et les devis d'un nouveau cimetière au quartier de Notre-Dame. Il s'agit de construire un cimetière ayant la forme d'un trapèze rectangle et d'aménager la rampe d'accès. Il est précisé que les murs seront en moellons des carrières du Cheiron et que la chaux viendra du Teil. Le 15 octobre 1899, le conseil municipal rappelle que le vieux cimetière de Castellane est trop proche de l'église et des maisons. Il est décidé de le déplacer sur un terrain privé, à acquérir au prix de 6000 francs. Le projet dressé par Ravel est approuvé ; le comte de Castellane fait une donation pour cette réalisation. Le 19 mai 1905, le procès verbal de réception définitive est dressé ; les travaux ont été réalisés par l'entrepreneur François Chauvin. L'inscription de la plaque placée sur le socle de la croix du cimetière rappelle cet historique. Elle précise une date de bénédiction (le 8 décembre 1901 par Rossi, archiprêtre). La création de ce cimetière ex-nihilo explique notamment que les chapelles funéraires privées soient standardisées. En 1936, l'entrepreneur Baptiste Guirand s'engage à construire un dépositoire à l'extérieur de l'enceinte, face à l'allée centrale ; il était construit en maçonnerie de briquettes de béton de chaux hydraulique et couvert par une dalle en béton de ciment. A la fin des années 1990 une extension a été ouverte au sud du cimetière.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1905, daté par source
1936, daté par source
Auteur(s)Auteur : Ravel ingénieur attribution par source
Auteur : Chauvin François entrepreneur attribution par source
Auteur : Guirand Baptiste entrepreneur attribution par source

Ce cimetière se situe à l'écart de Castellane, sur un terrain plat. Il est fermé par un mur en maçonnerie de moellons calcaire, enduit. Son accès se fait du côté nord par un portail à deux vantaux en ferronnerie (récent), encadré par deux piliers en pierre de taille calcaire. L'organisation du cimetière se fait autour d'une allée centrale orientée nord-sud, bordée de massifs d'if taillés à la française, avec une placette centrale où se trouve la croix du cimetière. Deux allées latérales se trouvent à l'est et à l'ouest ; des allées perpendiculaires rejoignent l'allée centrale. Les tombes anciennes possèdent des stèles en calcaire, portant parfois des décors sculptés en réserve ou gravés : motifs floraux, rinceaux, croix ou cœur flamboyant ; les croix sont en pierre ou en fonte moulée. Certaines tombes sont ornées de couronnes de perles, de crucifix en fer blanc et en perles noires, de cœurs émaillés, de couronnes florales en céramique peinte. 38 tombes possèdent un enclos-cage en ferronnerie ; 18 tombes possèdent un enclos en chaînes ; 10 tombes possèdent un dais en tôle plane, parfois décoré de lambrequins ; 10 tombes possèdent un dais en ferronnerie et verre armé ; une tombe possède un dais en bois. La majorité des tombes possédant un dais possèdent également un enclos-cage (65 %). Neuf chapelles funéraires privées standardisées se trouvent dans ce cimetière, elles peuvent être classées en trois types (voir sous-dossiers).

Murscalcaire
moellon sans chaîne en pierre de taille
pierre de taille
Statut de la propriétépropriété de la commune, []

Références documentaires

Documents d'archives
  • Castellane. Travaux communaux. Projet de construction d'un nouveau cimetière. Devis sommaire. Bordereau des prix et devis estimatif, 7 septembre 1899. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 87

    Le projet est dressé à Castellane le 7 septembre 1899 par l'ingénieur Ravel. Il s'agit de construire un cimetière au quartier de Notre Dame, ayant la forme d'un trapèze rectangle, une rampe d'accès et d'aménager les chemins intérieurs. Les murs doivent être faits en maçonnerie de moellons, ceux-ci extraits de la carrière du Cheiron, la chaux provenant elle du Teil. La dépense s'élève à 9500 francs.
  • Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Castellane, 15 octobre 1899 : cimetière. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 87

    Le 15 octobre 1899, le conseil vote : la suppression du cimetière d'alors, jugé trop près de l'église et des maisons ; sa translation sur un terrain privé ; l'acquisition de ce terrain au prix de 6000 francs. Il approuve les plan et devis dressés par l'ingénieur de Castellane et accepte la donation du Comte de Castellane, député de l'arrondissement.
  • Travaux communaux. Ville de Castellane. Construction d'un nouveau cimetière. Procès-verbal de réception définitive, 19 mai 1905. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 87

    Le 19 mai 1905, les travaux du nouveau cimetière exécutés par l'entrepreneur adjudicataire François Chauvin sont reconnus satisfaisants.
  • Travaux d'un dépositoire au cimetière de Castellane, 8 mars 1936. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 87

    Le 8 mars 1936, l'entrepreneur Baptiste Guirand se soumet et s'engage à exécuter les travaux d'un dépositoire au cimetière de Castellane. L'ouvrage est établi en dehors de l'enceinte, en face de l'allée centrale, son entrée établie dans le mur de clôture. La maçonnerie est prévue en briquettes de béton de chaux hydraulique ; la couverture consiste en une dalle de béton de ciment.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï