Copyright
  • (c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales
  • (c) Inventaire général, Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Parc naturel régional des Baronnies Provençales - Laragne-Montéglin
  • Commune Val Buëch-Méouge
  • Lieu-dit près de la Grèze
  • Cadastre 1983 B2 non cadastré (537)  ; 2018 000B non cadastré (537)
  • Précisions anciennement commune de Ribiers

D'après J. Roman (1889), une maladrerie « existait de temps immémorial (…) au quartier nommé aujourd'hui Saint-Roch. Elle n'était pas supprimée en 1708 mais n'avait alors aucun revenu ».

Il existait une chapelle Saint-Roch, au carrefour des chemins de l'Adrech et de Saint-Aubert. Sa construction est décidée le 27 avril 1721 par les consuls et la Communauté de Ribiers, suite à une épidémie de peste, « à l'endroit où il se trouve l'oratoire sous le titre de Saint-Roc » (P. Faure, 2014). Ainsi, un oratoire est déjà attesté à cet emplacement au début du 18e siècle.

Inaugurée en 1722, la chapelle « était ornée sur sa façade d'une inscription gravée dans la pierre et rappelant les auteurs, la cause et la date de sa fondation » et « on y a dit l'office et fait une procession le jour de la fête de saint Roch, jusqu'à la Révolution ». Vendue comme bien national à la Révolution, cette chapelle a ensuite été réaménagée en ferme et agrandie (J. Roman, 1892).

En 1889, J. Mourre indique que les habitants se rendent « annuellement en procession, le 16 août, au soleil levant, sur les lieux (…) où se trouve encore un oratoire parfaitement entretenu dédié à saint Roch » (P. Faure, 2014). Néanmoins au début des années 1890, « ferme et chapelle jonche maintenant le sol », et si une reconstruction est projetée, elle n'aboutira pas (J. Roman, 1892).

L'oratoire actuel, qui est situé en face de cette ancienne chapelle ruinée, ne semble toutefois pas antérieur à la première moitié du 20e siècle.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 18e siècle , (détruit)
    • Principale : 1ère moitié 20e siècle

Cet oratoire est situé au carrefour des routes de Saint-Aubert et de l'Adrech.

Installé sur un relief taluté en maçonnerie de moellons à joint beurrés, il porte un enduit récent. Sa niche en arc plein-cintre, ornée d'une ferronnerie contemporaine, abrite un bas-relief peint de facture naïve, représentant saint Roch. Son sommet en entablement supporte une couverture à un pan en tuile creuse.

  • Murs
    • calcaire enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Couvertures
    • toit à un pan
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • saint Roch
  • Mesures
    • l : 77 cm
    • la : 67 cm
    • h : 263 cm
  • Précision dimensions

    Dimensions données hors socle en maçonnerie.

  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • FAURE-VINCENT, David, FAURE, Pierre. Le Terrier de Ribiers, 1755. Lettre aux amoureux du patrimoine n° 63-64. Serres : Association départementale de sauvegarde du Pays du Buëch & des Baronnies, 2014.

  • ROMAN, Joseph. Tableau historique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie Nationale, 1887-1890. 2 vol.

  • ROMAN, Joseph. Histoire de Ribiers, chef-lieu de canton du département des Hautes-Alpes. Gap : Imprimerie J.-E. Richaud, 1892. 72 p.

Date d'enquête 2018 ; Dernière mise à jour en 2018
(c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général