Dossier IA06003531 | Réalisé par
Aliotti Jean-Marc
Aliotti Jean-Marc

Architecte du patrimoine. Prestataire extérieur pour l'opération de repérage du patrimoine de la villégiature de Menton en 2013-2014, de Beausoleil (06) et de Roquebrune-Cap Martin (06) en 2016 et 2017, de Nice en 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Thuin-Chaudron Véronique
Thuin-Chaudron Véronique

Auteur, Docteur, sa thèse ayant pour titre : Nice, de la colline du Château aux châteaux des collines, architecture, construction, urbanisation de 1860 à 1914. (publiée chez Serre éditeur en 2009).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Prédal Christophe
Prédal Christophe

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Immeuble dit Palais Gounod
Auteur
Aliotti Jean-Marc
Aliotti Jean-Marc

Architecte du patrimoine. Prestataire extérieur pour l'opération de repérage du patrimoine de la villégiature de Menton en 2013-2014, de Beausoleil (06) et de Roquebrune-Cap Martin (06) en 2016 et 2017, de Nice en 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Ville de Nice

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Nice - Nice
  • Commune Nice
  • Lieu-dit Thiers
  • Adresse 24 rue Rossini , 22 rue Gounod , rue Anton-Tchekhov
  • Cadastre 2017 KY 0096

En 1902, le terrain est acheté par Gustave Levère-Portal pour y édifier un immeuble. Ce dernier, construit par l'architecte Charles Bellon, est primé en 1906 au concours municipal d'architecture de la ville de Nice, où il reçut la médaille de vermeil, dans la catégorie "Habitation de luxe". Un certain nombre d'entreprises et d'artisans ayant travaillé sur le chantier est connu : André Maccari (maçonnerie), Serraire (serrurerie), Valade et Roux (sculpteur ornemaniste), Debenedetti (peinture décorative).

Gustave Levère-Portal est le représentant à Nice de la maison de champagne Moët et Chandon. L'avancée sur la rue Rossini avec un décor de grappes de raisin en mosaïque a constitué un temps la boutique de la marque.

Très rapidement, en 1906, l'immeuble est revendu pour 330 000 f à Pierre Henri Gustave Gout.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
  • Dates
    • 1906, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Bellon Charles Joseph
      Bellon Charles Joseph

      Architecte diplômé de l'École Nationale des Beaux-Arts de Paris vers 1890. Très actif à Nice dont il est natif. Il est entre autres conseiller d'arrondissement, Directeur de la Caisse d'Épargne de Nice, fondateur de l'Association des Commerçants et Industriels...

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte attribution par source
    • Auteur :
      Maccari André
      Maccari André

      André Maccari est entrepreneur de maçonnerie à Nice, début du 20e siècle.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      attribution par source
    • Auteur :
      Serraire Baptistin et Cie (1830 - )
      Serraire Baptistin et Cie

      Entreprise de serrurerie industrielle. Elle a fourni notamment la structure métallique du restaurant la Rotonde (hôtel Bristol, Beaulieu-sur-Mer, 06) en 1899. Elle a reçu le Grand Diplôme à l'exposition de Nice de 1884. L'entreprise est installée rue d'Angleterre à Nice. L'entreprise est réputée pour ses innovations techniques.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      serrurier attribution par source
    • Auteur :
      Valade et Roux
      Valade et Roux

      Entreprise de sculpture ornementale, Nice, début du 20e siècle.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      sculpteur attribution par source
    • Auteur :
      Debenedetti Maurice Salomon
      Debenedetti Maurice Salomon

      Maurice Salomon Debenedetti est né à Nice le 15 avril 1880, fils de Salomon Israël dit Auguste, négociant né à Nice et de Léontine Francfort son épouse née à Paris. Il commence ses études au Lycée de Nice mais doit le quitter en 1892 contre sa volonté pour devenir apprenti tapissier. Il suit les cours du soir de l'Ecole des arts décoratifs de Nice où il est brillant. Il obtient une dispense de trois ans pour se présenter à l'Ecole d'application de Sèvres où il est reçu 3ème à l'âge de 14 ans. Il est boursier de l'Académie des Beaux-Arts de Paris. A 17 ans il obtient le prix Fould. En 1904 il fait le décor de la Villa des fleurs à Aix-les-Bains. En 1907, il reçoit le titre de peintre de la cour de la grande duchesse de Russie, Marie de Saxe-Cobourg Gotha. Peintre en décor, notamment de frises sous toiture, il décore le casino municipal de Nice en 1922. Dans les années 1930, son entreprise propose l'installation complète d'appartements à Nice, Cannes et Antibes. Il fait aussi des toiles acceptées au salon des artistes français (1932). Il est domicilié successivement à Nice 7 place de la Liberté (aujourd'hui place Wilson) puis 14 rue Gubernatis et dans sa villa du 2 avenue de Gairaut. Il est le représentant dans les Alpes-Maritimes de la Société populaire des Beaux-arts. Une exposition de ses oeuvres est organisée à Monaco en 1942. Il meurt à Nice en 1946. (Véronique Thuin)

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre attribution par source
    • Personnalité :
      Levère-Portal Gustave Antoine François
      Levère-Portal Gustave Antoine François

      Gustave Portal est le représentant de commerce de la maison Moët et Chandon à Nice, début du 20e siècle (Dans GAYRAUD Didier. Demeures d'azur. Breil-sur-Roya : Editions du Cabri, 1998. p. 76.)

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      commanditaire attribution par source

Immeuble d'angle de style éclectique sur un plan longiligne, bâti à l'alignement, et construit en maçonnerie enduite. La façade sud est précédée d'un petit volume bas, servant de support à une entrée et une terrasse, placées toutes deux en arrière plan d'un emmarchement à deux volées balancées (ancienne boutique Moët et Chandon). Les deux façades d'apparat (ouest avec entrée et sud), élevées sur cinq niveaux et ordonnancées, sont composées différemment, bien que les divisions horizontales soient situées aux mêmes niveaux et matérialisées notamment par des balcons quasi-filants avec balustrade ou garde-corps en ferronnerie. La façade sud aligne une série de baies faisant varier la forme des linteaux et la typologie de balcon. La façade ouest est plus rythmée, due à l'alternance de deux travées courantes et de bow-windows avançant au niveau des balcons. Chaque bow-window formant avant-corps dispose latéralement de deux grandes baies étroites cintrées en plan et se termine par une sorte d'acrotère travaillée en sculpture et sommée d'un vase. La travée d'angle en est la représentation isolée. Elle était, à l'origine, sommée d'un dôme qui semblait hexagonal ou octogonal. La façade nord, comportant les entrées de service, bénéficie d'une modénature de qualité, en symétrie autour d'un oriel rectangulaire. A l'opposé, la façade du côté est constitue un long pan inesthétique quasi aveugle, strié par les courettes d'éclairement. Il était sans doute envisagé que les petites villas situées de ce côté soient démolies et qu'un front bâti vint se coller à l'immeuble (non réalisé). Toiture à deux longs pans en tuiles plates mécaniques et croupes, zinc sur l'amorce du dôme disparu. Le soubassement avec soupiraux adopte des pierres de taille grossièrement taillées. L'avant-corps sur la rue Rossini ainsi que les piédroits de la porte d'entrée présentent un plaquis de pierre calcaire. Porte bâtarde de l'entrée avec monogramme du propriétaire à la clef et enroulements timidement art nouveau. C'est l'un des rares endroits, avec quelques touches sur l'avant-corps, où est visible ce style en façade.

A l'opposé, c'est une ornementation pleinement art nouveau qui pare vestibule et cage de l'escalier tournant à retours avec jour. Une peinture unie recouvre un parement d'appareillage originellement en faux-tuffeau (visible par endroits). Peut-être existait-il aussi des touches colorées puisque le peintre en décor Debenedetti est cité comme artisan. Présence, comme souvent dans les vestibules de cet architecte, d'un miroir jouant les effets de renvois. Au centre de la cage est positionnée la cabine d'ascenseur, également de style art nouveau. Les sols des escaliers et paliers sont revêtus de marbre, notamment des plaques de dimension imposante pour les paliers.

  • Murs
    • enduit
    • pierre plaquis
  • Toits
    tuile mécanique, zinc en couverture
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 4 étages carrés
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie, suspendu
    • escalier dans-oeuvre : escalier droit
    • escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval
  • Autres organes de circulation
    ascenseur
  • Techniques
    • maçonnerie
    • décor stuqué
    • mosaïque
    • menuiserie
    • ferronnerie
  • Représentations
    • vigne, enroulement

Z Nice repérage

  • 01-DENO immeuble
  • 02-CHRONO 1860-1919
  • 03-CARACTERE Art nouveau
  • 04-TENDANCES non applicable
  • 05-INTEGRITE complète
  • 06-VISIBILITE bonne
  • 07-SITUATION tete d'ilot
  • 08-IMPLANTATION sur rue
  • 09-MATERIAUX non applicable
  • 10-MACONNERIE enduit avec parements
  • 11-SUR FACADE corps en avancée
  • 12-ENTREE porte ornée
  • 13-TOIT non applicable
  • 14-COMBLES non applicable
  • 15-DOME non applicable
  • 16-BELVEDERE non applicable
  • 17-FRISE non applicable
  • 18-CERAMIQUE non applicable
  • 19-MATERIEUX GROS OEUVRE non applicable
  • 20-SITE composition urbaine
  • 21-LOTISSEMENT non applicable
  • 22-PERGOLA non applicable
  • 23-JOINTS non applicable
  • 24-CLOTURES non applicable
  • 25-AGREMENTS non applicable
  • 26-COUR ANGLAISE non applicable
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Éléments remarquables
    porte, console, garde-corps, escalier, vestibule

Bibliographie

  • THUIN-CHAUDRON, Véronique. Nice, de la colline du Château aux châteaux des collines, architecture, construction, urbanisation de 1860 à 1914, Nice, Serre éditeur, 2009, 560 p.

    p. 224, 296, 323, 531

Documents figurés

  • [Lawn-tennis club, place Mozart, Nice, vue vers l'ouest]. / Photographie positive en noir, anonyme, non datée [après 1906]. BMVR de Nice - bibliothèque Romain Gary : PHO.1082.

Date d'enquête 2017 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
(c) Ville de Nice
Aliotti Jean-Marc
Aliotti Jean-Marc

Architecte du patrimoine. Prestataire extérieur pour l'opération de repérage du patrimoine de la villégiature de Menton en 2013-2014, de Beausoleil (06) et de Roquebrune-Cap Martin (06) en 2016 et 2017, de Nice en 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Thuin-Chaudron Véronique
Thuin-Chaudron Véronique

Auteur, Docteur, sa thèse ayant pour titre : Nice, de la colline du Château aux châteaux des collines, architecture, construction, urbanisation de 1860 à 1914. (publiée chez Serre éditeur en 2009).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Prédal Christophe
Prédal Christophe

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.