Dossier d’œuvre architecture IA13000751 | Réalisé par
  • inventaire topographique
ferme dite mas de l'Hôpital
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
  • (c) Département des Bouches-du-Rhône

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Port-Saint-Louis-du-Rhône
  • Commune Port-Saint-Louis-du-Rhône
  • Lieu-dit l' Hôpital
  • Cadastre 1982 A1 4, 5
  • Dénominations
    ferme
  • Précision dénomination
    mas
  • Appellations
    L'Hôpital
  • Parties constituantes non étudiées
    maison, écurie, bergerie, remise agricole, pigeonnier, puits

Les terres sont acquises par Antoine Mandrin en 1608 ; il y fait construire un domaine en 1617 par les maîtres maçons Trophime Gautier, Louis Escalier et Jean Millet (prix-fait daté du 17 avril 1617) . Avant 1625, date du décès du propriétaire, le mas est donné aux Hospices d'Arles. De nombreuses transformations ont été entreprises depuis la construction du mas ; l'escalier en vis, encore visible, permettait d'accéder à une terrasse qui surplombait le logement ; cette terrasse initiale a été surbaissée et transformée en pigeonnier, probablement au 19e siècle. La transformation de la pièce du rez-de-chaussée en étable date certainement de cette époque. ; les baies de la maison de maître, couvertes initialement d'arc segmentaire ont été transformées en fenêtres rectangulaires dans la 1ère moitié du 20e siècle. L'ancienne bergerie n'existe plus ; le bâtiment actuel date du 20e siècle. La construction de l'écurie actuelle date certainement du 19e siècle ; elle est en partie édifiée dans l'ancien bâtiment (construit en 1617) de plan carré couvert d'un toit en appentis servant de pigeonnier dans sa partie haute (visible sur le plan de 1623) . Le bâtiment rectangulaire (visible sur le plan de 1623) , aujourd'hui en ruines, mitoyen à cette tour, aurait pu abriter les cuves (tines) dont fait mention le prix-fait.

La maison de maître est entièrement en pierre de taille avec pierres apparentes à l'étage et recouvertes d'enduit au rez-de-chaussée ; la façade sud est particulièrement riche : échauguette en surplomb sur cul-de-lampe sur l'angle sud-est (servant de latrines d'après le prix-fait) , cul-de-lampe à l'angle sud-ouest (surmontée certainement d'une échauguette aujourd'hui disparue certainement lors de la construction de l'écurie) , chaîne horizontale portant bandeau, chaîne d'angle en pierre de taille, couronnement de génoise ; dans la partie est du logement, au rez-de-chaussée, des mangeoires en pierre témoigne que cette pièce a pu servir d'étable. Le couloir d'entrée est couvert d'une voûte en berceau, avec motifs d'applique faisant fonction de clef saillante sur les arcs-doubleau. L'escalier en équerre dessert l'étage carré. Au-dessus de la travée centrale s'élève le pigeonnier en pierre de taille, couvert d'un appentis. L'écurie, mitoyenne au logement de maître est construite en pierre de taille sur le mur pignon ouest (murs de l'ancien bâtiment carré du 17e siècle) et moellons, avec porte centrale et baie fenière rectangulaires. Le bâtiment mitoyen à l'écurie (ayant abrité les cuves à vin?) est aujourd'hui en ruines (seuls l'arc segmentaire de la porte principale et 2 arcades en plein cintre sont encore visibles) . La bergerie en moellons est couverte de tuiles plates mécaniques, comme l'écurie et la remise agricole mitoyenne au logement.

  • Murs
    • enduit
    • pierre de taille
    • moellon
    • maçonnerie
  • Toits
    tuile creuse, tuile plate mécanique
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier en équerre en maçonnerie
    • escalier intérieur : escalier en vis en maçonnerie
  • Typologies
    type A2d : domaine avec maison de maître mitoyenne avec les bâtiments d'exploitation, maison de maître située en milieu d'alignement.
  • État de conservation
    bon état, restauré
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Fonds Veran. 1803. Bibliothèque communale, Arles : ms 857.

    Bibliothèque municipale, Arles : ms 857
  • Prix-fait du mas passé entre Antoine Mandrin et les maîtres-maçons Trophime Gautier, Louis Escalier et Jean Millet. 17 avril 1617. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 401 E 101.

  • Relevé des titres du mas de Mandrin. 1617. Archives communales, Arles : II B 7 21.

Bibliographie

  • CHARLES-ROUX, J., De FLANDREYSY, Jeanne, MELLIER, Etienne. Livre d'or de la Camargue. Paris : Lemerre, 1916.

Documents figurés

  • Vue d'ensemble de la ferme en 1623. Dessin aquarellé, 102 x 120 cm, 25 janvier 1623. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, FI 78.

  • Plan des propriétés de l'archevêque d'Arles et du sieur d'Antonelle. Dessin aquarellé. 25 janvier 1623. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : Fi 78.

  • Carte de France dite carte de Cassini. / Dessin à l'encre par César-François Cassini de Thury, seconde moitié du 18e siècle. Bibliothèque nationale de France, Paris.

Date(s) d'enquête : 2001; Date(s) de rédaction : 2001
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général