Dossier d’œuvre architecture IA06004218 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Terrain de jeu dit la Mourra
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
  • (c) SIVOM Pays de Vence

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays de Vence
  • Commune La Gaude
  • Adresse Place du Marronnier
  • Cadastre 2021 BB (non cadastrée, domaine public)
  • Dénominations
    terrain de jeu
  • Appellations
    la Mourra

La mourra est un jeu de doigts, une pratique ludique et populaire ancienne, dénommée en provençal-alpin « mourra » ou « mourro », « mourre » en français.

Ce jeu s’inscrit dans une pratique immatérielle dont les origines remonteraient à l’Egypte ancienne. Des peintures funéraires représentant le jeu ont été découvertes sur un tombeau datant de 2000 avant notre ère. La simplicité des règles et l’absence d’éléments matériels indispensables à sa pratique peuvent expliquer que ce jeu se soit facilement transmis à travers les époques et étendu dans de nombreux pays. S’il est connu au fil de temps sous diverses appellations en fonction des dialectes où il est pratiqué (« mukhàraja », signifiant « ce qui fait sortir » en Arabie, Syrie et Irak ; le « pair ou impair » en Grèce Antique ; le « micatio » ou « micare e digitis » signifiant « le jeu du levé des doigts » chez les Romains) et présente des variantes d’application selon les localités (positions des joueurs, présence d’un arbitre, etc.), son principe de base reste inchangé au fil du temps : énoncer la somme totale des deux mains.

Les religions chrétienne et musulmane ont prohibé ce jeu en raison de son caractère divinatoire, mais la pratique ne s’est pas perdue et reste attestée dans la littérature moderne. Elle s’est cependant maintenue dans un cadre informel, par exemple dans les auberges ou lors de veillées.

A partir des années 1950, de nombreux arrêtés municipaux interdisent la pratique de la mourra dans le département, jugée responsable de troubler l’ordre public en raison des cris des participants. Cependant, aucune interdiction préfectorale ne viendra confirmer une prohibition générale. Et si ce jeu s’est vu menacé par les proscriptions locales durant la seconde moitié du 20e siècle, la mourra revient depuis peu en grâce.

Cet assemblage de blocs de pierre est le témoin matériel du jeu de la mourra. A La Gaude, la pratique de ce jeu a été matérialisée au début du 20e siècle par l’installation de ces bancs de pierre, qui proviendraient du col de Vence, pour délimiter spécifiquement un terrain de jeu dédié à la mourra. Celle-ci était jusqu’alors pratiquée dans le bar des Chasseurs, situé sur la même place. Cet assemblage de pierre marque ainsi un lieu de rencontre des villageois, et se place comme le représentant visible d’une pratique culturelle immatérielle de la communauté gaudoise. Une carte postale datée de 1911 atteste de cette installation.

Dans l’objectif de revaloriser cette pratique ancienne, la place du Marronnier a été réaménagée en 2013 : initialement accolés au marronnier, les blocs de pierre ont été déplacés à 1 mètre au nord-est de l’arbre, pour leur donner une meilleure visibilité, mais restent agencés à l’identique. Autour du banc de pierres, la place a été pavée, ce qui les ancre davantage dans leur emplacement. Une plaque présentant les règles du jeu a été apposée sur la fontaine.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle
    • Secondaire : 1er quart 21e siècle , porte la date
  • Dates
    • 2013, porte la date

Le jeu de la mourra se situe sur la place du Marronnier au quartier du Trigan, au nord-est du marronnier. Il se compose de six blocs de pierre calcaire taillés en rectangle avec les faces inférieures et supérieures dressées et les faces latérales de forme segmentaire. La forme de ces dernières et leur disposition créent, de façon discontinue, un arc-de-cercle autour du bloc central. Ce bloc, de section rectangulaire, grossièrement équarri, présente le même mode de taille que les autres blocs.

La disposition des blocs, en demi-cercle, autour d’un bloc central, est destinée à accueillir des joueurs qui s’affrontent en annonçant des chiffres oralement tout en en proposant d’autres avec leurs doigts, qu’ils présentent sur le bloc central, parfois en le frappant.

  • Murs
    • calcaire moellon
  • Mesures
    • l : 94 cm (bloc central)
    • la : 70 cm (bloc central)
    • h : 35 cm (bloc central)
    • d : 433 cm (circonférence totale)
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
Image non communicable

Bibliographie

  • COLLETTA, Pascal. Des pierres énigmatiques à La Gaude (06) ou l’histoire du jeu le plus vieux du monde . Dans La Gaude (06), des origines à l'aube du XXIe siècle. Nice : éd. Mémoires de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie Alpes Méditerranée, tome 57/58, 2016, p. 265-276.

Documents figurés

  • ALPES-MARITIMES. – Vue prise de la Basse-Gaude. / Carte postale en noir et blanc, 1911. Archives de la Métropole Nice Cote d’Azur, Nice : 10 Fi 1828. 

Date(s) d'enquête : 2021; Date(s) de rédaction : 2021
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
(c) SIVOM Pays de Vence