Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Annot
  • Commune Annot
  • Lieu-dit Vérimande
  • Cadastre 2009 C2 312  ; 1830 C2 483

Selon l’abbé Féraud, la chapelle Notre-Dame-de-Vérimande aurait été un prieuré dépendant de la commanderie templière du Fugeret. J.-A. Durbec, dans son ouvrage sur les templiers et les hospitaliers en Provence, confirme que l’ordre du Temple avait un prieuré à Annot, ainsi qu’au Fugeret mais tous deux dépendants de la commanderie de Rigaud (Alpes-Maritimes).

Pour autant, le prieuré semble passer rapidement sous l’obédience de l’abbaye Saint-Pons de Nice : dans le chartrier de cette abbaye, une confirmation épiscopale de 1247 le mentionne déjà sous le titre de sainte Marie d’Annot, puis à nouveau en 1369. En 1471, la titulature se précise et il est explicitement question du « prieuré Notre-Dame-de-Vérimande ». Par ailleurs, c’est probablement également cet édifice qui est cité dans les pouillés, dans le compte royal de 1351 où il est question de l’Ecclesia Mosterii de Annoto.

Le 17e siècle est ensuite sans doute un siècle important pour la chapelle puisque des oeuvres majeures datant de ce siècle y sont conservées, rattachant la chapelle à l'histoire des reliques et de la « fête et procession des corps saints ». La relique de saint Fortunat qui y est portée en procession est aussi à l'origine de sa titulature "courante" : la chapelle Notre-Dame-de-Vérimande est, au XIXe siècle, et peut-être avant, « vulgairement dite chapelle de Saint-Fortunat » comme l’écrit le curé dans le registre paroissial.

En 1744, la chapelle « ayant croulé en partie et le restant menaçant ruine », la communauté décide de la reconstruire ; les travaux sont confiés à Joseph Prabon, maître-maçon. Elle est à nouveau délaissée après la Révolution, et d’importantes restaurations sont entreprises en 1836. Entre 1858 et 1876, l’auvent est érigé. Entre 1963 et 1972, on refait le toit et la façade de la chapelle.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 18e siècle
    • Secondaire : 19e siècle

La chapelle de Vérimande est située dans le quartier de Vérimande, non loin des rives de la Vaïre. Précédée par un auvent, elle offre un plan allongé constitué d'une nef unique à deux travées se terminant par un chevet plat, tourné vers l'ouest. La chapelle est construite en moellons de calcaire, de tuf et de briques avec un joint assez grossier au ciment, du côté sud et ouest, les autres façades étant un peu plus travaillées. Des traces d'enduit à la chaux demeurent encore visibles sur la façade est, au-dessus du toit de l'auvent. Le chaînage d'angle, l'encadrement de la porte d'entrée en plein cintre située à l'est, ainsi que les piliers, sont réalisés en pierres de taille calcaire. A l'aplomb de la façade est, s'élève un clocher-mur en pierres de taille (grès ?). Il est à un arc plein cintre et au niveau de sa base, est percé un oculus. La nef est percée de deux baies en plein-cintre du côté nord et d'une baie en plein cintre, du côté sud. Une ouverture rectangulaire percée dans la façade ouest, laisse apparaître le haut de la voûte. La chapelle est couverte d'un toit à long pans avec des tuiles creuses reposant sur du ciment en couverture. A l'intérieur, les deux travées sont voûtées en berceau brisé avec doubleau et pilastres à dosseret. Chacun des dosserets reçoit les chutes des berceaux et de lunettes, s'ouvrant largement au-dessus de chaque fenêtre. Exceptés les pilastres, les murs sont entièrement peints. Le sol est en carreaux de terre cuite vernissée.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit partiel
  • Toits
    ciment en couverture, tuile creuse
  • Plans
    plan allongé
  • Couvrements
    • voûte en berceau brisé
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    remanié, restauré
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Sites de protection
    site inscrit
  • Précisions sur la protection

    L'arrêté du 6 avril 1946 a inscrit en tant que site la chapelle de Vélimande et la maison dite "des templiers".

Documents d'archives

  • Registre des délibérations de la communauté d'Annot. 1741- 1754. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains :E DEP 008 / BB5.

    5 octobre 1744 : Fait état de travaux dans la chapelle.
  • Archives communales d'Annot déposées : édifices du cultes et cimetières. 1806-1957. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E DEP 008 / 2 M 01.

  • Procès-verbaux des visites pastorales, évêché de Digne, doyennés d’Allos, Annot, Banon, Barcelonnette, Barrême, de 1840 à 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 86

    Visite pastorale du 27 juin 1858 : la chapelle est dite en bon état mais exposée à l'humidité.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne de 1845 à 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 92.

    Visite pastorale du 19 novembre 1876 : La chapelle a été blanchie, réparée et en quelque sorte agrandie depuis la visite de 1870, par l'addition d'un auvent.
  • Registre paroissial de l'Eglise d'Annot ouvert en exécution de l'article 558 des statuts synodaux du diocèse de Digne publiés en 1857. 1858-?. Archives paroissiales, Annot : non coté.

  • Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale d'Annot dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905. 25 janvier 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65.

  • AUTRAN, Louis. Annot, de l'an 1042 à nos jours. Eglise dédiée à St Pons, église paroissiale St Jean-Baptiste. Document dactylographié, non publié, non paginé. 1988.

Bibliographie

  • CAIS DE PIERLAS, Eugène. Chartrier de l'abbaye Saint-Pons hors les murs de Nice. Monaco : Impr. de Monaco, 1903

  • CLOUZOT, Etienne. PROU, Maurice. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Glandèves. Paris : Imprimerie nationale, 1923.

  • COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean, 1986, 559 p. : ill.

    p. 219.
  • DURBEC, Joseph-Antoine. Templiers et hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes. Grenoble : Editions le Mercure dauphinois, 2006.

  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Souvenirs religieux des églises de la Haute-Provence. Digne : Vial, 1879, 346 p.

  • MASSON-LAUTIER, Maïna. Balades d'églises en chapelles dans la vallée de la Vaïre. Annot, Méailles, Le Fugeret. Lyon : Lieux dits, 2022.

    p. 38-39.
Date d'enquête 2009 ; Dernière mise à jour en 2009
Articulation des dossiers