Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite ferme Girard

Dossier IA83001582 réalisé en 2011

Fiche

AppellationsFerme Girard
Parties constituantes non étudiéescuvage, remise agricole, étable à chevaux
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonSainte-Maxime - Grimaud
AdresseCommune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : les Bouteillers
Adresse : 12 chemin du , Soleil, 28 boulevard des
Hortensias
Cadastre : 1814 Hu 476, 499, 500, 475 ; 2007 F4 2743 à 2746, 3302, 843

En 1906, Louis Girard, cultivateur aux Bouteillers, achète à Magloire Olivier trois parcelles de terre plantées en bois et une plage. Sur l'une d'elle se trouve une maison cadastrée depuis 1902. La ferme porte sur la chaîne d'angle sud-ouest l'inscription : le pr...... janvier 1899. Altiari Victor. Il s'agit vraisemblablement de la date de construction et de la signature du maître d’œuvre (maçon ou entrepreneur de maçonnerie). En 1926, il subsiste encore deux petits bois mais la majorité de la propriété est plantée en vignes comme en 1949. La maison est agrandie en 1954. Elle est surélevée d'un étage au nord.

A partir de 1959, les parties sud-ouest et sud-est de la propriété commencent à être loties (lotissement du Soleil). Les terres restantes ne sont actuellement plus cultivées.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , porte la date
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates1899, porte la date
1954, daté par source
Auteur(s)Auteur : Altiari Victor
Altiari Victor

Présent en 1899 par une signature sur une ferme à Sainte-Maxime (83). Il s'agit vraisemblablement d'un maçon ou d'un entrepreneur de maçonnerie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître de l'oeuvre signature

La maison est construite en moellons de schiste et granite extraits sur place. Les chaînes d'angles sont en calcaire. La mise en œuvre de la façade sud-ouest est laissée apparente ; on y voit la marque de la surélévation de 1954. Les autres façades sont enduites. La façade antérieure, sud-est, est à trois travées.

Elle s'élève d'un étage sur rez-de-chaussée et est couverte d'un toit à longs pans en tuiles creuses.

La partie arrière de la maison étaient constituée d'une étable à mulets-cuvage, surmontée d'un fenil. Elle a conservé sa mangeoire et deux cuves (l'une de 60 hectolitres et l'autre de 40), aux murs recouverts de carreaux en verre et surmontées d'une trappe sur laquelle on posait le fouloir et une vis de pressoir.

Mursschiste moellon enduit partiel
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier dans-oeuvre
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Sainte-Maxime. Matrice des propriétés foncières bâties. 1882-1913. Archives départementales du Var, Draguignan : 3 PP 1325. Accès Internet : <URL : http://www.archives.var.fr/arkotheque/archives_numerisees/resultat_recherche.php?famille=espace_territoire&ref=matrices>

    Case 189.
  • Sainte-Maxime. Matrice des propriétés foncières bâties. 1914-1955. Archives départementales du Var, Draguignan : 3 PP 1330 et 3 PP 1331.

    Case 148.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Sainte-Maxime, 1814. / dessin à l'encre, coloré par Vouriguère, 1814. Archives départementales du Var, Draguignan.

    Section Hu, feuille unique, parcelles 476, 499, 500, 475. Echelle d'origine : 1/5000.
  • [La station balnéaire dans les années 1970]. MAR, 2e moitié 20e siècle. Impr. photoméc. (carte postale). Collection particulière.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève