Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Barcelonnette
  • Commune Barcelonnette
  • Adresse 157e R.I.A.
  • Cadastre 1980 AC 418
  • Dénominations
    maison
  • Appellations
    Villa Puebla
  • Parties constituantes non étudiées
    petit parc, verger, grotte artificielle, serre, chute d'eau, allée, pavillon de jardin

La villa Puebla, édifiée en 1880 pour Eugène Lions, est l’œuvre d’un entrepreneur italien de Saint-Vincent-les-Forts, Victor Bérato.

Vingt ans plus tard, en 1903, sensible à la fantaisie et à l’ambition des nouvelles villas, Eugène Lions, fondateur de la Ciudad de Mexico à Puebla, commande à l’architecte Francis Girard, engagé par son frère Jules pour la villa Rose des Alpes, une mise au goût du jour de sa demeure.

Après avoir hésité entre deux avant-projets historicistes signés Girard-Reydet, transformant l’ancienne construction en un véritable château flanqué de deux tourelles d’angle, Eugène Lions opte pour un rhabillage coloré et limité à la seule façade principale et à son décor.

Des frises et tableaux de faïences décoratives viennent souligner les différents niveaux et marquer l’encadrement des baies du premier étage.

La toiture est également modifiée : des aisseliers en bois ouvragé soutiennent la couverture prolongée à l’aide de coyaux et ajoutent une note pittoresque à l’austérité de la façade.

Détail de la couverture. Oeil-de-boeuf et faîtière.Détail de la couverture. Oeil-de-boeuf et faîtière.

Trois œils-de-bœuf et une crête de palmettes encadrée de deux somptueux épis de faîtage, en zinc, complètent son décor.

La villa est construite en 1885 par Bérato, entrepreneur italien de Saint-Vincent-les-Forts ; le commanditaire est Eugène Lions, habitant de Barcelonnette, ancien négociant à Puebla, ayant fait fortune au Mexique. Elle est remaniée en 1903 par F. Girard, architecte de Grenoble. Le sculpteur Xavier Borgey et le maître-verrier J.-A. Bessac décorent les pièces d'apparat en 1903. En 1987 ont lieu des aménagements intérieurs divers.

La villa comporte un plan massé rectangulaire avec un décrochement pour les circulations sur la façade nord ; l'élévation sud comporte 5 travées identiques. Le toit en pavillon à 4 versants présente 3 oeils-de-boeuf. L'escalier d'honneur, composé de plusieurs degrés débouche sur une large terrasse. Le décor présentant des éléments architectoniques associés aux faïences colorées polychromes sur la façade sud date des remaniements tout comme la modénature qui est alors accentuée : le rez-de-chaussée est traité à larges refends et couronné d'une corniche, chaque baie du 1er étage est couronnée d'un entablement associé à un linteau de faïence, le 2e étage reçoit des jambes de force ouvragées et une corniche terminale polychrome ; les simples garde-corps métalliques sont remplacés par de très belles ferronneries ; les épis de faîtage et la crête en zinc sont ajoutés. Les pièces intérieures présentent un décor de plâtrerie, de menuiserie décoratives et un bel ensemble de cheminées de marbre blanc, rouge, noir ; les sols sont en carreaux de céramiques à larges motifs floraux ; un vitrail remplace le simple vitrage d'origine. Le parc de plus de 3 hectares (34656 m2) est contemporain de la création de la villa ; c'est un exemple de parc-fruitier caractéristique de la villa mexicaine avec le parc d'agrément autour de l'édifice, le vaste verger occupant la partie le plus importante de part et d'autre de la grande allée. Aux abords de la villa (élévation est) se trouvent une grotte en rocaille avec chute d'eau et animation florale et végétale, une gloriette, une importante serre à l'abandon. L'allée centrale est plantée de 40 marronniers et sycomores ; les bosquets de haute futaie sont placés à l'angle sud-ouest de la villa ; la double rangée de haute futaie est essentiellement composée de mélèzes ; 3 peupliers géants se trouvent à l'angle nord-est ; un bois de pins est situé sur la pente.

  • Murs
    • enduit
    • maçonnerie
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    rez-de-chaussée, 2 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit en pavillon
    • croupe
  • Escaliers
    • escalier hors-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
  • Jardins
    bosquet, quinconce, rocaille de jardin
  • Techniques
    • céramique
    • menuiserie
    • ferronnerie
    • vitrail
  • Représentations
    • fleur
    • entrelacs
    • pointe de diamant
  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 1987 ; Dernière mise à jour en 2003