Dossier IA13005852 | Réalisé par
Carteron Sophie
Carteron Sophie

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
chapelle Notre-Dame-de-la-Garde
Auteur
Carteron Sophie
Carteron Sophie

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur – Service mer

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bouches-du-Rhône
  • Commune La Ciotat
  • Lieu-dit la Garde
  • Adresse Notre Dame de la Garde
  • Cadastre 2014 CW 14
  • Dénominations
    chapelle
  • Vocables
    Notre-Dame-de-la-Garde

La construction de la chapelle remonte au début 17e siècle. Après la construction de la chapelle Notre-Dame de Grâce dans la cité, les pénitents bleus (confrérie composée de mariniers et navigateurs) envisagent de construire un sanctuaire à l'extérieur de la ville dédié aux gens de mer. En 1610 ils plantent une croix à côté de la vigie existante pour définir l'emplacement de la chapelle. Les travaux durent jusqu'en 1613. En 1713, la chapelle devient fameuse par les vœux que les gens de mer y accomplissent. Notre-Dame de la Garde est connue en 1787 comme « un ermitage auquel les marins ont grande dévotion ». Après la Révolution française la chapelle est vendue à Jean-François Bonnaud de La Ciotat mais Le curé Brunet la rachète en 1841 pour en faire un lieu de culte. Objet de ferveur de la part des ciotadens, bourgeois, commerçants, pêcheurs et marins confondus, la chapelle reçoit tout au long du 19e siècle des ex-voto et des maquettes de navires témoignant des interventions miraculeuses de la Vierge de la Garde en faveur des sinistrés et naufragés. De 1864 à 1866, le curé Bruchon fait restaurer la chapelle et construire le grand porche surmonté d'une statue de la Vierge en terre cuite. Parmi les donateurs participant à cette restauration : les Messageries Impériales donnent les chaises et les bancs, les patrons pêcheurs font redorer la statue, M. Tartas, artiste marseillais, décore le sanctuaire. En 1906 la chapelle devient propriété communale mais reste affectée au culte. Après un incendie en 1957, la chapelle fut restaurée grâce à la municipalité, la paroisse et les Chantiers Navals de La Ciotat. Actuellement, l'Association des Amis de la Chapelle milite pour sa restauration et participe à divers travaux d'entretient (toiture, façade, dallage etc.) de ce lieu emblématique.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 17e siècle
    • Principale : 1er quart 18e siècle
    • Principale : 3e quart 19e siècle
    • Principale : 3e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1613, daté par source, daté par travaux historiques
    • 1713
    • 1866
    • 1958

La chapelle Notre-Dame de la Garde domine la ville de La Ciotat du haut de son piton rocheux en poudingue à près de 80 m au dessus de la mer. Le plan de la chapelle est en forme de croix latine, orientée est-ouest. Elle mesure 22 m de long sur 6 à 10 m de large. Elle est un amer remarquable pour les marins. La chapelle abrite de nombreux ex-voto de navigateurs. Le logement du gardien jouxte la chapelle.

  • Murs
    • maçonnerie
  • Typologies
    croyances des gens de mer
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune AFFE affecté au clergé VISI ouvert occasionnellement
  • Sites de protection
    site classé
  • Précisions sur la protection

    Atlas des paysages : baie de La Ciotat

Date d'enquête 2015 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Carteron Sophie
Carteron Sophie

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers