Auteur
Roucaute Gérard
Roucaute Gérard

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1968 à 2005.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Heller Marc
Heller Marc

Photographe au service régional de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1970 à 2006.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Argentière-la-Bessée (L')
  • Commune Saint-Martin-de-Queyrières
  • Lieu-dit Saint-Martin
  • Cadastre 1837 C1  ; 1976 C1 234
  • Dénominations
    chapelle
  • Vocables
    Saint-Sébastien

DESCRIPTION

Situation

La chapelle Saint-Sébastien se dresse à l'extrémité nord du village de Saint-Martin, au bord de la route et à côté du pont du même nom. C'était en 1837 un bâtiment isolé. Elle est aujourd'hui entourée de constructions, dont l'une est mitoyenne par un angle.

Il s'agirait d'un oratoire du XVIe siècle 1.

La chapelle est orientée.

Matériaux

Les murs sont un blocage de pierres liées à la chaux. Ils sont enduits.

L'arcade qui s'ouvre dans la façade et ses piliers sont en pierre taillée de couleur rose (marbre? granite ?).

Le sol de la nef est pavé de galets et de blocs de schiste qui composent un motif d'étoile dont le centre est une pierre rose. Celui du chœur est pavé de grandes dalles de schiste.

Le cordon qui court au sommet des murs-gouttereaux et l'arc qui souligne le pignon est sont en tuf.

Parti d'ensemble

La chapelle est formée d'une pièce unique voûtée en berceau brisé.

Élévation

Dans la façade s'ouvre une arcade en berceau brisé soutenue par deux piliers dont les chapiteaux sont ornés de volutes. Elle est fermée par une claire-voie en mélèze dont les montants sont disposés en losange, comme les balustrades des balcons de la région. La chapelle Saint-Sébastien du village des Vigneaux est fermée de la même façon.

Le clocher-mur se dresse sur le pignon est et non au-dessus de la façade principale comme c'est généralement le cas pour les chapelles de la région.

Couverture

Le toit à deux pans est couvert d'ardoises-ciment et de bardeaux de mélèze.

Distribution

La voûte était peinte. On discerne encore un motif d'étoiles sans doute XIXe siècle. La chapelle devait être ornée de fresques. Sur le mur-pignon nord, une crucifixion à demi effacée est en partie cachée par le tableau de l'autel. On distingue sur le mur nord des traces d'arcatures qui ont pu abriter des personnages.

1J. Roman. Répertoire archéologique des Hautes-Alpes. Paris, 1888. P. 17.

Le clocher-mur à une baie est établi sur le mur-pignon postérieur. Le toit est couvert d'ardoises-ciment et de bardeaux de mélèze. La façade est fermée par une claire-voie en mélèze. L'intérieur est recouvert d'un badigeon.

  • Murs
    • pierre
    • bois
    • crépi
    • enduit partiel
    • badigeon partiel
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
    • pierre de taille
  • Toits
    ardoise, bardeau
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    1 vaisseau
  • Couvrements
    • voûte en berceau brisé
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • pignon couvert
  • Typologies
    chevet plat ; clocher-mur
  • Techniques
    • sculpture
    • peinture
  • Représentations
    • volute
  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1986/07/01
Date d'enquête 1982 ; Dernière mise à jour en 1998
Articulation des dossiers