Dossier IA83001559 | Réalisé par
Édifice fortifié dit Tour carrée, actuellement musée
Copyright
  • (c) Inventaire général, Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
  • Commune Sainte-Maxime
  • Adresse place Mireille-de-Germond
  • Cadastre 2012 AB 231
  • Précisions
  • Dénominations
    édifice fortifié
  • Appellations
    Tour carrée
  • Destinations
    hôtel de ville, école primaire, musée

La construction de l'édifice fortifié que l'on désigne actuellement sous le nom de Tour carrée aurait été commencée en 1519 sous l'impulsion de François de Rivière, abbé du Thoronet, de qui dépendait la communauté de Sainte-Maxime. Il s'agissait de mettre les quelques habitants, essentiellement des pêcheurs, à l'abri des exactions de pirates. Un seul niveau fut alors édifié. En 1557, l'abbé Jacques Jouvenel des Ursins, à l'origine d'un projet de peuplement de la terre inhabitée alentours contraint les bénéficiaires des baux à poursuivre la construction de la tour d'un niveau supplémentaire.

En 1791 la tour est achetée comme bien national pour servir de maison commune. En 1856-1859, elle est élevée d'un étage supplémentaire pour abriter la mairie et l'école jusqu'à la construction d'un groupe scolaire à la fin du 19e siècle. Au rez-de-chaussée, les vieux magasins sont convertis en salle d'école. Au premier étage se trouvent la salle du conseil, les archives et le logement du sergent de ville, et au deuxième étage, le logement de l'instituteur. Ses murs sont alors recouverts de crépi. En 1969, elle est débarrassée de son crépi. C'est peut-être à ce moment-là que les fenêtres de l'étage supérieur, au sud et au nord sont transformées en portes-fenêtres plein-cintre. Elle est inscrite Monument Historique le 29 août 1977. Depuis 1985 elle abrite le Musée des traditions locales.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 16e siècle , daté par travaux historiques
    • Principale : 3e quart 16e siècle , daté par travaux historiques
    • Secondaire : 3e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
  • Dates
    • 1519, daté par travaux historiques
    • 1557, daté par travaux historiques
    • 1856, daté par travaux historiques

La tour est construite en moellons de schiste local et de calcaire. Elle est couverte de tuiles creuses. Les baies ont des encadrements de briques.

Elle s'élève de deux étages carrés au-dessus du rez-de-chaussée. La partie basse est percée au sud et à l'ouest de canonnières rectangulaires aux ébrasements en briques.

Escalier dans-œuvre, tournant à retours avec jour, en maçonnerie.

  • Murs
    • schiste moellon sans chaîne en pierre de taille
    • calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    rez-de-chaussée, 2 étages carrés
  • Couvertures
    • toit en pavillon
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1977/08/29
  • Précisions sur la protection

    Façades et toitures (cad. AB 231) : inscription par arrêté du 29 août 1977.

Bibliographie

  • Espitalier, Hippolyte. Les évêques de Fréjus du XIIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle. - Draguignan : 1898.

    P. 166.
  • Germond, Jean-Daniel de. Sainte-Maxime. - Marguerittes : Editions de l'Equinoxe, 1993, 99 p.

    P. 30-32.

Documents figurés

  • Plan d'exhaussement de la maison commune. Ste Maxime. / Dessin à l'encre sur papier, lavis polychrome, par Bourely, 1856. Archives communales, Sainte-Maxime : 4 M.

Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2011
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Articulation des dossiers