Dossier IA05000300 | Réalisé par
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
ouvrage fortifié dit ouvrage 365, dit batterie du Petit Vallon, dit batterie de la Fontaine du Chamois
Auteur
Heller Marc
Heller Marc

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1970 à 2006.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Hautes-Alpes - Briançon
  • Commune Montgenèvre
  • Lieu-dit Batterie du Chamois
  • Dénominations
    ouvrage fortifié
  • Appellations
    ouvrage 365, batterie du Petit Vallon, batterie de la Fontaine du Chamois, de l'ensemble fortifié des ouvrages italiens
  • Parties constituantes non étudiées
    batterie, abri, poudrière, édifice logistique, casemate

Composition d'ensemble

Il s'agit, en fait, de la partie annexée par la France d'un ensemble plus vaste, dont les éléments inférieurs sont encore en Italie.

L'ouvrage est constitué de quatre éléments :

- un groupe de batteries à air libre, dite « batterie haute du Petit Vallon» selon la dénomination italienne

- un magasin à poudre sous roc

- un casernement de temps de paix faisant partie des organisations réalisées avant 1914

- un ouvrage récent (1935-40).

Batteries hautes du Petit Vallon

Implantées sur un replat des pentes sud du Chaberton, elles consistent en :

Ancienne batterie haute. Abri bétonné à gauche de la batterie.Ancienne batterie haute. Abri bétonné à gauche de la batterie.- Une batterie barbette au nord pour six pièces à terre-plein légèrement surélevé et dallé; sans traverses, prenant d'enfilade la trouée du Mont Genèvre. A droite, creusés dans la falaise, quelques locaux sous roc à usage d'abris et de magasin de batterie. A gauche, abri en béton non armé, peut-être poste de commandement. Sur le terre-plein, on remarque, légèrement étagés de gauche à droite, les scellements des circulaires de pointage en direction des châssis des affûts des pièces. Autre point d'intérêt: les dalles de pierre minces, remarquablement taillées, formant tablettes de couronnement de rebord arrière du terre-plein de batterie, pour la plupart arrachées par des vandales et dispersées à proximité.

- En contrebas et à gauche, une seconde batterie barbette au sud, à deux pièces, et deux abris bétonnés orientés sensiblement à 45° à gauche de la précédente.

Ancienne poudrière. Chambre à poudre.Ancienne poudrière. Chambre à poudre.En arrière, à contrepente, un magasin à poudre sous roc relié aux deux batteries ci-dessus par une galerie protégée ascendante de 213 marches. Organisée de manière analogue aux «magasins de secteur» français des années 1890-1900, ce magasin comporte essentiellement une chambre à poudre voûtée de 18,5 x 6 m et deux locaux de 3,70 x 4, 50 et 3, 50 x 3, 50, desservis par deux entrées arrière chicanées et un couloir de liaison intérieure.

Compte tenu de la proximité, cet organe, déjà relié aux batteries barbettes évoquées ci-dessus, a été ultérieurement relié aux galeries de l'ouvrage moderne évoqué ci-après (protection: plusieurs mètres de roc).

Casernement

Robuste bâtiment en maçonnerie soignée, à un seul niveau, implanté à contrepente entre les batteries hautes et la poudrière. Corniche en pierre moulurée. Fenêtres à linteau en arc segmentaire. Maçonnerie extérieure en opus incertum. Entièrement dépouillé de ses huisseries.

Ouvrage moderne

Gros ouvrage d'artillerie construit dans la falaise sud du replat et constitué d'une galerie rectiligne sous roc de 120 m de long environ, s'élargissant en alvéoles pour casernement et magasins, et desservant par des dérivations à gauche deux groupes de deux casemates cuirassées pour canons de 75/27-06 tirant vers le sud, par dessus la trouée du Mont Genèvre, en flanquement réciproque de l'ouvrage de la Rocca Clare (2051 m), en territoire italien. Compte tenu de la dénivelée, les pièces ne peuvent tirer en tir fichant sur la route du Mont Genèvre, qu'on ne voit d'ailleurs pas.

Bloc 8. Casemate cuirassée pour mitrailleuse. Vue intérieure.Bloc 8. Casemate cuirassée pour mitrailleuse. Vue intérieure.Les casemates d'artillerie (blocs 3-4, 5-6) groupées 2 à 2 en sections reliées chacune par galerie transversale, sont constituées par des chambres de tir d'environ 2,50 de large et 4 m de profondeur et 2,50 de haut fermées à l'avant par une plaque frontale blindée de 10 cm d'épaisseur comportant une embrasure de 30 cm de large x 40 cm de haut (type 3 du «catalogue Nicolas »). L'embrasure est précédée extérieurement d'un ébrasement de 3 ou 4 m de long taillé dans le roc et à parois gradinées en béton.

A l’extrême avant de l'ouvrage, deux tronçons de galeries ascendantes, dotées d'escalier, conduisent l'un vers le bloc 8, casemate pour arme automatique battant le glacis, et à gauche vers le bloc 7, observatoire cuirassé, du type « à rotule ».

A l'arrière: les entrées sont constituées par le bloc 1 (entrée secondaire à 15 m de la précédente), le bloc 2 (entrée directe de la galerie et gaine optique) et les deux entrées de l'ancienne poudrière, raccordées aux galeries de l'ouvrage moderne.

Ensemble dont le gros œuvre est en assez bon état (sauf les casemates d'artillerie endommagées par explosions intérieures) mais entièrement dépouillé de ses équipements.

La détérioration, vers 1880, des relations franco-italiennes, entraîne un développement considérable des organisations du col de Montgenèvre. Dans ce contexte, les Italiens complètent les ouvrages bas d'interdiction de la route par la construction de la batterie du Petit Vallon sur les replats de la pente sud du Mont Chaberton. Ces organisations sont réalisées avant 1914. Un ouvrage d'artillerie est rajouté en 1935-1940.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle

L'ouvrage est constitué de quatre éléments. Les batteries hautes du Petit Vallon sont un groupe de batteries à l'air libre sur un terre-plein. Elles sont complétées par des abris sous roc ou en béton non armé. Un magasin à poudre sous roc est relié aux batteries précédentes par une galerie protégée de 213 marches. Il comporte une chambre à poudre voûtée en plein-cintre et de locaux. Entre ces deux édifices se trouve le bâtiment de casernement en rez-de-chaussée, avec toit en terrasse et maçonné en moellons. Enfin, l'ouvrage d'artillerie est formé d'une galerie sous roche desservant casernements, magasins et deux groupes de casemates de tir construites en béton armé.

  • Murs
    • pierre moellon
    • béton béton armé
  • Étages
    rez-de-chaussée, sous-sol
  • Couvrements
    • voûte en berceau plein-cintre
    • roche en couvrement
  • Couvertures
    • terrasse
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
  • Statut de la propriété
    propriété publique
Date d'enquête 1989 ; Dernière mise à jour en 1997
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Truttmann Philippe
Truttmann Philippe

Lieutenant-colonel du génie, docteur en histoire. Chargé de cours à l'École supérieure du génie de Versailles, Yvelines.

Expert en architecture militaire auprès de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Réalise de 1986 à 1996 l’étude de l’architecture militaire (16e-20e siècles) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, partie des Alpes-Maritimes, ensemble des îles d’Hyères dans le Var.

Principales publications : La Muraille de France ou la ligne Maginot (1988)

Les derniers châteaux-forts, les prolongements de la fortification médiévale en France, 1634-1914 (1993)

La barrière de fer, l'architecture des forts du général Séré de Rivières, 1872-1914 (2000)

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers