Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison

Dossier IA05001466 inclus dans village de Ribiers réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesresserre, cellier, séchoir
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonParc naturel régional des Baronnies Provençales - Laragne-Montéglin
AdresseCommune : Val Buëch-Méouge
Lieu-dit : Ribiers
Adresse : rue, du Château, 2e maison
Cadastre : 1755 plan 7 956 ; 1823 E2 432 ; 1998 E2 654 ; 2018 000E 654
Précisionsanciennement commune de Ribiers

L'origine de ce bâtiment pourrait remonter au début de l'époque Moderne et il est probable qu'il s'appuie à l'est sur le rempart médiéval. Toutefois, son aspect actuel ne paraît pas antérieur au 19e siècle. Le traitement de la façade date de la première moitié du 20e siècle.

Le terrier de 1755 le désigne comme une « maison » appartenant à RIVAS Joseph, cordonnier, qui possède aussi une « boutique » mitoyenne (parcelle 957).

Sur le cadastre de 1823, cette construction est mentionnée comme « maison » appartenant à FERRALIN André et la parcelle mesure alors 27 m². Ce propriétaire possède aussi une partie de la maison mitoyenne (parcelle E2 433), ainsi qu'une autre maison (E2 449) et un jardin (E2 466) au sud du bourg.

Période(s)Principale : Temps modernes , (?)
Principale : 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

Cette maison est située rue du Château et elle appartient à un îlot de bâtiments. Mitoyenne sur trois côtés, elle comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble.

Le sous-sol est occupé par un cellier, faisant aussi office de resserre alimentaire, couvert par une haute voûte en berceau plein-cintre et aéré par un jour ménagé au sommet du mur nord. L'accès se fait depuis le rez-de-chaussée par un escalier en vis raide, dont les marches sont maçonnées, installé à l'angle sud-ouest. Le mur sud est enduit et une longue potence en bois est scellée dans la maçonnerie. Dans le mur est, un placard est aménagé dans l'embrasure d'une porte murée, communiquant anciennement avec la parcelle mitoyenne.

Le rez-de-chaussée est accessible depuis l'extérieur par une porte piétonne desservie par un petit escalier adossé perpendiculairement à la façade. Réservé au logis, il est éclairé par une grande fenêtre. Il est occupé par une grande pièce et par une petite alcôve séparée par un cloisonnement en gypse ouvragé simplement. Une cheminée est à demi-engagée dans le mur est, avec un manteau en gypse mouluré. Elle est flanquée de deux placards-niche. Une pile d'évier occupe l'angle nord-est et un autre-placard niche est aménagé dans l'angle nord-ouest. Le sol est en carreaux de ciment, les murs et le plafonds sont enduits. Dans le mur ouest, une porte donne accès à deux marches descendant dans une chambre en longueur qui se trouve située sur la parcelle mitoyenne – le sol est fait d'un autre modèle de carreaux en ciment.

L'escalier menant à l'étage est installé dans l'angle sud-ouest, au-dessus de celui menant au sous-sol. Ses quatre premières marches sont en menuiserie et, après avoir passé une porte qui ferme sa cage, il se prolonge en tournant, menant au deuxième étage. Celui-ci est occupé par une chambre, éclairée par une fenêtre dans le mur nord.

L'étage de comble est réservé au séchoir qui est aéré par un jour percé côté nord.

L'ensemble du bâtiment est construit en maçonnerie de galets et moellons calcaires. L'élévation porte un enduit à la tyrolienne, avec un décor lissé et peint de faux encadrements et bandeau de sous génoise, ainsi qu'un décor de faux appareil gravé en soubassement.

Les encadrements des ouvertures sont façonnés au mortier de gypse, avec un linteau en bois. Au premier niveau, la porte et la fenêtre sont équipées de contrevents à persiennes hautes. Au deuxième niveau, la fenêtre possède des contrevents à cadre.

L'avant-toit est constitué de deux rangs de génoise, peinte en blanc. Le toit à un pan est couvert en tuile plate mécanique.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
calcaire galet enduit
Toittuile plate mécanique
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à un pan
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant en maçonnerie
TypologiesA3a : maison avec parties agricoles en parties basses et hautes
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Ribiers. / Dessin, encre et lavis par Martel et Martin, géomètres, 1823. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 3 P 1167 à 3 P 1168.

(c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales ; (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï