Dossier d’œuvre architecture IA83001720 | Réalisé par
  • enquête thématique régionale, patrimoine de la République du Pays de la Provence Verte
promenade, dite cours Liberté
Copyright
  • (c) Ville de Brignoles

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays de la Provence Verte - Brignoles
  • Commune Brignoles
  • Adresse Liberté
  • Cadastre 2012 AV non cadastré ; domaine public
  • Dénominations
    promenade
  • Appellations
    cours Liberté
  • Parties constituantes non étudiées
    square, couvent

Au début du 19e siècle, l’emplacement actuel du cours de la Liberté est occupé par des jardins privés qui jouxtent les remparts du 16e siècle, du bastion Saint-Pierre au bastion du Curnier. Un cimetière, installé sur la partie sud en 1754, est transféré en 1785. Cet espace est aménagé en promenade plantée d’arbres dans les années 1830 ; elle apparaît sur le plan cadastral napoléonien sous le nom de « Le Cours ». Après la démolition des remparts en 1837, la municipalité décide de prolonger le cours jusqu’à la porte d’Italie et d’y établir un champ de foire. Les travaux commencent en 1844 mais il faut attendre 1896 pour que le projet soit complètement achevé, en raison d’un contentieux opposant la municipalité à Mlle Aude, propriétaire d’une remise située à l’extrémité nord du cours. Sous le Second Empire, le cours est nommé « cours Napoléon », avant de prendre le nom de « cours de la Liberté » en 1881. Ce quartier est, avec le faubourg Notre-Dame, l’un des deux principaux axes du développement urbain entre 1830 et 1950. La municipalité y implante plusieurs édifices : le groupe scolaire en 1881, le monument aux morts en 1920, le hall des expositions en 1936 et l’école maternelle en 1950. Le couvent des Ursulines, acheté par la commune en 1909, accueille une caserne de pompiers, des locaux municipaux ainsi qu’une salle de cinéma. Lieu de promenade et de convivialité, le cours possède également une dimension économique, politique et sociale. Une bascule est installée en 1860 et en 1938 la foire de Brignoles y établit ses quartiers (suite à la construction du hall des expositions). En décembre 1851, ses allées constituent le lieu de rassemblement des insurgés du coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte ; elles sont à nouveau le théâtre des contestations en 1907, lors de la révolte des vignerons. Dans les années 1930, le cours accueille également meetings politiques, rencontres syndicales et soirées caritatives.

  • Période(s)
    • Principale : 19e siècle

Situé à l’est de la ville, jouxtant le centre ancien médiéval, le cours se développe selon un axe nord sud. A l’extrémité nord, un square encadré par deux rampes droites d’escalier accueille le monument aux morts et permettent d’accéder au cours. Dans son prolongement, les allées se déploient en observant un alignement régulier d’arbres.

  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Carte postale, vers 1900.

Date d'enquête 2014 ; Date(s) de rédaction 2014
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
(c) Pays de la Provence Verte