Logo ={0} - Retour à l'accueil

chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours

Dossier IA04001111 réalisé en 2008

Fiche

Œuvres contenues

  • le mobilier de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
VocablesNotre-Dame-de-Bon-Secours
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Saint-André-les-Alpes
AdresseCommune : Angles
Lieu-dit : le Moustier
Adresse : V.C. 2
Cadastre : 1838 A2 58 ; 1982 A2 117

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est édifiée en 1870 à la demande de l'abbé Féraud, curé de la paroisse d'Angles, à proximité d'une ancienne chapelle bâtie en 1618 et détruite en 1862 pour cause de vétusté (l'ancienne chapelle apparait sur le cadastre de 1838 à quelques mètres de l'emplacement de l'actuelle chapelle). La chapelle actuelle est bénie le 24 août 1873 par le père Joseph Gibert, curé doyen de Senez, originaire d'Angles. La façade porte les dates 1873 et 1910 et une devise que l'on retrouve aussi sur la façade de la chapelle de Verimande à Annot. Le choeur de la chapelle est orné de peintures monumentales dans un style proche de celui de l'église paroissiale Notre-Dame d'Angles (IA04000230) et qui pourraient dater de la construction de la chapelle ou des campagnes de travaux dont a bénéficié l'église en 1884 et en 1898. Ce petit édifice, qui est aujourd'hui désaffecté et qui sert de remise à bois, est en mauvais état.

Période(s)Principale : 1er quart 17e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1870, daté par source
Auteur(s)Auteur : Gombert peintre (?),
Auteur : Lamberty
Lamberty

Peintre auteur de peintures monumentales dans les édifices religieux des Alpes-de-Haute-Provence, actif, pour les travaux documentés, de 1884 à 1898 à Angles, en 1898 à Barrême et Thorame-Haute.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre (?),

Située au nord-ouest à la sortie du village, la chapelle est desservie par la voie communale 2 qui conduit à Méouilles. De plan allongé, elle se compose d'une nef unique à deux travées en plein cintre séparées par un arc doubleau. L'abside, voutée d'ogives, est délimitée par un chevet à trois pans. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en tuiles creuses et d'un toit polygonale au niveau du chevet. La couverture est soulignée par deux rangs de génoise maçonnée. La façade en pignon se compose d'une porte en plein cintre et d'un oculus. Un clocher-mur à une baie en plein cintre est couvert d'un toit à deux pans sommé d'une croix en fer forgé. La façade en pignon conserve des traces de décors et d'inscriptions peintes. Les élévations extérieures sont consolidées par une ceinture métallique et présentent des raccords en ciment. L'intérieur de la chapelle est éclairé par un oculus au sud-est et par trois ouvertures en plein cintre percées dans chaque pan du chevet.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte d'ogives
voûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à longs pans
État de conservationdésaffecté, mauvais état
Techniquespeinture
vitrail
décor stuqué
Représentationsornement architectural ornement géométrique ornement végétal étoile croix tête ange saint AM
Précision représentations

La façade en pignon conserve la trace d'un décor peint constitué de faux appareillages, de faux encadrements et d'un phylactère recevant une inscription placée au-dessus de la porte. Cette inscription consiste en une devise (aujourd'hui difficile à lire mais mentionnée par les sources) : 1873 [VETU]STAS ME EVERTIT P[IET]AS ME EREXIT [1910] qui signifie : le temps me détruit, la piété m'édifie. L'intrados de l'arc triomphal et les pilastre qui délimitent le choeur sont peints de motifs géométriques et végétaux stylisés. Ils représentent une frise dans une gamme de marron, rouge, bleu, vert et gris. Les pilastres ouest et est se partagent le symbole marial AM. La voûte du choeur est parsemée d'étoiles dorées sur un fond bleu. Les murs du choeur sont habillés d'un faux appareillage peint et de croix fleuronnées dorées. Une large frise horizontale à motifs géométriques orne les trois pans de mur du chevet. L'arc doubleau de la nef et les pilastres sur lesquels il repose sont couverts d'un faux appareillage peint en gris. Les vitraux du choeur représentent, à l'ouest, saint Antoine et, au nord, saint Honorat (la baie centrale n'a plus de vitrail). Une tête d'ange stuquée couronne chaque ouverture du choeur et la clé de la voûte d'ogives.

Les peintures monumentales du choeur sont à rapprocher de celles de l'église paroissiale Notre-Dame d'Angles (référence IA04000230) et de celles des églises paroissiales Saint-Jean-Baptiste de Barrême (références dans la base Palissy : IM04000756, IM04000757) et Saint-Pierre et Saint-Paul de Castellet-lès-Sausses (référence dans la base Palissy : IM04000438), dont la similitude permet de penser qu'il s'agit du ou des mêmes auteurs. Elles pourraient être attribuées aux peintres Gombert ou Lamberty, intervenus à Barrême et à Castellet-lès-Sausses.

Statut de la propriétépropriété de la commune, []

Références documentaires

Documents d'archives
  • Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale d'Angles dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905, 12 février 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65

    Inventaire descriptif et estimatif des biens contenus dans l'église d'Angles et la chapelle Notre-Dame, à 500 mètres du village sur la route de Méouilles. Il est noté que l'église daterait de l'année 1686 (information rayée à l'encre et attribuée d'un faux par un lecteur). Il est déclaré que la chapelle Notre-Dame a été construite en 1870.
Bibliographie
  • GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon. Breil-sur-Roya : Les Editions du Cabri, 1997. 207 p. : ill.

    p. 173-176
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Boscal de Reals Aude