Dossier IA83001571 | Réalisé par
Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Peg de Mon Coeur
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
  • Commune Sainte-Maxime
  • Lieu-dit la Garonnette
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de villégiature, villa balnéaire
  • Appellations
    Peg de Mon Coeur
  • Parties constituantes non étudiées
    conciergerie, garage

La villa Peg de Mon Cœur a été construite en 1927 par l'architecte André Barbier-Bouvet pour monsieur Guyot-Vignot. Quelques modifications ont été depuis effectuées. Au rez-de-chaussée, la fenêtre de la chambre sud-ouest a été transformée en porte-fenêtre. Cette porte-fenêtre et celle du séjour ouvrent à présent sur une terrasse. A l'étage, la loggia avec ses colonnes jumelées est devenue une terrasse découverte. Au nord, une partie du garage a été aménagée en chambre, l'autre partie a été ouverte pour devenir une terrasse couverte en lien avec une cuisine d'été construite à l'avant de la façade. Un nouveau garage a été construit à l'entrée de la propriété ainsi que les deux portails, pour les voitures et pour les piétons. Tous ces aménagements ont été réalisés dans les années 1970.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
    • Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
  • Dates
    • 1927, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Barbier-Bouvet André
      Barbier-Bouvet André

      André Barbier-Bouvet est né à Versailles en 1892. Il fait des études d'architecture à l' Ecole des Beaux-Arts de Paris dont il est diplômé en 1913. En 1918, il est choisi par le gouvernement français pour faire les plans et construire la nouvelle ville de Meknès au Maroc. Il réside à Meknès jusqu'à la fin de l'opération en 1925. En vacances chez des amis à Sainte-Maxime (83), il décide de s'y installer et ouvre un bureau d'étude en 1926. Grâce à ses nombreuses relations dans le milieu des grands industriels, il y construit de très grandes demeures, mais aussi de nombreuses résidences secondaires plus modestes. Il travaille également pour la ville. Il décède à Sainte-Maxime en 1958.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte attribution par source

La villa se trouve en fond d'une parcelle d'environ 1 824 mètres carrés, à proximité de la mer. Elle est complétée par une conciergerie mitoyenne de la limite nord et par un garage à l'entrée de la propriété.

Les matériaux du gros œuvre sont masqués par le crépi. Le soubassement est en pierre locale. Les toits sont couverts de tuiles creuses. L'angle sud-est est agrémenté d'une pergola.

D'une surface au sol de 119 mètres carrés, elle s'élève sur trois niveaux : un sous-sol accessible par l'escalier intérieur, le rez-de-chaussée et un étage carré surmonté d'un demi-étage accessible par une volée de cinq marches. L'escalier principal, en maçonnerie, en équerre, d'une seule volée à quartier tournant, a son départ directement dans le living-room. Il prend jour à l'étage par une fenêtre donnant au sud.

L'entrée est sur la façade latérale orientale, sous un porche hors-œuvre. Un vestibule introduit au sud dans le fumoir et à l'ouest dans un "dégagement de service". La partie sud-est du rez-de-chaussée est occupée par les espaces de réception : living-room (ouvrant sur un perron par une porte-fenêtre) et fumoir (actuellement salle à manger) éclairé à l'est et au sud. Le "dégagement de service" dessert la partie nord-est : le garage (dont l'accès des véhicules était au nord) et la cuisine. La partie ouest abrite deux chambres séparées par une salle de bain.

A l'étage, le bureau, au sud-est, est en galerie au-dessus du living-room. Il ouvre par une porte-fenêtre sur une loggia (aujourd'hui terrasse) et est éclairée par des fenêtres au sud et à l'est. Une chambre ouvrant sur une terrasse qui a été supprimée, occupe l'angle nord-est. Le demi-niveau supérieur est indiqué sur le plan comme grenier, auquel est accolé un réservoir. Il a en fait été aménagé en chambre de bonne avec un lavabo.

  • Murs
    • crépi
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier en équerre en maçonnerie
  • Typologies
    plan-masse composite ; volumétrie composite ; élévation sans axe ; caractère régionaliste provençal

Z Maisons Maxime

  • Titre courant maison de villégiature (villa balnéaire) dite Peg de Mon Coeur
  • Sélection oui
  • Lieu-dit Garonnette (la)
  • Adresse Croiseur léger Le Malin (avenue du) 98
  • Datation 1920-1945
  • Date 1927
  • Architecte Barbier-Bouvet André
  • Type Villa "moyenne" à traitement architectural soigné
  • Plan-masse composite
  • Volumétrie composite
  • Elévation principale sans axe
  • Caractères régionaliste provençal
  • Couronnement Génoise
  • Entrée principale position sur façade latérale
  • Entrée principale niveau rez-de-chaussée
  • Entrée secondaire position non applicable
  • Entrée secondaire niveau non applicable
  • Escalier extérieur non
  • Perron oui
  • Porche oui
  • Terrasse oui
  • Pergola oui
  • Balcon non
  • Galerie non
  • Loggia oui
  • Bow-window non
  • Corps en arrondi non
  • Date de saisie 2012-12-18T00:00:00.000+01:00
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Demande d'autorisation à construire au nom de monsieur Guyot-Vignot, à Sainte-Maxime. 1927. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Architecte : André Barbier-Bouvet.
Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2012
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Articulation des dossiers