Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
  • (c) Autran

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton voie ferrée de la ligne Nice - Digne-les-Bains - Digne-les-Bains
  • Commune Digne-les-Bains
  • Lieu-dit les Hermittes
  • Cadastre 2012 000 I 02 non cadastré ; domaine public
  • Précisions oeuvre située en partie sur la commune Chaffaut-Saint-Jurson (le)
  • Dénominations
    tunnel
  • Précision dénomination
    tunnel ferroviaire
  • Appellations
    tunnel ferroviaire des Hermittes

Le chantier du tunnel des Hermittes faisait partie du 1er lot attribué pour la construction de la ligne ferroviaire devant aller de Digne à Saint-André. Il fut adjugé le 28 juillet 1883 à l'entreprise dignoise Ferrebeuf et Drojat. Le dessin en avait été réalisé en 1882 par l'ingénieur Jourdan et son adjoint Daime. Pendant la construction, en 1884, le projet de l'ensemble de la ligne fut substantiellement modifié et l'écartement normal abandonné au profit de l'écartement métrique. Le retrait du PLM qui s'en suivit et la nécessité de constituer une nouvelle compagnie, la future Compagnie des Chemins de fer du Sud de la France, entraîna l'arrêt des travaux. Ils ne furent repris qu'en 1890. Le tunnel, qui avait été percé au 9/10e selon un gabarit large, fut donc achevé avec un profil étroit. Cette particularité a par la suite suscité la propagation d'une rumeur relayée par la presse selon laquelle le rétrécissement avait été imposé par Bismarck qui entendait ainsi bloquer les ravitaillements militaires! Des travaux de consolidations ont été menés en 1995. En septembre 2003, de nouveaux travaux sont venus consolider la tête sud à la suite d'un glissement de terrain qui avait fait apparaître de nombreux désordres dans la maçonnerie. A cette occasion, des tirants ont été installés.

D’une longueur de 300 m, le tunnel dessine en plan un arc de cercle de 300 m de rayon et relie les vallons du Torrent du bât de l'ânesse et celui du ravin de Saint-Pierre, deux petits affluents de la Bléone. Son gabarit est de 5,80 m en hauteur et 4,50 m en largeur sur 256,85 m côté Nice, et de 6,20 m en hauteur et 4,00 m sur 43,5 m côté Digne-les-Bains. Il se prolonge sur ses deux extrémités par des tranchées d'une cinquantaine de mètres de longueur. Les deux arcs de tête sont en pierres de taille calcaire. Ils s'inscrivent dans un massif maçonné taluté qui forme deux retours droits pour soutenir les poussées des tranchées.

  • Murs
    • calcaire
    • moellon
    • pierre de taille
  • Statut de la propriété
    propriété publique, []

Bibliographie

  • BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p. : ill.

    p. 17
Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2012
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général