Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Villefranche-sur-Mer - Villefranche-sur-Mer
  • Commune Saint-Jean-Cap-Ferrat
  • Lieu-dit le Sémaphore
  • Adresse 52 boulevard Général-de-Gaulle
  • Cadastre 1986 AE 20, 21, 22
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de villégiature villa balnéaire
  • Appellations
    Villa La Charmettant, Villa La Mauresque
  • Parties constituantes non étudiées
    dépendance

Monseigneur Charmettant, ancien missionnaire et aumônier du roi Léopold II de Belgique, acquiert vers 1900 une parcelle de 40000 m2 dans le lotissement du Cap-Ferrat. Il y fait construire une villa de style mauresque appelée Villa Charmettant, par un architecte inconnu. Il ne subsiste de l'état initial de l'édifice que la dépendance avec ses fenêtres inscrites dans des arcs outrepassés. La villa, achetée en 1927 par l'écrivain anglais Somerset Maugham est rebaptisée La Mauresque. L'architecte américain Barry Dierks (Théoule-sur-Mer) élimine le décor arabe, simplifie les façades, classicise le patio, modernise la distribution et crée l'escalier. Endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale, la villa est restaurée dans son état d'origine par l'architecte Henri Delmotte. Elle est achetée en 1967 par l'américaine Lynn Wyatt qui charge l'architecte niçois Marcel Guilgot du réaménagement intérieur et de la décoration des façades, dans un goût classique.

Le jardin est réalisé à partir de 1926. L'architecte Barry Dierks pourrait être l'auteur de la terrasse aménagée au devant de la façade sud.

La villa La Mauresque a un plan rectangulaire organisé autour d'un patio carré bordé sur quatre côtés par deux galeries superposées couvertes par une toiture à un pan. Celle du rez-de-chaussée, voûtée d'arêtes, a des arcs en plein cintre, l'autre est vitrée. Une tour située dans l'angle sud-est ouvre sur les terrasses. Les façades sont nues, enduites et blanches, sans couronnement. L'entrée, située sur le côté gauche de la façade est, ouvre sur un vestibule qui abrite l'escalier principal, tournant, qui dessert un séjour (aile sud) et une salle à manger liée à la cuisine par un office (aile est). L'aile ouest abrite deux chambres et une salle de bains avec un accès par la galerie ; l'aile nord, les services et un escalier secondaire. L'étage abrite cinq chambres et trois salles de bains (ailes sud, est, ouest), une chambre de domestique, une buanderie, une lingerie et un escalier droit donnant accès aux terrasses (aile nord). La tour abrite une bibliothèque ouverte sur une loggia et un cellier. Lors du réaménagement du rez-de-chaussée par Guilgot, la salle à manger est remplacée par un vestibule semi-circulaire et l'office, par un escalier tournant. Un ascenseur est installé. Les chambres sont transformées en cuisine et services, un coin repas couvert par une coupole est aménagé dans l'ancien salon. Un porche encadré de colonnes, couvert en terrasse, est créé en avant du vestibule. Le jardin est organisé en terrasses, il comprend une piscine et un cours de tennis.

  • Murs
    • enduit
    • maçonnerie
  • Toits
    ciment en couverture, tuile creuse
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvrements
    • voûte d'arêtes
  • Élévations extérieures
    élévation à travées, jardin en terrasses
  • Couvertures
    • terrasse
    • toit à un pan
  • Escaliers
    • escalier intérieur : escalier tournant en maçonnerie
    • escalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
    • escalier intérieur : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie
    • escalier isolé : escalier droit en maçonnerie
  • Autres organes de circulation
    ascenseur
  • Typologies
    plan-masse régulier ; volumétrie régulière ; élévation avec axe ; caractère moderne
  • État de conservation
    restauré
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • CAMERON, Roderick. Somerset Maugham ouvre sa maison à nos lecteurs. Dans : "L'Oeil", octobre 1958, n°46, p. 71 à 77. Article illustré de photographie de Pierre Sudre.

Date d'enquête 1999 ; Dernière mise à jour en 2000
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
(c) Conseil général des Alpes-Maritimes
Dossiers de synthèse