Logo ={0} - Retour à l'accueil

ferme de Terre de l'Aive

Dossier IA04000448 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsTerre de l'Aive
Parties constituantes non étudiéesfour à pain, citerne, lavoir, porcherie, étable, fenil, bergerie
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonPays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
AdresseCommune : Castellet-lès-Sausses
Lieu-dit : Haut-Fam
Cadastre : 1824 D 37 ; 1983 D 19

Grosse ferme, l'une des plus anciennes du plateau du Fam (1100 à 1200 m d'altitude) où le Riou prend sa source, figurée sur le plan cadastral de 1824 sans la dépendance isolée au sud et les bâtiments en appentis accolés ultérieurement à l'est et à l'ouest.

Période(s)Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

Ensemble de 3 grands bâtiments disposés en ligne, accompagnés au sud d'une petite dépendance. La partie la plus ancienne, au centre, est formée de 3 bâtiments compris sous le même toit, mais distincts par le collage de leurs murs. Elle contient, à l'étage de soubassement, 5 pièces voûtées en berceau plein-cintre (2 étables équipées de crèches et de rateliers, 2 bergeries, 2 porcheries avec leurs auges en maçonnerie, une cave) et un vestibule ouvert commandant l'accès au logis et à l'étable. Depuis ce vestibule, un escalier droit dessert l'entrée du logis précédée d'un palier ouvert par une large baie. Au rez-de-chaussée, les fenils sont accessibles par une porte charretière à l'angle sud-est. L'étage de comble est à usage de fenil, sous le toit à longs pans couvert de tuiles creuses. Cette partie ancienne est construite en blocage de moellons bruts liés au mortier de chaux, avec chaînes d'angle et piédroits en moellons équarris. Toutes les baies sont couvertes de linteaux en bois et des saillies de rive à un rang de génoise couronnent les pignons. Contre l'élévation sud, à l'entrée du vestibule, a été adossé un four à pain dont la bouche en arc brisé à deux claveaux en grès était abritée par la hotte (détruite) de l'avaloir. De l'autre côté de l'étroite cour dallée de pierre qui longe l'élévation sud, un petit bâtiment séparé contient la citerne, alimentée jadis par les chéneaux en bois dont ne subsistent que les crochets de fixation sous l'avant-toit méridional du bâtiment principal et couverte d'une voûte catalane à poutrelles métalliques et voûtains en maçonnerie. Datée par l'inscription 1912 gravée dans l'enduit au dessus du regard ouvert dans l'élévation nord, cette citerne a été complétée par un lavoir aménagé contre son élévation est, deux bassins en maçonnerie enduite abrités sous un petit appentis en charpente et tuile plate mécanique, et une latrine (transformée en poulailler) contiguë. Deux autres annexes en appentis ont été ajoutées ultérieurement au bâtiment principal, toutes deux construites en blocage de moellons bruts et couvertes de tuiles plates mécaniques : à l'est, un grand bâtiment d'un seul étage contenant une étable avec poulailler ; à l'ouest, un bâtiment plus petit servant de remise et/ou de bûcher.

Murscalcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
appentis
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
TypologiesF3a : ferme à maison-bloc à bâtiments accolés et/ou disjoints

Edifice remarquable par sa complexité et son état de conservation.

Statut de la propriétépropriété privée, []
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï - Sauze Elisabeth