Dossier d’œuvre architecture IA06001150 | Réalisé par ;
Fray François
Fray François

Conservateur du Patrimoine au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1968 à 2004.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • recensement du patrimoine balnéaire
maison dite Villa Les Myrtes, puis Château de la Croé
Auteur
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Antibes faubourg
  • Commune Antibes
  • Lieu-dit Cap d'Antibes
  • Adresse 350 chemin des Douaniers
  • Cadastre 1979 CD 73
  • Dénominations
    maison
  • Appellations
    Villa Les Myrtes, Château de la Croé
  • Parties constituantes étudiées
  • Parties constituantes non étudiées
    conciergerie, portail, communs

Eléments généraux

Composition d'ensemble

Le domaine occupe une parcelle en L située à l'extrémité sud du Cap, entre les villas Eilenroc et La Dorane. La mer le borde sur tout le côté sud.

Le domaine d'une superficie de 8 hectares se compose de deux parties : une surface principale trapézoïdale avec le château en son centre et un ensemble de bâtiments de communs sur la bordure ouest qui longe le chemin des Douaniers.

Au nord-ouest de ce terrain, le portail monumental est précédé d'une partie en retour, d'acquisition tardive, servant actuellement d'accès. Là se trouvent deux maisons pour le gardien et le propriétaire, une construction légère et une ancienne remise à hélicoptère.

Il ne reste rien de l'aménagement d'origine du parc qui disposait d'une avenue axiale descendant vers la mer comparable à celle qui existe à l'hôtel du Parc. Le tracé actuel, incertain, n'a aucun intérêt. Le parc est peu entretenu.

Matériaux

Le château : maçonnerie tout venant, brique (hourdis), béton armé, poutres métalliques, parement en pierre de taille en calcaire blanc. Les communs : maçonnerie enduite.

Structure

Seront pris en compte trois bâtiments séparés : le château, l'entrée-conciergerie, les communs.

 

Le château

Le château a un corps de bâtiment quadrangulaire comprenant un sous-sol entouré de cours anglaises, un rez-de-chaussée surélevé, un demi-étage (dit entresol) sur les trois quarts de sa surface, un 2e étage sur toute sa surface et quelques pièces dans la partie centrale de la terrasse.

L'ensemble s'ordonne sur un axe de symétrie nord-sud et tout autour d'un atrium de plan carré entouré selon les niveaux, de deux ou quatre galeries. A l'est de cet espace, la cage d'escalier occupe un volume à peine inférieur à celui de l'atrium. Elle comprend une seule volée tournante à droite du sous-sol au rez-de-chaussée, puis trois volées à droites, suspendues, en retour à droite autour d'un jour. Un escalier de service se tient à l'opposé de l'atrium, du sous-sol à la terrasse. Il comprend une seule volée tournante à droite, sans jour. Entre l'atrium et l’escalier de service, deux ascenseurs desservent l'ensemble des étages. Les pièces se répartissent à chaque étage tout autour de l’atrium avec une succession de passages et de couloirs. Au sud, une enfilade est-ouest déborde du plan au rez-de-chaussée et forme des loggias à l’étage, Le rez-de-chaussée a dans cette partie une hauteur à l'italienne. Au sud du rez-de-chaussée, un avant-corps central semi-circulaire est entouré d'un portique.

Elévations

L'ensemble des élévations est structuré de manière classique sur trois niveaux (2 au sud) par des cordons et un jeu de refends, corniches et balustrades. La façade antérieure nord comprend un large avant-corps central aux angles arrondis, précédé d'un portique dont l’entablement forme le balcon central de l’étage couronné d'un fronton triangulaire. Un degré carré de 5 marches donne accès à la porte d'entrée qui a conservé sa menuiserie à deux vantaux à grilles et vitrages. A droite de cette porte est gravée la signature de l'architecte : A. A. RATEAU architecte décorateur à Paris 1931.

La façade postérieure sud s'élève au dessus d'une terrasse cintrée dans sa partie centrale. Elle n'a que deux niveaux séparés par un niveau d'oculi aveugles. L'avant corps central, semi circulaire, est précédé d'un portique formé de 6 colonnes ioniques, formant une terrasse au 2e niveau.

Les façades latérales ont chacune un avant-corps formant loggia, au 2e niveau côté sud. Ces loggias ouvrent sur l'extérieur par 3 arcs en plein cintre sur colonnes ioniques.

Pour toutes les élévations, le sous-sol est éclairé par des cours anglaises qui bordent les élévations latérales et retournent au nord et au sud de part et d'autre des avant-corps.

Couverture

L'édifice est couvert par une terrasse couverte de gravier avec une verrière sur l'atrium et le grand escalier.

Rez-de-chaussée

Plan schématique du rez-de-chaussée avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.Plan schématique du rez-de-chaussée avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.

Vestibule 1 : disposition circulaire

    • carrelage rayonnant de marbre banc et noir avec rose des vents centrale.
    • murs beiges
    • corniche en plâtre
    • 4 radiateurs de chauffage central camouflés dans les angles
    • sortie de fil pour 4 appliques au dessus des radiateurs
    • porte latérale à deux vantaux vitrés (miroirs)

Toilettes 2 : disposition polygonale

    • carrelage marbre blanc et noir sur la pointe (32x32 cm)
    • 4 cabinets d'angles avec porte louis XVI : NE = w-c ; NO = placard à cannes et parapluie ; SO = urinoir ; SE = ?
    • corniche en plâtre
    • radiateur de chauffage central et bouche d'air pulsé sous la fenêtre
    • plafonnier
    • lavabo dans l'alcôve du côté ouest

Toilette 3 :

    • deux cabines (w-c.)
    • lavabo
    • même carrelage qu'en 2
    •  plafonnier
    • radiateur sous la fenêtre

Galerie et couloirs 4 :

    • même carrelage qu'en 2 — 3
    • corniche en plâtre
    • murs beiges, plinthes noires
    • porte vitrée de part et d'autre de la galerie

Atrium 5 : espace à l'italienne sur la hauteur du rez-de-chaussée et du 1er étage

    • carrelage de marbre blanc et noir sur la pointe (45x45 cm)
    • 1er niveau = pilastres en faux marbre noir et chapiteaux corinthiens blancs.
    • Entablement et corniche à modillons blancs. Portes vitrées à l'est et à l'ouest (miroirs sauf à l'entrée de l'escalier)
    • 2e niveau = baies carrées séparées par des guirlandes verticales en plâtre. Corniche et demi-berceau tout autour d'un jour zénithal carré encadré d'une moulure, Les baies carrées (côtés sud et ouest) étaient fermées par des miroirs ; les deux autres côtés ouvrent sur la cage d'escalier et la galerie du premier étage.
    • Gaine d'air pulsé devant la porte côtés est et ouest.

Pièce 6 (rangement de la vaisselle) :

    • parquet en chevrons
    • placards en chêne sur les 4 côtés : corps du bas, tiroirs, corps du haut, porte vitrée.
    • Angle nord-ouest et sud-ouest en pan coupé avec carrelage industriel jaune et blanc, évier au nord-ouest, radiateurs au sud-ouest.
    • Plafonnier

Office 7

    • Carrelage au sol en grés industriel jaune et blanc (14x14cm), au mur, en faïence blanche (15x15cm)
    • Sols en faïence blanche pour appareils  Arrivée du monte-plat
    • Fenêtres éclairant l'escalier de service  2 radiateurs

Salle à manger 8 :

    • traces de pose d'un parquet
    • 4 radiateurs de chauffage central sous les fenêtres qui correspondent, à l'ouest, à la loggia.
    •  Traces d'une fausse voûte en arc de cloître avec plafond central (filins de suspension)
    •  Plafond abaissé dans la loggia
    •  Traces d'accroche d'encadrements tout autour qui ont brulés
    •  Renfoncement de 25cm contre l'office dans l'axe de la pièce (emplacement d'une console avec miroirs ou tableau)
    •  Au-dessus des deux portes (office 7 et couloir 4) trace d'un plein cintre (miroir)
    •  Tout autour des baies, pattes de scellement des chambranles en bois.

Salon central 9 :

    •  traces d'un parquet
    •  traces d'une voûte en arc de cloître avec plafond central et plafond surbaissé dans l’avant corps
    •  grilles de gaines d'air pulsé
    •  pattes d'accrochage d'éléments de décor (encadrements)
    •  traces d'éléments rapportés en plein cintre devant les embrasures rectangulaires des trois portes-fenêtres de l'avant-corps (lambrequins)

Grand salon 10 :

    •  traces d'un parquet  traces d'une fausse voute en arc de cloître avec plafonds central et plafond surbaissé dans la loggia
    •   traces d'un décor en plein cintre au-dessus des baies et fausses baies nord, sud et ouest.
    •  Côté nord, arrachement de la cheminée aménagée dans un décor de fausses baies masquées par un miroir. Il y avait là un 1er état plâtré, les pleins cintres alternant avec les niches rectangulaires creusées dans les trumeaux et formant des travées rythmiques.

Pièce 11 : (bibliothèque)

    •  traces d'un parquet  
    • cheminée arrachée au centre du mur ouest  
    • encrage au plafond des montants des bibliothèques qui avaient une profondeur de 20 cm, côté est et ouest, de 50 cm côté sud — ces meubles s' intercalaient entre les baies (portes ou fenêtres)
    • plafond plâtré  
    • sorties de gaines d'air pulsé

Cage d'escalier :

    • carrelage noir et blanc sur la pointe sur le départ, sur les repos (30x30cm) et les paliers (30x30cm)      
    • limon et marches en marbre beige, les trois premières marches, en volutes.  
    • Garde-corps en fer forgé
    • Couronnement identique à celui de l'atrium-verrière
    • Côté est au 2e étage = peintures sur toiles marouflées dans les 3 arcades - bords de mer avec navires, scènes en 1er plan et garde-corps identiques à celui de l'escalier, en trompe l’œil.
    •  nombre de marches = 9+7+8 ; 11+7+4

Escalier de service, du sous-sol au 3e niveau :

    • marches en marbre blanc. Paliers en carreaux de marbre blanc sur la pointe
    • volées superposées, à 1 quart ou 2 quarts tournants.
    •  21, 24, 20 marches pour les volées du sous-sol, du 1er et du 2e étage, à moitié tournante à droite
    • 13 et 14 marches pour les 2 volées superposées à quart tournant du 3e niveau.

Premier étage

Plan schématique du premier étage (entresol) avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.Plan schématique du premier étage (entresol) avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.

Chambre 1

    • Parquet Versailles
    • Lambris simulés par baguettes moulurées
    • Corniche en plâtre
    • Cheminée (arrachée)
    • Radiateurs chauffage central
    • Encadrement d'alcôve sur toute la largeur de la pièce, côté sud ; oculus à l'est
    • Lustre au centre, prises dans les plinthes ; sorties de fil pour appliques de chaque côté de la cheminée.

Salle de bain 2 :

    •  carrelage de marbre blanc sur la pointe (27x27cm) ; bande noire tout autour
    •  corniche en plâtre, plafond à voussures
    • plafonnier ; éclairage au-dessus du lavabo – prises
    • alcôve pour baignoire entre deux cabinets (w-c. et bidet)
    • panneautage des murs par baguettes plates

Garde-robe 3 :

    • parquet en chevrons
    • placard sur les deux longs côtés  
    • trois plafonniers en opaline blanche

Chambre 4 :

    • parquet Versailles  
    • faux lambris vert d'eau, baguette beiges  
    • cheminée (arrachée)  
    • radiateur chauffage central  
    • corniche en plâtre, plafond à voussures  
    • plafonnier

Salles de bains 5 et 6, symétriques :

    • carrelage de marbre blanc sur la pointe (27x27cm) avec bande rouge tout autour
    • corniche en plâtre, plafond à voussures
    • lavabo, baignoire, bidet, w-c.
    • murs blancs

Chambre 7 :

    • même disposition que la chambre 4
    • Couleurs = murs beiges, baguette avec filet vert

Couloir 8 :

    • parquet en chevrons
    • portes des ascenseurs rembourrées

Salle de bain 9 :

    • carrelage de marbre sur la pointe (27x27cm) avec bande veinée verte  
    • lavabo, baignoire, w-c., bidet
    • radiateur, chauffage central

chambre 10 (attenante à la chambre 7) :

    • parquet Versailles
    • faux lambris beige
    • fausse alcôve entre deux portes
    • chambranles en bois faisant boite à rideaux
    • radiateur de chauffage central camouflé
    • plafonnier ; prises

pièces de services et couloirs :

    •  carrelage de grés industriel blanc et jaune,  plafonnier  radiateurs  fenêtre éclairant l'escalier de service

Chambre 12 :

    •  parquet en chevrons  radiateur  alcôve d'eau carrelée (sol bleu et jaune, murs blancs)  lavabo, bidet, w-c.

Pièce 13 : traces de parquet, plafonnier

Couloir et galerie 14 :

    • Carrelage blanc et noir sur la pointe (34x34cm)
    • Plafonnier en opaline blanche

Deuxième étage

Plan schématique du deuxième étage avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.Plan schématique du deuxième étage avec numérotation des pièces correspondant aux notes de terrain prises en 1995.

Pièce 1 (chambre à manger des petits déjeuners puis chambre du Duc) :

    • Parquet Versailles
    • Murs peints en beige couronnés par une corniche de plâtre
    • Cheminée (arrachée) — hotte plate en bois (Louis XV)
    • Chambranles en bois rapportés autour des embrasures des baies, masquant la tringle à rideau. Système d'enroulement des stores ajoutés dans le tableau.  
    • Prises de courant dans les plinthes
    • Sortie d'air pulsé dans les embrasures
    • Sortie (bouchées) du lustre central
    • Mur nord = accroche pour un baldaquin au-dessus du lit

Pièce 2 (salon ?) :

    • Arrachement du parquet
    • Sorties d'air pulsé
    • Arrachement du faux plafond suspendu — vestiges de la corniche en plâtre
    • Côté ouest entre deux portes : fixation en réseau carré pour les liteaux ayant porté un miroir du sol au plafond
    • Côté nord : tracé de cintre au-dessus de la (fausse) porte du côté gauche de la cheminée
    • Fragments de papier peints uni vert
    • Conduit de cheminée au nord, arrachement d'une hotte beaucoup plus large, pour cheminée de grandes dimensions (la corniche s'arrête à cet aplomb et devait contourner la fausse hotte)
    • Lambrequins rapportés autour des embrasures (arrachés)

Pièce 3 (salle de bains) :

    • Carrelage de marbre (carreaux noirs, bandes beiges) 41x41cm
    • Peinture grise sur mur et fausse voûte en arc de cloître
    • Placage de marbre dans l'alcôve de la baignoire encadrée de 2 placards avec portes métalliques vitrées  
    • Douche carrelée de blanc
    • Disposition symétrique (axe transversal baignoire et lavabo face à face)          
    • Grille à air pulsé dans la plinthe

Pièce 4 (ancienne chambre) :

    • Parquet Versailles (ainsi que son sas d'entrée)
    • Faux lambris simulé par des baguettes moulurées
    • Corniche en plâtre, plafond à voussure
    • Cheminée (arrachée) devant la hotte en lambris
    • Entre les 2 portes fenêtres sud, radiateur de chauffage central camouflé
    • Chauffage central camouflé  
    • Sortie de fil pour lustre

Salle de bain 5 :

    •     carrelage de marbre blanc sur la pointe (27x27cm) ; murs peints en beige ; radiateur de chauffage central ; lavabo et baignoire ; alcôve pour w-c. et bidet. Placard

Dressing 6 (aménagé après coup) :

    • Placards sur les 4 côtés
    • Porte à petit cadre peinte en vert d'eau et vert amande
    • Plancher en chevron recouvert de linoleum  Grille pour air pulsé

Pièce 7 :

    •   Couloir et pièces de service peintes en beige et au sol carrelé de grès industriel jaune et blanc. Radiateurs de chauffage central. Poulies pour suspendes des châssis de séchage de linge.

Pièce 8 :

    • Parquet chevrons
    • Meubles à deux corps, tiroirs et portes vitrées en haut, peints en vert sur trois côtés.
    • Portes à petit cadre. Bois.
    • Grilles dans les plinthes des meubles avec chauffage par simple dérivation des tuyaux.
    • Radiateur de chauffage central
    • Eclairage par verrière zénithale et lustre

Chambre 10 :

    • Parquet Versailles
    • Lambris simulés par baguettes moulurées
    • Cheminée (arrachée)
    • Corniche en plâtre. Plafond à voussure
    • Radiateur de chauffage central camouflé
    • Sortie de fil pour lustre

Salle de bain 11 :

    • Carrelage de marbre blanc sur la pointe (27x27cm)
    • Corniche en plâtre, plafond à voussure
    • Panneautage des murs par baguettes plates rapportées peintes en vert à l'éponge, fond vert d'eau
    • Alcôve pour la baignoire ; lavabo et bidet  Radiateur de chauffage central camouflé

Salle de bain 12 :

    • Carrelage de marbre noir sur la pointe (50x50cm)
    •  Sortie d'eau et évacuation en plomb pour baignoire presque au centre devant la porte-fenêtre nord encadrée de deux niches surmontant le lavabo (à gauche), le bidet (à droite), le w.-c. dans l'angle sud-ouest.
    • Fausse voûte en plâtre (détruite) en berceau plein cintre
    • Grille d'air pulsé
    • Bouche d'air pulsé

Pièce 13 :

    • Traces de pose d'un parquet
    • Cloutage des liteaux pour tentures murales
    • Sortie d'air pulsé (angle sud-est) ; radiateur angle nord-est
    • Filins d'accroche d'un faux plafond

Couloir 14 :

    • Parquet en chevrons
    • Plafond encadré d'une moulure

Espace central 15 :

    • Carrelage marbre noir et blanc sur la pointe (34x34cm)
    • Garde-corps en fer forgé identique à celui de l'escalier
    • Moulures d'impostes à la base de la fausse voussure
    • Jour zénithal en verrière entouré d'une moulure
    • Porte en fer forgé vitrée de l'ascenseur
    • Arc central sud : peintures sur toiles marouflées identiques à celles de l'escalier

Galerie 16 :

    • Ouverte par des arcs libres sur l'espace 15 et l'escalier
    • Carrelage noir et blanc sur la pointe

 

Pièces construites sur la terrasse

Salon central :

    • Carreaux de marbre noir et blanc sur la pointe
    • Baie coulissante au sud
    • 3 radiateurs de chauffage central
    • Murs plâtrés avec cloutage des liteaux pour tentures murales
    • Sorties d'électricité au niveau des plinthes

Couloir et entrée du salon :

    •  Carrelage noir et blanc sur la pointe ; 7 marches en marbre blanc

Pièce de service :

    • Carrelage grés industriel jaune et blanc
    • Arrivée du monte-plat
    • Tuyauterie de répartition avec robinets des différentes pièces d'eau des étages en provenance de cuves disposés sur les terrasses
    • Terrasses recouvertes de gravier

 Le portail et la conciergerie

L'entrée du domaine est constituée par deux pavillons de plan rectangulaires abritant un rez-de-chaussée et un étage, encadrant une grille en demi-lune couronnée de globes en fer-forgés. Les élévations des pavillons sont rythmées d'arcs en plein-cintre et couronnées de corniches.

La façade sud du pavillon nord porte la même signature gravée de l'architecte que le château.

Les communs

Les communs forment un ensemble groupé autour d'une cour : deux bâtiments (rez-de-chaussée et étage) se font face sur les côtés nord et sud de la cour que clôturent à l'est un mur percé d'un portail monumental (travée rythmique), au nord deux ailes en rez-de-chaussée et un corps de passage, tous trois couvertes en terrasse.

Les façades peintes en blanc ont un traitement classique (refends, corniches, balustrades).

 

 Conclusion

Cette demeure est un pastiche des châteaux néo-classiques tels qu'on en a bâti à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Peut être a-t-elle été inspirée par une demeure anglaise.

Il faut souligner l'originalité de sa distribution qui se fait autour d'un atrium central sous verrière, réminiscence latine non conforme à la tradition française qui respecte par ailleurs l'enfilade des salons du sud, la hiérarchisation des fonctions et la montée d'escalier.

En 1927, Sir Pomeroy Burton, ancien collaborateur de Mr. Hertz, achète la villa Les Myrtes, qu'il fait raser pour bâtir le château. Le Château de la Croé est construit entre 1928 et 1931 par l'architecte et décorateur d'intérieurs Armand-Albert Rateau. Il est loué à partir de 1938 par le duc et la duchesse de Windsor. Vendu en 1954, il brûle en janvier 1980. Laissé à l'abandon pendant trois décennies, il est entièrement restauré entre 2004 et 2010.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1928, daté par source
  • Auteur(s)

Construction d'inspiration palladienne qui fait référence à plusieurs édifices de la fin du 18e siècle par son plan massé et par son vocabulaire architectural. Le point saillant en est l'avant-corps semi-circulaire souligné d'un portique d'ordre ionique sur l'élévation sud. On peut citer comme sources d'inspiration le pavillon de Bagatelle et l'hôtel de Salm à Paris, la Maison-Blanche à Washington.

Le château est construit en béton armé avec poutrelles métalliques et hourdis de brique, avec un parement en pierre de taille de calcaire blanc. Le plan est rectangulaire avec deux avant-corps. Il comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un demi étage sur les trois quarts de sa surface et un étage carré sur la totalité. Sur le toit couvert en terrasse, une "salle de repos" de plan octogonal, entièrement vitrée et couverte d'un dôme circulaire, était implantée en retrait de la façade sud et flanquée de deux jardins-terrasses. Cette pièce, encore mentionnée dans une description du château vers 1954, n'existait plus en 1995 lors de la visite du service, remplacée par quelques pièces construites au centre de la terrasse.

Les façades nord et sud sont ordonnancées ; les façades est et ouest ont des travées régulières. L'entrée, en façade nord, est aménagée dans un avant-corps classique, à portique ionique surmonté d'un balcon et fronton triangulaire à l'étage. Sur l'élévation sud sur le jardin, l'avant-corps semi-circulaire est souligné au rez-de-chaussée d'un portique ionique en exèdre couvert en terrasse. Les façades, classiques, sont ornées de bossages continus en table et sont couronnées d'une corniche à modillons.

Le sous-sol est éclairé par des cours anglaises ; le rez-de-chaussée surélevé, par des portes-fenêtres en plein-cintre surmontées de faux oculus (élévation sud) et par des fenêtres rectangulaires (élévation nord) ; l'étage, par des baies rectangulaires. Le sous-sol abritait une cuisine, un office, une salle à manger des domestiques, une salle des maîtres, une salle de réunion des domestiques, sept chambres de domestiques, deux salles de bains et deux w.-c., une cave à vin pour domestiques, une cave à vin pour les maîtres, un garde-manger, une buanderie, une salle pour les malles des domestiques, une chambre forte, des réserves à charbon et une chaufferie. Il est relié aux autres étages par un escalier tournant à retours sans jour et par un ascenseur réservé aux domestiques.

Le rez-de-chaussée surélevé est structuré par deux axes perpendiculaires. L'axe nord-sud aligne en enfilade un vestibule circulaire, une première galerie, un hall à l'italienne entouré de colonnes, une deuxième galerie, et un grand salon dont l'abside semi-circulaire forme avant-corps sur la façade sud. Les galeries étaient rythmées sur un côté de niches en cul de four. L'axe est-ouest est déporté sur l'élévation sud et aligne une bibliothèque, le grand salon et une grande salle à manger. La partie est abrite l'escalier des maîtres tournant à retours avec jour, le bureau de Monsieur et son secrétariat, une antichambre et un vestiaire ; la partie ouest, un ascenseur pour les maîtres, un office, une salle pour les plats équipée d'un monte-plat et une salle pour l'argenterie. Le vestibule est flanqué d'une salle pour les fleurs, d'une salle de bains pour dames et pour les messieurs, et de trois w.-c.

Le demi-étage abritait quatre chambres d'amis avec salles de bains privatives, deux w.-c. indépendants, une salle des invités, une chambre de gardien, un office, un ascenseur pour les maîtres et un ascenseur pour les domestiques. Une galerie équipée d'un orgue entoure le vide de la partie haute du hall à l'italienne.

Le deuxième étage abritait les appartements de Monsieur : une chambre agrémentée de la terrasse semi-circulaire surmontant le portique de la façade sud, une salle de bains et un vestiaire, les appartements de Madame : une chambre agrémentée d'une loggia (côté est), une salle de bains et un vestiaire, puis deux chambres d'amis : l'une avec loggia (côté ouest) et l'autre avec terrasse (côté nord), deux salles de bains, deux offices et une salle pour le linge de maison. Un projet de salle de bains circulaire pour les appartements de Madame n'a pas été retenu.

La porterie comprend deux conciergeries symétriques traitées dans le même style architectural que de la maison, reliées par un portail en demi lune en fer forgé. Les conciergeries ont un plan rectangulaire et sont couvertes en terrasse.

Les communs sont constitués de deux corps de bâtiments en U disposés autour d'une cour carrée. Les murs sont en maçonnerie enduite. Les façades classiques sont traitées en bossages en table et couronnées d'un parapet orné de motifs de cercles enlacés. Chaque bâtiment comprenait un rez-de-chaussée et un étage carré, couverts par une terrasse bordée d'une balustrade. Le bâtiment sud abritait au rez-de-chaussée : un secrétariat avec w.-c., lavabo et un escalier tournant à retours sans jour, deux pièces pour le lavage des voitures, un garage et un atelier mécanique. Le bâtiment nord abritait une salle de repos des chauffeurs avec w.-c., lavabo, vestiaires et un escalier tournant à retours avec jour, cinq garages, une buanderie et une cave à charbon. La distribution de l'étage n'est pas connue. Le portail, à l'ouest, traité comme une travée rythmique, est composé d'une large baie rectangulaire surmontée d'un fronton triangulaire avec bas-relief, encadré de baies simples surmontées de panneaux rectangulaires. L'accès sur le chemin de service dans l'aile Est se fait par un portail symétrique constitué d'une baie simple et de deux larges baies, encadrée d'oculus. L'ensemble était couronné d'un garde-corps en bois formé de croisillons.

  • Murs
    • acier
    • brique
    • béton armé
    • calcaire pierre de taille
  • Toits
    ciment en couverture, verre en couverture
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée, élévation à travées
  • Couvertures
    • terrasse
    • verrière dôme circulaire
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour suspendu
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour suspendu
  • Autres organes de circulation
    ascenseur
  • Typologies
    caractère pittoresque
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler